Pourquoi les accords de location standardisés n’ont-ils pas émergé dans l’aviation d’affaires?

Les différences logistiques entre l’aviation d’affaires et le yachting

L’industrie du yachting a réussi à mettre en place des contrats standardisés. Alors, pourquoi les accords de location standardisés n’ont-ils pas émergé dans l’aviation d’affaires?

La comparaison avec le yachting n’est peut-être pas aussi précise qu’elle n’y paraît. Le yachting est fortement réglementé, avec des barrières à l’entrée élevées, ce qui pousse beaucoup à le comparer à un cartel. En revanche, l’aviation d’affaires présente peu de barrières à l’entrée – il est relativement facile de lancer un courtier en location d’avions, ce qui rend beaucoup plus difficile la mise en place de documents standardisés dans toute l’industrie.

D’un point de vue logistique, les deux industries sont différentes. Les clients doivent se déplacer là où un yacht est amarré et les trajets à vide sont rares, tandis que les flottes d’aviation d’affaires “flottent” souvent à travers le monde, créant de nombreux trajets à vide. Ce déséquilibre crée des responsabilités opérationnelles et de revenus différentes entre les deux industries.

Les obstacles à la standardisation

Qu’est-ce qui a empêché la standardisation des accords dans l’aviation d’affaires?

Les exploitants d’aéronefs d’affaires sont susceptibles de souligner des obstacles tels que les conditions d’annulation, les suppléments de carburant, les contingences des aéronefs immobilisés au sol (AOG) et l’inclusion de services tels que la restauration, le Wi-Fi et autres commodités.

Il existe également des disparités importantes en termes de taille de flotte, de fourniture de services et de propriété d’aéronefs entre les exploitants. De plus, les exploitants adaptent généralement leurs services à leur marché national, ce qui aggrave encore les disparités dans les services à l’échelle mondiale.

Avantages pour les courtiers et les clients

La standardisation des termes permettrait, en principe, de résoudre des problèmes tels que les annulations et les contingences AOG. Si de telles variables étaient clairement abordées, les négociations entre les exploitants et les courtiers pourraient potentiellement être grandement simplifiées.

Les clients de la location bénéficieraient également d’une plus grande transparence. Cependant, comme de nombreux exploitants et courtiers vous le diront, les clients lisent rarement les petits caractères de leurs contrats.

Alors, l’industrie pourrait-elle du moins standardiser les conditions d’annulation?

Les conditions d’annulation sont souvent fixées par les propriétaires d’aéronefs et visent à garantir un flux de revenus minimum. Mais différents propriétaires ont des priorités différentes. Par conséquent, les conditions d’annulation varient autant que les personnalités humaines. Cependant, il semblerait logique que des conditions d’annulation standardisées bénéficieraient à toutes les parties en apportant un degré plus élevé de transparence et de cohérence aux affaires.

Les exploitants de flottes propriétaires sembleraient certainement avoir un intérêt à standardiser les conditions d’annulation, mais leurs motivations peuvent être davantage influencées par la taille de la flotte, la probabilité de revente d’un voyage annulé et d’autres facteurs.

La standardisation des conditions d’annulation peut être une bénédiction mitigée pour les courtiers en location, car elle réduirait le marchandage, mais pourrait également éliminer une marge.

Situations d’aéronefs immobilisés au sol (AOG)

Lorsqu’un avion est immobilisé au sol, tout le monde perd du temps, de l’argent, voire les deux. Mais cela ne facilite pas pour autant la standardisation des termes.

Il est difficile de standardiser les AOG car les réactions dépendent des exploitants individuels. Par exemple, un exploitant dispose-t-il d’assez d’avions dans sa flotte pour gérer sa propre récupération ? Ou sera-t-il nécessaire de sous-affréter un avion auprès d’un tiers ? Les implications financières de chaque scénario sont différentes.

En ce qui concerne les récupérations AOG, les courtiers se plaignent parfois de l’injustice de la responsabilité. Par exemple, si un avion est immobilisé au sol, un exploitant peut se retirer d’un contrat sans pénalité, mais si un client annule, il est soumis à des frais d’annulation. L’alignement des responsabilités semblerait être un autre avantage de la standardisation, mais les progrès dans cette direction ont été lents.

Standardisation à travers les marchés et les cultures

Différentes régions, cultures et organismes de réglementation appliquent des dispositions différentes. Aux États-Unis, par exemple, la restauration n’est généralement pas incluse dans le prix de la location, mais le Wi-Fi domestique est inclus. En revanche, en Europe, la restauration est généralement incluse dans le prix de la location, mais le Wi-Fi est facturé en fonction de l’utilisation.

Pour favoriser la standardisation, les associations mondiales de location d’avions, telles que la National Business Aviation Association, l’Aircraft Charter Association, l’European Business Aviation Association et d’autres, devraient travailler ensemble pour harmoniser ces dispositions de services. La standardisation mondiale des accords de location profiterait à tous les acteurs concernés.

La technologie provoquera-t-elle un changement ?

Une plus grande standardisation à travers les frontières nationales et réglementaires facilitera l’automatisation des réservations de vols en utilisant les dernières technologies. À mesure que de plus en plus d’exploitants et de courtiers adoptent la technologie, notamment les systèmes d’exploitation commerciale automatisés, les portails destinés aux clients et des plates-formes telles qu’Avinode et VOO, la nécessité de standardiser les contrats pourrait augmenter avec le temps.

Finalement, les avancées technologiques profiteront au client/passager individuel qui bénéficiera d’une transparence sans précédent et de la possibilité de réserver des vols facilement.

Conclusions

Malgré de nombreuses raisons convaincantes, il a été difficile de standardiser les accords de location d’aéronefs principalement en raison de la fragmentation du marché de l’aviation d’affaires. Les exploitants d’aéronefs ont des exigences et des responsabilités différentes, ce qui se traduit par des termes d’accord largement disparates.

De plus, les contrats sont souvent le produit du recul. Par exemple, les exploitants et les courtiers ont tendance à ajouter des clauses contractuelles en réponse à des lacunes de couverture. Il serait difficile de priver les exploitants et les courtiers de la possibilité de se protéger avec des termes contractuels en évolution. Il serait peut-être plus acceptable pour l’industrie de synergiser les domaines contractuels clés.

Pour avoir un véritable impact, la standardisation des termes des accords doit reposer sur un effort international coordonné, représentant toutes les parties prenantes, et nécessitera des compromis importants de toutes les parties.

Check Also

Le Guide Ultime pour Sélectionner le Modèle de Jet Privé Idéal pour Vos Voyages

Le voyage en jet privé symbolise non seulement le summum du luxe et du confort …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *