Aliko Dangote et sa raffinerie : Un projet colossal pour transformer l’économie nigériane

Une raffinerie monumentale pour une économie en crise

Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, a inauguré sa raffinerie géante dans la métropole de Lagos, au Nigeria, avec l’ambition de libérer le pays de sa dépendance aux importations de carburant. Cependant, quelques jours seulement après son ouverture, la plus grande économie africaine sombre dans le chaos.

La raffinerie Dangote, d’une superficie équivalente à 4000 terrains de football, a coûté plus de 19 milliards de dollars et a été construite par 40 000 personnes. Elle porte le nom d’Aliko Dangote, l’initiateur du projet et l’homme le plus fortuné d’Afrique, et vise à redresser l’économie nigériane.

Bien que l’économie du Nigeria soit la plus importante du continent, elle souffre de dysfonctionnements. Son plus grand problème réside dans le fait que les trois raffineries nationales fonctionnent presque à l’arrêt depuis des années, ce qui empêche le pays de raffiner son propre pétrole. En conséquence, le Nigeria exporte son pétrole brut et importe du carburant, du diesel et du kérosène. En 2022, le gouvernement a dépensé 23 milliards de dollars pour les importations de carburant, soit plus que pour l’éducation et la santé.

Cependant, cette situation pourrait bientôt changer. Lors de l’inauguration le 22 mai, Aliko Dangote a déclaré que sa raffinerie mettrait fin à la “tragédie” de la dépendance aux importations. Outre le président nigérian Muhammadu Buhari, plusieurs autres présidents africains ont assisté à la cérémonie. Buhari a transmis ses fonctions à son successeur une semaine plus tard, et l’ouverture de la raffinerie était également un cadeau d’adieu pour le président, le plus puissant soutien politique du projet.

Une raffinerie qui suscite de grands espoirs

La raffinerie est un monument d’acier construit par Aliko Dangote lui-même. À l’âge de 66 ans, il est devenu milliardaire grâce au ciment et au sucre, et son groupe, le groupe Dangote, est devenu le plus grand conglomérat industriel d’Afrique depuis les années 1970. Dangote a lancé le projet de la raffinerie il y a sept ans, mais le démarrage a été reporté à plusieurs reprises en raison de la pandémie de Covid-19. Même aujourd’hui, la raffinerie n’est pas entièrement opérationnelle : les vidéos promotionnelles diffusées par le groupe Dangote montrent des réservoirs et des pipelines reluisants, mais aussi de nombreuses grues. Aliko Dangote a annoncé que la mise en service aurait lieu en juillet ou août, mais les experts estiment que cela relève d’une ambition démesurée.

Une fois à pleine capacité, la raffinerie pourra produire 650 000 barils de carburant par jour, ce qui suffirait à couvrir l’ensemble des besoins du Nigeria, un pays de plus de 200 millions d’habitants. Environ 40% de la production devrait être exportée.

Le Nigeria est le plus grand producteur de pétrole brut d’Afrique, et cette industrie représente environ 90% de ses recettes d’exportation. Cependant, le pays souffre également d’un problème fondamental qui touche de nombreuses économies africaines : il exporte uniquement des matières premières non transformées, alors qu’il pourrait gagner beaucoup plus s’il les raffinait sur place. L’infrastructure pétrolière du Nigeria souffre de corruption et de mauvais entretien, et les raffineries nationales devaient être rénovées pour plusieurs milliards de dollars au cours des dernières années, mais une partie de cet argent a disparu sans laisser de trace. Le Parlement nigérian a annoncé qu’une enquête serait menée à ce sujet.

Le vol et la contrebande de pétrole brut freinent également l’industrie pétrolière du Nigeria. Plus de 10% de la production est volée, notamment en perçant des pipelines. Cela prive l’État de plusieurs milliards de dollars de revenus chaque année. Des milliers de personnes profitent de ce vol, des petits voleurs de pétrole dans le delta du Niger, la principale région de production, aux politiciens corrompus et aux organisations criminelles internationales. Le vol a notamment conduit le Nigeria à devenir, ces derniers mois, le deuxième plus grand producteur de pétrole du continent, derrière l’Angola.

La raffinerie d’Aliko Dangote pourrait donc changer la donne. Le président sortant, Buhari, a qualifié la raffinerie de “game-changer” dans son discours d’inauguration. En réalité, le secteur pétrolier a déjà connu des bouleversements importants depuis la cérémonie, mais ceux-ci n’étaient pas liés à la raffinerie.

La panique s’installe

Une semaine après l’inauguration, le nouveau président nigérian, Bola Tinubu, a pris ses fonctions. Dans son discours d’investiture, il a annoncé la suppression des subventions sur les carburants, qui maintenaient artificiellement bas les prix de l’essence au Nigeria depuis les années 1970. Les subventions coûtent à l’État près de 10 milliards de dollars en 2022. La plupart des politiciens et des économistes au Nigeria s’accordent à dire que ces subventions ruineuses doivent être supprimées, mais elles sont populaires auprès de la population. La dernière tentative de suppression des subventions remonte à 2012, mais le gouvernement avait reculé face aux manifestations.

Le nouveau gouvernement tente maintenant à nouveau d’abolir les subventions. La conséquence de l’annonce de Tinubu a été la panique. En quelques heures, de nombreuses stations-service à travers le pays ont doublé, voire triplé, les prix de l’essence ; de longues files d’attente se sont formées devant les stations-service, avec des personnes tenant des jerricans en plastique pour s’approvisionner en essence tant qu’elle était encore subventionnée.

En conséquence, les tarifs des bus de transport local et interurbain ont également augmenté. Cela a durement touché des millions de Nigérians, car une majorité de la population consacre plus de la moitié de ses revenus au transport et à l’alimentation. Les médias nigérians ont rapporté que dans la métropole de Lagos, les pendulaires se déplaçaient à pied en raison des prix plus élevés des transports et des files d’attente aux stations-service, qui aggravent encore la circulation déjà difficile.

133 millions de personnes vulnérables

La hausse des prix des transports a également entraîné une augmentation du prix de certains produits alimentaires. Tout cela se produit à un moment où l’inflation est déjà à un niveau record et où, selon l’office national de statistiques, les deux tiers de la population, soit 133 millions de personnes, vivent dans la pauvreté. Le plus grand syndicat du pays a menacé d’organiser une grève nationale, et même la branche nigériane d’Amnesty International s’est exprimée : “La décision du président Bola Tinubu de supprimer les subventions sur les carburants a jeté des millions de Nigérians dans la peur”, a déclaré l’organisation dans un communiqué.

L’économie nigériane est donc prise dans une spirale descendante, peu de temps après le lancement du plus grand projet industriel du pays, qui était censé marquer le début d’un tournant positif. Pour de nombreux Nigérians, il ne peut pas arriver assez vite que la raffinerie de Dangote soit pleinement opérationnelle.

Check Also

L’élargissement de l’OTAN : la candidature de la Suède et les enjeux géopolitiques

Une démarche historique : la Suède vers l’OTAN Au cœur des turbulences géopolitiques actuelles, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *