Monaco Grand Prix: Un Défi Unique pour les Pilotes de Formule 1

Un circuit exceptionnel

Le Grand Prix de Monaco est un événement unique dans le calendrier de la Formule 1, et les pilotes, les ingénieurs et les stratèges ont beaucoup à appréhender avant l’un des événements phares de la discipline.

Pour les pilotes, le circuit reste le plus grand défi de la saison. C’est le plus court en termes de distance, mais il compte 19 virages. Sur la plupart des circuits, il y a des virages où il faut faire preuve d’une prudence accrue au début, mais il y en a d’autres où l’on peut attaquer immédiatement avec une marge d’erreur plus grande. À Monaco, chaque virage est un risque constant. Avec les murs piégeant les pilotes à de nombreux endroits différents par le passé, il est impossible de baisser la garde.

« J’adorais conduire sur les circuits urbains, car le défi était plus grand, les risques plus élevés, mais la récompense de réaliser un tour parfait ou de réaliser un excellent résultat était d’autant plus gratifiante », déclare un ancien pilote.

Monaco n’est pas un circuit où l’on peut s’attendre à être à la limite dès le départ. Même les meilleurs pilotes devront s’adapter après plusieurs tours.

Cependant, on constate généralement que plus on commence bien lors des essais, plus les chances de succès pour le week-end sont grandes. En effet, il est plus facile de grignoter de petits morceaux de temps au tour ou d’ajuster les réglages de la voiture que de réaliser des bonds importants et de trouver de grosses améliorations chronométriques.

Cette approche a donné du succès aux pilotes en formules de promotion sur les circuits urbains, mais elle peut aussi se retourner contre eux, comme cela s’est produit pour un pilote lors de sa première année en Formule 1 en 2016. En voulant trop en faire trop rapidement, il a heurté les barrières lors des essais libres 1, ce qui a compliqué la suite du week-end.

Perdre un peu de confiance est une chose, mais perdre du temps de piste est encore plus préjudiciable. Voilà les marges minces de la conduite sur un tel circuit.

La qualification, moment crucial

La séance de qualification est la pièce maîtresse du week-end monégasque, où tous les acquis des séances d’essais sont mis en commun pour réaliser un tour décisif.

C’est également la raison pour laquelle nous assistons au plus grand nombre d’incidents le samedi. Avec les dépassements si difficiles sur ce circuit en Formule 1 moderne, la qualification est vraiment la partie cruciale du week-end. Les pilotes ont rarement l’occasion de rattraper un mauvais samedi lors du Grand Prix à Monaco.

L’équilibre entre la voiture et l’équipe

Monaco est indéniablement plus un circuit pour les pilotes que pour les équipes, mais ces dernières doivent néanmoins fournir aux pilotes une voiture capable de se battre. Les ingénieurs ont pour tâche de trouver les meilleurs réglages pour cette piste unique.

Historiquement, on utilisait des réglages plus souples pour la voiture à Monaco que sur d’autres circuits, afin d’obtenir une meilleure adhérence sur les bosses, les bordures et les caniveaux. Bien que l’on ne puisse toujours pas régler la voiture aussi rigide au niveau de la suspension que sur une piste permanente nouvellement asphaltée, les différences se sont réduites considérablement, car la surface monégasque devient de plus en plus lisse.

En fait, c’est désormais Singapour qui est plus bosselé en raison de travaux de rénovation importants qui y ont été effectués. Tout cela met davantage l’accent sur l’aérodynamique plutôt que sur l’adhérence mécanique, comme cela était le cas par le passé.

Avec 19 virages sur seulement 3,3 km, la question est de savoir combien d’appui aérodynamique peut être ajouté à la voiture pour la rendre rapide.

Jusqu’à présent cette saison, nous n’avons vu que des configurations à faible appui sur des circuits dotés de longues lignes droites. Monaco est totalement différent des circuits que nous avons vus jusqu’à présent, et les voitures seront toutes configurées différemment, qu’elles utilisent ou non des améliorations prévues à l’avance. Cela pourrait bouleverser la hiérarchie habituelle.

De nombreuses équipes prévoyaient d’apporter des améliorations à Imola, mais avec l’annulation de cette course, elles se creusent maintenant la tête pour savoir quoi faire pour Monaco. Mercedes avait prévu d’apporter une voiture fortement modifiée à Imola et a déclaré qu’elle restera sur sa position pour Monaco, mais le risque est évident.

Avec les murs si proches, la probabilité d’endommager de nouvelles pièces est assez élevée, et les pièces de rechange sont généralement rares lors de la première phase de mise en œuvre.

Deuxièmement, étant donné que les caractéristiques de Monaco sont si différentes des circuits conventionnels, il est même possible que la configuration unique masque les performances des nouvelles pièces, voire pire, qu’elles entraînent des conséquences non voulues sur une piste où la moindre erreur entraîne un accident coûteux. C’est un dilemme difficile à résoudre pour les équipes. L’appui aérodynamique reste essentiel à Monaco, mais ce n’est pas le genre d’endroit où l’on apporte de nombreuses améliorations.

La stratégie gagnante

Enfin, les stratèges vont travailler dur pour élaborer des plans potentiels pour le week-end, même avant que la moindre voiture n’ait pris la piste. Vous pouvez avoir le meilleur pilote au volant de la voiture la plus rapide, mais si les responsables du stand ne sont pas au sommet de leur forme, tout sera perdu, comme Daniel Ricciardo l’a appris en 2016 et Ferrari dans son ensemble l’a appris l’année dernière.

Avec les dépassements si difficiles, tout repose sur la position en piste et la phase des arrêts au stand. Faire un arrêt pour changer de pneus au risque de perdre des positions est un choix audacieux, mais rester en piste avec des pneus usés présente également des risques, comme les années récentes l’ont prouvé.

Les stratèges et les équipes de stand sont toujours sous pression dans les moments cruciaux de la course, mais à Monaco, il est beaucoup plus difficile pour un pilote de se remettre d’une mauvaise décision ou d’un arrêt lent.

La plupart des pilotes diraient qu’une victoire à Monaco est toujours la plus spéciale de la saison, mais le chemin pour y parvenir est si délicat, avec un champ de mines à négocier pour monter sur la plus haute marche du podium le dimanche.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *