La chute de l’industrie pétrolière du Venezuela : qu’est-il arrivé au pays autrefois possesseur de la plus grande raffinerie au monde ?

Un événement devenu banal : les tankers abandonnés

Glenda Galvis Colmenares est toujours étonnée lorsqu’elle regarde la mer des Caraïbes turquoise depuis son hôtel. Des dizaines de pétroliers tournent au gré du vent et des marées. “Auparavant, c’était un événement lorsqu’un pétrolier accostait au large de la côte”, déclare la directrice de l’hôtel situé à Paraguaná, une péninsule balayée par les vents au large de la côte des Caraïbes vénézuéliennes. Les navires pétroliers accostaient dans le port pétrolier voisin, se faisaient ravitailler en quelques heures et disparaissaient à nouveau. Cela a duré des décennies.

Mais maintenant, les navires restent inactifs pendant des jours, voire des semaines, avant de disparaître soudainement. La directrice, comme la plupart des habitants de la région, soupçonne que les navires sont ravitaillés clandestinement pendant la nuit, que les cargaisons sont vendues de manière opaque et contournent l’État. Les équipages des navires mentionnent des destinations telles que la Chine, Cuba ou l’Inde.

La crise économique et ses conséquences sur le tourisme

En réalité, elle a d’autres soucis que de se demander où les pétroliers acheminent le pétrole et les carburants du Venezuela. Parmi eux, le faible taux d’occupation de son hôtel Villa Caribe, qui ne dépasse pas 10 %, même pendant les jours fériés. Pendant ces jours-là, les travailleurs du pétrole des raffineries voisines amenaient habituellement leur famille de Caracas, ou des congrès industriels étaient organisés.

Les rares touristes boivent du rhum, plus de whisky
Bien que le vol quotidien depuis Caracas ait été rétabli, la péninsule de Paraguaná a été isolée pendant deux ans en raison de la pandémie. Les dunes errantes menacent l’autoroute qui relie la terre tropicale à la péninsule désertique. Les liaisons maritimes avec Aruba voisine, dont les lumières peuvent être vues la nuit, n’ont pas encore été rétablies. Le trafic de contrebande ne serait plus aussi florissant qu’auparavant. La demande de whisky d’Écosse ou de fromage des Pays-Bas est faible. Le pouvoir d’achat fait défaut. Les rares touristes boivent de plus en plus de rhum au lieu de whisky.

La débâcle de l’industrie pétrolière vénézuélienne

Il fut un temps où les Vénézuéliens étaient les plus grands consommateurs de whisky par habitant au monde. Sur la péninsule de Paraguaná, grande comme Majorque, on peut voir la débâcle de l’industrie pétrolière du Venezuela de manière tangible.

On peut comprendre pourquoi le Venezuela, malgré les plus grandes réserves de pétrole au monde, a enregistré une chute de 75 % de son PIB au cours des dix dernières années, la plus importante crise qu’un pays ait connue en dehors d’un conflit armé.

En réalité, ce pays est depuis longtemps le théâtre d’une lutte acharnée. Le dictateur Nicolás Maduro cherche à extraire autant de dollars que possible des installations pétrolières délabrées pour maintenir en marche l’appareil du pouvoir, satisfaire les militaires et remplir ses propres poches. Cependant, en raison du manque d’investissements depuis des décennies, il est de plus en plus improbable que l’industrie pétrolière du pays retrouve sa splendeur passée.

La plus grande raffinerie du monde devenue un tas de ferraille

Paraguaná abrite autrefois la plus grande raffinerie du monde. En 1947, la société américaine Creole Petroleum Corporation a investi dans un complexe pétrochimique gigantesque. Pendant un demi-siècle, le pétrole extrêmement bon marché extrait du lac Maracaibo voisin était traité et pompé par pipeline. Plus d’un million de barils de pétrole lourd étaient transformés chaque jour dans cet immense complexe en diesel, naphta et essence, puis expédiés par pétrolier aux États-Unis.

On peut encore voir à Punto Fijo les anciens lotissements confortables des travailleurs locaux. “Nous avons grandi au paradis”, raconte Henry Jiménez Guanipa, dont le père a travaillé pendant 32 ans dans la raffinerie en tant qu’ouvrier. “Lorsqu’une ampoule grillait, nous appelions le concierge.” La clinique, les soins médicaux, les écoles – tout était gratuit. Les ingénieurs étrangers vivaient dans un quartier séparé, et les jeunes se retrouvaient sur la plage après l’école.

Aujourd’hui, les lotissements sont en ruine. Le zoo, le club de golf, les casinos sont envahis par la végétation. Le port est vide. En arrière-plan, la raffinerie brûle du gaz. La quantité de production de l’installation est un secret d’État. La prise de photos est interdite. On prétend que c’est de là que le pétrole et les carburants sont contrebandés.

Le marché noir du pétrole et des dérivés

Un marché noir du pétrole et des dérivés s’est développé au Venezuela depuis que les États-Unis, autrefois le principal acheteur du pétrole vénézuélien, sont tombés en panne. Les États-Unis ont imposé des sanctions en 2019 en raison de la fraude électorale du président Nicolás Maduro. Les entreprises américaines ou celles qui traitent en dollars ne sont pas autorisées à acheter du pétrole ou des dérivés de la compagnie pétrolière vénézuélienne.

Récemment, l’ancien vice-président et ministre du pétrole, Tareck El Aissami, a été limogé avec 55 employés de la technocratie pétrolière d’État. On prétend qu’ils ont détourné trois milliards de dollars de recettes pétrolières à leur profit. Les États-Unis ont offert des primes en millions de dollars pour la capture de Maduro et El Aissami.

Cependant, le Venezuela produit encore environ 400 000 barils par jour pour l’exportation. Il est dit que l’Inde et la Chine ont converti leurs raffineries pour traiter le pétrole lourd et soufré des Caraïbes.

Les défis et les espoirs pour l’industrie pétrolière vénézuélienne

Malgré tout, l’industrie pétrolière du Venezuela dans son ensemble n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le pays produisait environ trois millions de barils par jour lorsque l’ancien colonel putschiste Hugo Chávez est devenu président en 1999, soit plus de quatre fois plus qu’aujourd’hui avec environ 700 000 barils.

Jiménez a observé de près le déclin, non seulement à Paraguaná, mais aussi au cœur du pouvoir, la société pétrolière d’État PDVSA à Caracas. Il a travaillé comme avocat au sein du service juridique. Plus tard, grâce à une bourse octroyée par la compagnie pétrolière, il a obtenu un diplôme en droit en Allemagne.

En 2003, la classe moyenne et la plupart des employés de la société pétrolière d’État PDVSA ont protesté lors d’une grève générale pour exiger la démission de Chávez. Les manifestants pensaient que le socialiste devait démissionner si la machine à argent du pays se retournait contre lui. “Mais nous sommes tombés dans son piège”, dit Jiménez aujourd’hui.

Chávez a simplement licencié des dizaines de milliers d’employés de la compagnie et les a remplacés par des militaires et des courtisans de son gouvernement de gauche. Peu de temps après, le prix du pétrole a dépassé les 100 dollars le baril, et Chávez a pu profiter de cette abondance pendant une décennie. L’effectif est passé de 40 000 à 187 000 employés. La compagnie devait produire du soja, fabriquer des chaussures et des vélos, et construire des logements sociaux. Les entreprises privées ont cessé d’investir dans l’industrie pétrolière. Des sommes énormes ont disparu en raison de la corruption chronique du pays.

Si l’électricité vient à manquer, le pétrole lourd se solidifie dans les tuyaux
Sous le socialisme du XXIe siècle de Chávez, l’ensemble de l’industrie pétrolière a été nationalisée et épuisée jusqu’à la dernière goutte : les compagnies doivent payer environ 90 % d’impôts. L’extraction de pétrole et de gaz n’est possible que dans le cadre de coentreprises contrôlées par la société d’État PDVSA. Les entreprises étrangères ont depuis longtemps cessé leur production ou ont été nationalisées, comme Exxon ou ConocoPhillips. Seule Chevron a repris ses activités.

Les raffineries comme celle de Paraguaná sont systématiquement pillées et subissent de graves accidents. Il leur manque souvent l’électricité pour maintenir la production. Le pétrole lourd se solidifie alors dans les tuyaux. Une société chinoise a construit une grande centrale thermique près de la raffinerie. On prétend qu’elle n’a jamais fourni d’électricité.

Le résultat : le Venezuela, pays possédant les plus grandes réserves de pétrole au monde, souffre d’une pénurie d’essence depuis des années. Les conducteurs attendent pendant des heures, voire des jours, devant les stations-service où l’essence est subventionnée.

Punto Fijo est lui-même une zone franche. Autrefois, on y vendait des produits électroniques et des produits de luxe étrangers. Aujourd’hui, le centre est également vide en plein jour. Les anciens grands magasins proposent désormais de la nourriture, des textiles bon marché et surtout de l’alcool en quantités abondantes. Il n’y a plus de vols à main armée, dit Jiménez. Les gens n’ont plus grand-chose à voler.

De nouveaux espoirs pour l’industrie pétrolière vénézuélienne

De nouvelles perspectives se dessinent pour l’industrie pétrolière vénézuélienne avec les changements géopolitiques depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le pétrole et le gaz vénézuéliens seraient les bienvenus en Occident. Le pays dispose non seulement de vastes réserves de pétrole, mais aussi des sixièmes réserves mondiales de gaz naturel.

Le gouvernement américain a assoupli l’embargo à la fin de l’année dernière : la société américaine Chevron est autorisée à nouveau à produire du pétrole. Les entreprises de services pétroliers nord-américaines (Halliburton, Schlumberger, Baker Hughes et Weatherford) rénovent également des installations pétrolières pour Chevron. Cependant, les revenus du pétrole ne peuvent être utilisés que pour rembourser les importantes dettes du Venezuela envers Chevron. Chevron produit actuellement environ 115 000 barils par jour et prévoit d’augmenter ce volume. Les États-Unis ont également autorisé les compagnies pétrolières européennes Eni et Repsol à exporter du pétrole du Venezuela pour rembourser leurs dettes.

La décarbonisation n’est pas une priorité au Venezuela
Les investissements de Chevron ont revitalisé la chaîne de valeur de l’industrie, selon Reinaldo Quintero à Caracas. La production a augmenté de 3 % par rapport au PIB. L’ingénieur, qui a été président de la Chambre du pétrole au Venezuela pendant des années, affirme qu’il n’a jamais volé. C’est pourquoi il est respecté et peut parler à la fois avec le gouvernement et avec l’industrie privée. Comme la plupart des interlocuteurs du monde des affaires au Venezuela, il n’est pas optimiste, mais plein d’espoir, dit-il.

Il estime que la production du Venezuela pourrait être augmentée à 1,5-2 millions de barils par jour dans trois à cinq ans avec des investissements de 11 à 15 milliards de dollars. Cependant, il est essentiel que le gouvernement modifie le cadre législatif pour garantir les investissements des entreprises privées. Quintero dit aux entreprises étrangères d’attendre que le gouvernement crée les conditions appropriées avant de faire des investissements.

Quintero s’agace seulement lorsque l’on lui demande comment l’industrie pétrolière vénézuélienne se prépare à la décarbonisation de l’économie mondiale, car l’extraction du pétrole vénézuélien génère la plus grande quantité de gaz à effet de serre au monde. Seul le pétrole algérien a une empreinte environnementale pire. De plus, il n’est pas du tout certain que le pétrole et le gaz du Venezuela trouveront encore des acheteurs dans un horizon d’investissement de vingt ans. “Tout cela n’est que mensonge”, dit simplement Quintero. “L’humanité aura encore besoin du pétrole et du gaz du Venezuela pendant longtemps.”

Ainsi, il exprime l’opinion de la plupart des Vénézuéliens, qu’ils soient du gouvernement ou de l’opposition : ils espèrent tous que le Venezuela retrouvera sa grandeur passée grâce au pétrole.

Check Also

Playmobil : Une stratégie de relance avec les figures du football allemand

Playmobil, célèbre marque de jouets originaire de Bavière, traverse une période critique en termes de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *