Malgré la réouverture de la Chine, la vigilance sécuritaire inquiète les entreprises étrangères

Les craintes augmentent face au contrôle croissant du Parti communiste sur les informations concernant les marchés et les entreprises

Alors que les restrictions liées à la pandémie en Chine sont levées et que les dirigeants du pays cherchent à attirer de nouveau les investisseurs étrangers, on s’attendait à un regain de confiance dans la deuxième économie mondiale. Cependant, une série de mesures de sécurité gouvernementales, notamment l’élargissement des lois contre l’espionnage, ainsi que des visites inopinées d’enquêteurs dans les bureaux chinois de plusieurs entreprises étrangères, suscitent des inquiétudes quant à un retour possible d’un contrôle étatique accru sous Xi Jinping.

Les sociétés internationales de conseil et d’audit parmi les cibles

Parmi les entreprises qui ont récemment fait l’objet de questionnements de la part des officiers de sécurité chinois, on trouve des cabinets internationaux de conseil et d’audit. Cette situation alimente les craintes des investisseurs étrangers quant à la volonté des autorités de limiter leur accès à des informations non filtrées sur les marchés, les concurrents et les transactions potentielles en Chine. La surveillance accrue pousse certaines entreprises à se demander si leurs activités en Chine sont menacées.

En avril, des officiers ont visité le bureau de Shanghai de Bain & Company, un important cabinet de conseil américain, et interrogé des employés. Par ailleurs, le Mintz Group, une société américaine spécialisée dans les enquêtes d’entreprise, a déclaré en mars que des responsables avaient visité son bureau de Pékin et détenu cinq employés chinois.

Inquiétude croissante parmi la communauté d’affaires

“La communauté des affaires est nerveuse étant donné le nombre de visites que les entreprises étrangères reçoivent sans explication quant à leur motif”, a déclaré Michael Hart, le président de la Chambre de commerce américaine en Chine.

Ces actions semblent découler des exigences de Xi Jinping et d’autres hauts dirigeants visant à renforcer la sécurité nationale et, en particulier, à contrôler la circulation d’informations potentiellement sensibles vers les gouvernements et les investisseurs étrangers. Depuis son arrivée au pouvoir en 2012, Xi Jinping a appelé à la vigilance face aux États-Unis et à l’influence occidentale. Cette méfiance s’est intensifiée avec la détérioration rapide des relations entre Pékin et Washington sous les administrations Trump et Biden.

La quête de la dominance des données

“Le Parti communiste chinois adopte une approche à multiples facettes pour parvenir à la suprématie dans le contrôle des données et, par le biais de cela, un contrôle plus large de la société et de la géopolitique”, a écrit Matthew Johnson, chercheur invité à la Hoover Institution, dans un nouveau rapport sur la quête de la Chine pour la domination des données.
Xi Jinping et d’autres hauts responsables ont déclaré que les États-Unis mènent une offensive à long terme visant à freiner la montée en puissance de la Chine en coupant son accès aux technologies de pointe pour les industries de pointe et les innovations militaires. Les restrictions sévères imposées par l’administration Biden sur les ventes de semi-conducteurs avancés et d’équipements de fabrication de puces à la Chine, mises en place l’année dernière, semblent renforcer la conviction de Xi Jinping selon laquelle Washington est engagé dans un “confinement, encerclement et répression de la Chine”.

Les cabinets de conseil américains dans le viseur

Les entreprises de conseil américaines, en particulier, semblent attirer l’attention du ministère chinois de la Sécurité d’État. Des responsables se présentent pour poser des questions sur le travail des entreprises et leurs contacts avec les ambassades. Cette situation soulève des préoccupations quant à l’avenir des entreprises étrangères en Chine et leur capacité à opérer en toute indépendance et en toute sécurité.

Conséquences pour les investisseurs étrangers

Les inquiétudes croissantes des entreprises étrangères face à l’accent mis par le Parti communiste sur le contrôle des informations pourraient avoir des conséquences à long terme sur les investissements étrangers en Chine. Si les entreprises craignent que leur présence en Chine ne puisse être maintenue sans compromettre la confidentialité et la sécurité des informations, elles pourraient hésiter à investir davantage dans le pays.

La confiance des investisseurs étrangers est essentielle pour la croissance et le développement économique de la Chine. Il est donc crucial pour les autorités chinoises de trouver un équilibre entre le renforcement de la sécurité nationale et le maintien d’un environnement propice aux affaires et aux investissements étrangers.

En résumé, la situation actuelle en Chine montre que les entreprises étrangères sont confrontées à des défis croissants en matière de sécurité et de contrôle de l’information. Les autorités chinoises devront trouver un moyen de rassurer les investisseurs étrangers tout en préservant leurs objectifs en matière de sécurité nationale et de contrôle des données.

Check Also

Semi-conducteurs : le Japon investit plus de trois milliards d’euros

Une injection massive dans l’industrie japonaise des semi-conducteurs Dans un contexte où la demande de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *