Les syndicats d’Hollywood se battent pour limiter l’intelligence artificielle dans l’industrie du divertissement

Les écrivains et les acteurs cherchent à protéger leurs métiers face à la montée des technologies d’IA

Lors des récentes négociations de contrats de travail à Hollywood, les syndicats représentant les écrivains et les acteurs ont cherché à instaurer des limites sur l’utilisation de l’intelligence artificielle dans leur industrie. Ces professionnels craignent que l’IA ne vienne remplacer le talent humain et menacer leurs carrières.

Les revendications syndicales face à l’IA

Dans les objectifs fixés par le syndicat représentant les écrivains d’Hollywood pour les négociations de contrats avec les studios, on retrouve des demandes traditionnelles concernant la rémunération, qui a stagné ou baissé malgré une augmentation du nombre de nouvelles productions. Cependant, un nouvel enjeu est apparu avec l’essor des technologies d’IA : la régulation de l’utilisation de matériaux produits à l’aide d’intelligence artificielle.

Les écrivains et acteurs cherchent ainsi à défendre leur statut d’humain dans un contexte où l’IA devient de plus en plus performante et polyvalente. Ils souhaitent que les syndicats prennent position pour protéger les métiers de la création face à l’automatisation.

Les limites historiques des syndicats face à l’automatisation

Les syndicats ont généralement échoué à freiner l’adoption de nouvelles technologies qui permettent l’automatisation ou le remplacement de travailleurs qualifiés par des travailleurs moins qualifiés. Cependant, l’issue des négociations en cours pourrait déterminer si cette tendance se poursuit à l’ère de l’intelligence artificielle.

Les craintes des acteurs face à l’IA

Certains acteurs craignent que les studios utilisent l’IA pour répliquer leur voix sans leur consentement, tandis que d’autres s’inquiètent de l’utilisation de la capture de mouvement pour imiter leurs mouvements sans compensation. Les écrivains, quant à eux, redoutent que des systèmes comme ChatGPT soient capables de reproduire le style d’auteurs prolifiques, menaçant ainsi leur travail.

Les revendications des écrivains face à l’automatisation

Dans les négociations en cours, le syndicat des écrivains demande que les matériaux littéraires ne puissent être écrits ou réécrits par des chatbots et que les studios ne puissent pas utiliser des chatbots pour générer des sources qui seraient ensuite adaptées à l’écran par des humains.

De leur côté, les acteurs cherchent à protéger leurs droits sur leur voix et leurs performances, en demandant notamment que les contrats ne permettent pas aux studios d’utiliser des simulations de leur voix sans compensation.

La protection des travailleurs face à l’obsolescence technologique

La manière dont les professionnels résistent à l’obsolescence technologique dépend souvent de leur statut et de leur prestige au sein de leur secteur. Par exemple, les pilotes d’avion et certains médecins ont réussi à conserver leurs positions malgré l’automatisation croissante de leur métier.

Les limites de l’intelligence artificielle et la défense du statut des créateurs

Certains écrivains et acteurs estiment qu’il existe une “vallée de l’étrange” que les algorithmes ne pourront jamais franchir entièrement, car la créativité humaine est unique. Cependant, la manière dont les écrivains et les acteurs se protègent dépendra également de leur capacité à convaincre les publics de l’importance de la présence humaine dans la création artistique.

Les syndicats jouent un rôle essentiel dans cette défense. Par exemple, le syndicat des écrivains cherche à garantir qu’une IA ne puisse jamais être créditée en tant qu’écrivain sur un projet. De même, le syndicat des acteurs, SAG-AFTRA, fait valoir des arguments juridiques, tels que l’inéligibilité des œuvres créées entièrement par des algorithmes à la protection par le droit d’auteur.

L’importance de la dimension humaine dans la culture

Un élément qui pourrait jouer en faveur des créateurs est l’intérêt du public pour la vie réelle des acteurs et des écrivains. Les fans veulent entendre les célébrités parler de leur méthode de travail, admirer leurs choix vestimentaires et suivre leur vie sentimentale. L’IA ne peut pas remplacer cet aspect humain, qui est un élément clé de la culture populaire.

En conclusion, les syndicats d’Hollywood jouent un rôle crucial dans la protection des écrivains et des acteurs face à la montée de l’intelligence artificielle. Les négociations en cours pourraient façonner l’avenir de ces professions et déterminer si l’IA sera une menace ou un outil complémentaire pour les créateurs.

Check Also

Bovet Récital 12 : Une Nouvelle Ére de Raffinement dans l’Horlogerie de Luxe

Introduction à l’Élégance de Bovet Depuis sa fondation en 1822, Bovet a gravé son nom …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *