Sénégal : Président Macky Sall Annule les Élections Présidentielles et Crée une Polémique Nationale

Une Décision Controversée

Dans une décision controversée, le président sénégalais, Macky Sall, a annulé les élections présidentielles trois semaines seulement avant leur tenue prévue, arguant qu’un différend entre les pouvoirs législatif et judiciaire devait être résolu en premier lieu. Cette décision a immédiatement suscité une vive polémique et des accusations de coup d’État de la part de ses opposants.

Un Président Contesté

Macky Sall a fait cette annonce depuis le palais présidentiel de Dakar, la capitale sénégalaise, diffusant ses paroles en direct sur ses plateformes de médias sociaux. Dans son discours, il a déclaré qu’il révoquait le décret convoquant l’organe électoral, ce qui équivaut à un report indéfini des élections.

Cependant, ses opposants affirment qu’il était essentiellement en train de perpétrer un coup d’État et l’accusent de trahison. Ousmane Diallo, un chercheur d’Amnesty International, a déclaré : “Pour la première fois de son histoire, le Sénégal vient de subir un coup d’État.” Il a ajouté que le différend évoqué par M. Sall comme raison du report était “une crise fabriquée, une crise créée en une semaine pour stopper le processus électoral.”

Le Déclencheur de la Crise

La crise a éclaté lorsque le Conseil constitutionnel du pays a publié des listes de candidats approuvés pour l’élection présidentielle, parmi lesquels certains détenaient la double nationalité, ce qui est interdit aux candidats à la présidence au Sénégal.

L’un de ces candidats était Karim Wade, fils du prédécesseur du président Sall, Abdoulaye Wade. Le jeune M. Wade, dont la mère est française, avait renoncé à sa citoyenneté française afin de se présenter, mais il semble l’avoir fait après le rejet de sa candidature présidentielle par la Cour constitutionnelle. Après avoir été empêché de se présenter, son parti a accusé deux juges de la Cour de corruption, ce qui semble être à l’origine de la décision du président Sall d’annuler l’élection.

Dans son discours, le président Sall a présenté la situation comme un différend entre l’Assemblée nationale, qui a lancé une enquête sur les allégations, et la Cour constitutionnelle, affirmant que les choses avaient atteint un point de crise. Selon lui, la situation “pourrait sérieusement compromettre la crédibilité de l’élection” dans un pays qui “ne peut pas se permettre une nouvelle crise.”

Une Élection Présidentielle Enjeu

Macky Sall avait passé des années à refuser de confirmer s’il briguerait un troisième mandat à la présidence. La Constitution du Sénégal limite les présidents à deux mandats consécutifs. Cependant, en 2016, alors que M. Sall était au pouvoir depuis quatre ans, les électeurs ont modifié la Constitution pour réduire la durée des mandats de sept à cinq ans, ce qu’il a argumenté comme un reset de l’horloge, lui permettant ainsi de se présenter pour un troisième mandat.

Mais en juillet dernier, il a annoncé qu’il ne se représenterait pas et a désigné le Premier ministre, Amadou Ba, comme candidat du parti au pouvoir pour l’élection de 2024.

Il n’a pas fixé de nouvelle date pour les élections dans son discours à la nation samedi, mais a déclaré qu’il restait engagé à ne pas se présenter lui-même.

Réactions et Conséquences

La décision du président Sall a immédiatement suscité des réactions mitigées dans tout le pays. Certains estiment qu’il s’agit d’une tentative de consolidation du pouvoir, tandis que d’autres y voient une mesure nécessaire pour résoudre un différend constitutionnel.

Un avertissement de l’ambassade américaine sur la possibilité de manifestations violentes n’a pas empêché la plupart des habitants de Dakar, la capitale sénégalaise, de continuer leur journée normalement. Cependant, de nombreux citoyens expriment leur mécontentement quant à la situation politique actuelle.

Dans le sillage de l’annonce de l’annulation des élections, des experts se sont précipités pour évaluer la légalité de la décision du président. Certains estiment que l’annulation du décret convoquant l’organe électoral constitue une violation de la constitution et du code électoral. D’autres soutiennent que seule la Cour constitutionnelle peut reporter l’élection, et ce, uniquement en cas de décès d’un des candidats.

Un candidat à la présidence, Thierno Sall, a accusé le président de trahison. “Macky Sall sait que son candidat, Amadou Ba, ne peut pas remporter l’élection présidentielle”, a-t-il déclaré dans un communiqué. “Il craint les conséquences de ses actions tout au long de ses années à la tête de notre pays.”

Un Précédent Controverse

Le Sénégal, jusqu’à présent, a été épargné par les coups d’État militaires qui ont secoué récemment d’autres anciennes colonies françaises voisines, dans la région aride du Sahel, juste au sud du Sahara. Cependant, les critiques du président l’accusent samedi d’avoir perpétré un coup d’État constitutionnel.

“Ce n’est rien d’autre qu’un coup d’État à la manière de Louis Bonaparte en 1851”, a déclaré Ndongo Samba Sylla, économiste, en référence au neveu de Napoléon, élu président de la France, qui s’est proclamé empereur lorsque son mandat a expiré.

La veille de l’annonce de M. Sall, M. Sylla était assis dans un café de la Corniche, la route côtière bordée de palmiers de Dakar, exprimant sa crainte que les dirigeants sénégalais ne soient sur le point de détruire ses institutions.

Un Modèle Démocratique Contesté

Longtemps salué comme un modèle régional de démocratie, le processus électoral du Sénégal était en réalité, selon M. Sylla, “un système de tricherie”, reflétant une dynamique présente dans toute l’Afrique francophone : des présidents vieillissants impopulaires auprès de leurs électeurs jeunes, avec des accusations continuelles portées contre les opposants potentiels.

“Le Sénégal n’est pas démocratique, pour moi”, a-t-il déclaré. “La démocratie repose sur l’égalité politique. Nous ne l’avons pas.”

Crise de la Jeunesse

Tout comme les pays dirigés par des juntes militaires, le Sénégal a connu une vague de mécontentement des jeunes, avec des manifestations généralisées contre un gouvernement perçu comme répressif, déconnecté de la réalité, complice de la France et incapable de créer suffisamment d’opportunités pour la jeunesse, qui domine démographiquement le pays.

Ces problèmes ont poussé de nombreux jeunes Sénégalais à se tourner vers un homme politique qui s’est présenté comme un sauveur face à l’élite du pays, à la France et aux difficultés économiques : Ousmane Sonko, âgé de 49 ans.

M. Sonko, actuellement emprisonné et interdit de se présenter à l’élection, son parti dissous, a été accusé de diverses infractions, notamment d’appel à l’insurrection, de diffamation à l’encontre du ministre du Tourisme du pays et de viol. Il a été acquitté du chef d’accusation de viol, mais reconnu coupable de “corruption de la jeunesse” pour son comportement immoral envers une jeune masseuse qui l’a accusé de viol.

Protestations et Répression

Ses batailles judiciaires semblent avoir renforcé sa popularité, mobilisant des milliers de partisans dans tout le pays en signe de soutien et de défiance envers le gouvernement. Au moins 16 personnes ont été tuées lors des manifestations, selon Human Rights Watch.

La situation au Sénégal reste tendue et incertaine, avec des répercussions potentielles sur la stabilité politique du pays et sa réputation en tant que démocratie modèle en Afrique de l’Ouest.

Check Also

La Psychologie Politique : Comprendre les Mécanismes et les Enjeux

Introduction La psychologie politique est une discipline passionnante et complexe qui s’intéresse à l’interaction entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *