La Réserve fédérale maintient les taux, mais reste prudente quant à une baisse future

La Fed opte pour la prudence

La Réserve fédérale américaine (Fed) a maintenu ses taux à leurs niveaux actuels lors de sa dernière réunion, mais elle reste prudente quant à la possibilité d’une baisse des taux dans un avenir proche. Cette décision fait suite à la quatrième réunion consécutive au cours de laquelle la Fed a maintenu son principal taux entre 5,25% et 5,50%. Malgré les attentes de baisses de taux en 2024, la Fed préfère attendre davantage de preuves d’une baisse durable de l’inflation avant de s’engager dans un assouplissement monétaire.

Attentes concernant la baisse des taux

La question qui se pose désormais est la suivante : quand la Fed envisage-t-elle de réduire ses taux ? Bien que certains analystes parient sur une baisse dès le mois de mars, la majorité des acteurs du marché penchent plutôt pour le mois de mai. Cette prudence découle en partie des chiffres de l’inflation récemment publiés, montrant que l’inflation sous-jacente, qui exclut l’énergie et l’alimentation, est au plus bas depuis près de trois ans, à 2,9% sur un an. Cela suggère que la cible de 2% pourrait être atteinte prochainement.

Cependant, la Fed a clairement indiqué qu’une baisse dès le mois de mars était peu probable. Jerome Powell, président de la Fed, a déclaré : “Il est peu probable que le Comité atteigne, d’ici la réunion de mars, un niveau de confiance qui lui permette de déterminer le mois de mars comme étant le moment idéal” pour commencer à baisser ses taux.

Croissance économique solide

La Fed peut se permettre d’adopter une attitude prudente, car la lutte contre l’inflation n’a pas entravé la croissance économique aux États-Unis. En 2023, l’économie américaine a enregistré une croissance plus vigoureuse que prévu, atteignant 2,5%. Le taux de chômage reste également à des niveaux historiquement bas, à 3,7% en décembre, bien que la situation puisse évoluer. Les chiffres de janvier seront dévoilés dans les prochains jours.

Nela Richardson, cheffe économiste d’ADP, a déclaré : “L’économie semble se diriger vers un atterrissage en douceur aux États-Unis et dans le monde.” En d’autres termes, l’objectif est d’atteindre le niveau d’inflation souhaité sans faire monter le chômage ni provoquer une récession.

Incidence sur l’élection présidentielle

À neuf mois de l’élection présidentielle, l’économie est au centre des préoccupations, bien que la Fed soit indépendante du pouvoir politique. Le président démocrate Joe Biden et son principal concurrent républicain, Donald Trump, mettent en avant leurs réussites économiques respectives. La hausse des taux a eu un impact sur le coût des emprunts, notamment immobiliers, tandis que l’inflation a affecté le pouvoir d’achat des ménages, malgré une hausse globale des salaires. Même les consommateurs semblent retrouver leur optimisme, comme en témoigne l’indice de confiance du Conference Board, qui a atteint son plus haut niveau depuis décembre 2021.

En conclusion, la Fed maintient sa politique monétaire inchangée pour le moment, mais reste attentive à l’évolution de l’inflation et de l’économie. La décision de baisser les taux dépendra des données futures, et il est peu probable que cela se produise dès le mois de mars. La croissance économique solide et les enjeux de l’élection présidentielle ajoutent une dimension politique à cette question économique majeure.

Check Also

L’impact des campagnes de désinformation sur la politique américaine

La désinformation est une arme puissante dans l’arène politique moderne, capable de façonner les perceptions …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *