Les Nouveaux Cas de Trump Obscurcis par des Relations Tendues avec la Cour Suprême

La Cour Suprême : Une Relation Tumultueuse avec Donald Trump

Lorsqu’il a nommé trois juges, son administration a affiché le pire bilan devant les juges depuis au moins les années 1930.

“I’m not happy with the Supreme Court,” President Donald J. Trump a déclaré le 6 janvier 2021. “They love to rule against me.”

Sa perception de la Cour Suprême, dans un discours prononcé devant la Maison Blanche exhortant ses partisans à marcher sur le Capitole, comportait un élément substantiel de vérité.

D’autres parties du discours étaient empreintes de fureur et de mensonges, et la Cour Suprême du Colorado a cité certaines de ces passages le mardi suivant comme preuve que M. Trump s’était livré à une insurrection et était inéligible pour occuper à nouveau une fonction.

Mais les réflexions de M. Trump sur la Cour Suprême des États-Unis dans le discours, chargées de ressentiment et d’accusations de déloyauté, ont capturé non seulement sa perspective, mais aussi une réalité incontournable. Une Cour fondamentalement conservatrice, avec une majorité de six juges nommés par des républicains, dont trois nommés par M. Trump lui-même, n’a pas été particulièrement réceptive à ses arguments.

En effet, l’administration Trump a affiché le pire bilan devant la Cour Suprême de n’importe quelle administration depuis au moins l’administration Roosevelt, selon des données élaborées par Lee Epstein et Rebecca L. Brown, professeurs de droit à l’Université de Californie du Sud, pour un article publié dans le “Presidential Studies Quarterly”.

“Que la mauvaise performance de Trump témoigne de l’opinion de la Cour à son égard et à l’égard de son administration, ou de la disposition croissante des juges à contrôler le pouvoir exécutif, nous ne pouvons pas le dire”, ont écrit les deux professeurs dans un e-mail. “Quoi qu’il en soit, les données suggèrent un parcours difficile pour Trump dans les affaires impliquant le pouvoir présidentiel.”

Maintenant, une nouvelle série d’affaires liées à Trump est devant la Cour Suprême ou sur le point de l’être : l’une porte sur la question de savoir s’il bénéficie d’une immunité absolue contre les poursuites, une autre sur la viabilité d’une accusation centrale dans l’affaire d’interférence électorale fédérale, et la troisième, venue du Colorado, sur la question de savoir s’il était empêché d’obtenir un autre mandat en vertu du 14e amendement.

Les Affaires Trump : Des Questions Légales Diverses

Ces affaires posent des questions juridiques distinctes, mais des décisions antérieures suggèrent qu’elles pourraient diviser l’aile conservatrice de la Cour le long d’une ligne de faille surprenante : les nominés de Trump ont été moins enclins à voter pour lui dans certaines affaires politiquement sensibles que le juge Clarence Thomas, nommé par le premier président Bush, et le juge Samuel A. Alito Jr., nommé par le second.

Dans son discours à l’Ellipse le 6 janvier, M. Trump a parlé avec regret de ses trois nominations : les juges Neil M. Gorsuch, Brett M. Kavanaugh et Amy Coney Barrett, suggérant qu’ils l’avaient trahi pour affirmer leur indépendance.

“J’ai choisi trois personnes”, a-t-il déclaré. “J’ai combattu comme un fou pour elles.”

M. Trump a déclaré que ses nominés l’avaient abandonné, blâmant ses échecs sur l’empressement des juges à participer à la vie sociale de Washington et à affirmer leur indépendance par rapport à l’accusation selon laquelle “ils sont mes marionnettes”.

Il a ajouté : “Et maintenant, la seule façon pour eux de s’en sortir, c’est de statuer contre Trump. Alors statuons contre Trump. Et ils le font.”

M. Trump a également critiqué le juge en chef John G. Roberts Jr. sur des motifs similaires. Lorsque le juge en chef a voté de manière décisive pour sauver l’Affordable Care Act en 2012, M. Trump a écrit sur Twitter que “I guess @JusticeRoberts wanted to be a part of Georgetown society more than anyone knew,” citant un faux compte. Pendant sa campagne présidentielle, M. Trump a qualifié le juge en chef de “catastrophe absolue”.

Lorsqu’il a parlé le 6 janvier, M. Trump pensait probablement à la sévère défaite que la Cour Suprême venait de lui infliger quelques semaines plus tôt, en rejetant une plainte du Texas qui demandait à la Cour de rejeter les résultats de l’élection dans quatre États disputés.

Avant cette décision, M. Trump avait déclaré s’attendre à l’emporter devant la Cour Suprême, après avoir précipité la nomination du juge Barrett en octobre 2020 dans l’espoir qu’elle voterait en sa faveur dans les litiges électoraux.

“I think this will end up in the Supreme Court,” M. Trump avait déclaré à propos de l’élection quelques jours après le décès de la juge Ruth Bader Ginsburg en septembre. “And I think it’s very important that we have nine justices.”

Après la décision, M. Trump avait réagi sur Twitter. “The Supreme Court really let us down,” he said. “No Wisdom, No Courage!”

Le jugement dans l’affaire du Texas n’était pas tout à fait unanime. Le juge Alito, rejoint par le juge Thomas, avait publié une brève déclaration sur un point technique.

La Tendance Générale : La Cour en Opposition avec Trump

Ces mêmes deux juges étaient les seuls dissidents dans une paire d’affaires en 2020 concernant l’accès aux déclarations fiscales et aux documents commerciaux de M. Trump, réclamés par un procureur de New York et une commission de la Chambre.

La tendance générale s’est poursuivie après le départ de M. Trump de la présidence. En 2022, la Cour a refusé de bloquer la publication des dossiers de la Maison Blanche concernant l’attaque du 6 janvier sur le Capitole, rejetant ainsi efficacement la revendication de M. Trump en matière de privilège exécutif. L’ordonnance de la Cour a confirmé une décision de la cour d’appel selon laquelle le désir de M. Trump de maintenir la confidentialité des communications internes de la Maison Blanche était contrebalancé par la nécessité d’un examen complet de l’attaque et de la perturbation de la certification du décompte électoral de 2020.

Seul le juge Thomas a noté une dissidence. Sa participation à l’affaire, malgré les propres efforts de sa femme, Virginia Thomas, pour renverser l’élection, a suscité de vives critiques.

Le bilan tumultueux de M. Trump devant la Cour n’offre que des indices sur la manière dont les juges aborderont les affaires déjà devant eux et à l’horizon. Sa revendication d’une immunité absolue semble vulnérable, compte tenu d’autres décisions de la Cour sur l’étendue du pouvoir présidentiel.

L’affaire examinant l’une des lois fédérales sur lesquelles le procureur spécial s’est appuyé dans l’affaire d’ingérence électorale fédérale, qui en fait un crime d’obstruer de manière corrompue une procédure officielle, n’implique pas directement M. Trump, bien que la décision de la Cour puisse miner deux des accusations portées contre lui.

Les Défis à Venir : La Cour en Quête de Réponses

La Cour s’est montrée sceptique quant aux interprétations larges des lois fédérales sur le crime, et les arguments dans l’affaire impliqueront sans aucun doute une analyse minutieuse du texte de la loi.

L’affaire la plus difficile à évaluer est celle du Colorado, car elle soulève une multitude de questions nouvelles sur la signification d’une clause presque entièrement inexplorée du 14e amendement, une clause qui pourrait empêcher M. Trump d’accéder à la présidence. L’affaire n’est pas encore devant la Cour Suprême, mais il est presque certain qu’elle y parviendra dans les prochains jours.

Guy-Uriel E. Charles, professeur de droit à Harvard, a déclaré que les juges devront agir.

“La Cour Suprême est une institution contestée, mais c’est la seule institution qui peut intervenir et essayer de résoudre ce problème, qui nécessite une résolution nationale”, a-t-il déclaré. “Il y a eu une perte de foi dans la Cour, mais même les personnes profondément hostiles à celle-ci estiment qu’elle doit intervenir.”

Conclusion

La relation tumultueuse entre Donald Trump et la Cour Suprême continue de susciter des interrogations et de faire l’objet de débats. Alors que de nouvelles affaires se profilent à l’horizon, la Cour Suprême, avec sa majorité conservatrice, devra trancher des questions cruciales qui auront un impact sur le futur politique de l’Amérique. La décision de la Cour dans ces affaires déterminera en fin de compte le rôle qu’elle jouera dans l’histoire politique du pays.

Pour lire l’article complet, rendez-vous sur notre site web.

Check Also

Sommet de l’OTAN 2024 : Enjeux Cruciaux et Préparations Intenses

Introduction En juillet 2024, les dirigeants des pays membres de l’OTAN se réuniront à Washington …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *