Trump : Suspension de l’affaire électorale par le juge en attendant l’appel de l’immunité

Un nouveau développement dans le dossier Trump

La décision du juge de suspendre l’affaire et l’appel de l’immunité

Le mercredi, un juge fédéral a pris la décision de mettre en attente toutes les procédures dans le procès de l’ancien président Donald J. Trump, accusé d’avoir comploté pour renverser les élections de 2020, tandis qu’une cour d’appel à Washington a accepté de se pencher rapidement sur la revendication de M. Trump selon laquelle il est immunisé contre les poursuites dans cette affaire.

Cette décision de la cour d’appel d’accélérer l’examen de la question de l’immunité a marqué une journée entière de mouvements en dents de scie de l’équipe juridique de M. Trump et des procureurs travaillant pour le procureur spécial Jack Smith, au sujet de la question cruciale de la date à laquelle le procès électoral aura effectivement lieu. Il est désormais prévu de commencer à Washington en mars.

Selon le calendrier agressif établi par un collège de trois juges de la Cour d’appel des États-Unis pour le district de Columbia, toutes les requêtes écrites dans le cas de l’immunité devront être déposées d’ici le 2 janvier. La cour pourrait ensuite entendre les plaidoiries orales et rendre une décision.

Mercredi matin, les avocats de M. Trump avaient demandé à la cour de ne pas fixer un calendrier accéléré, affirmant qu’une “course à un jugement imprudent” serait de nature à “saper irrémédiablement la confiance du public dans le système judiciaire”.

” L’intérêt public manifeste réside dans la prise en compte soigneuse et délibérée de ces questions cruciales avec le plus grand soin et la plus grande diligence “, a écrit D. John Sauer, un avocat chargé de l’appel au nom de M. Trump.

Les enjeux de l’inculpation de Trump dans l’enquête sur les élections de 2020

Alors que l’affaire Trump continue de faire la une de l’actualité, il est essentiel de comprendre les principaux enjeux de cette inculpation. Voici quelques points clés à retenir :

Une attaque contre la démocratie américaine

L’acte d’accusation présente une attaque contre la démocratie américaine. Jack Smith a décrit son affaire contre Trump comme une attaque contre l’une des fonctions essentielles de la démocratie : le transfert pacifique du pouvoir. En mettant en avant ce thème, Smith a présenté son effort non seulement comme une tentative de rendre Trump responsable, mais aussi de défendre le noyau même de la démocratie.

Trump au centre des accusations de complot

Smith a placé Trump au cœur de trois conspirations qui ont abouti le 6 janvier 2021, dans une tentative d’entraver le rôle du Congrès dans la ratification du vote du Collège électoral. Le procureur spécial a soutenu que Trump savait que ses allégations de vol des élections étaient fausses, un point qui, s’il était prouvé, pourrait être important pour convaincre un jury de le condamner.

Trump n’a pas agi seul

L’acte d’accusation répertorie six co-conspirateurs sans les nommer ni les inculper. En se basant sur les descriptions fournies, ils correspondent aux profils des avocats et conseillers de Trump qui étaient prêts à avancer des théories du complot de plus en plus extravagantes pour le maintenir au pouvoir. Il est encore incertain si ces co-conspirateurs seront inculpés.

Le pouvoir politique de Trump reste fort

Trump peut être jugé en 2024 dans trois ou quatre affaires criminelles distinctes, mais jusqu’à présent, les inculpations n’ont pas semblé avoir d’impact sur sa popularité auprès des électeurs républicains. Il demeure largement en tête des primaires présidentielles de son parti.

Les manœuvres légales et politiques

La demande de M. Trump de ralentir l’appel est intervenue deux jours après que les procureurs travaillant pour M. Smith ont demandé aux mêmes juges d’accélérer le processus. Les procureurs ont argumenté que le maintien de l’affaire électorale en cours ferait valoir l’intérêt du public à un procès rapide.

M. Smith a également déposé une demande parallèle devant la Cour suprême, demandant aux juges de prendre en considération la question de l’immunité même avant que la cour d’appel ne le fasse et de rendre leur décision rapidement. Les avocats de M. Trump ont jusqu’au 20 décembre pour répondre à cette demande.

Dans une autre décision mercredi, la Cour suprême a accepté d’examiner une affaire distincte ayant un impact sur la poursuite de M. Trump. La Cour a déclaré qu’elle examinerait la question de savoir si l’ancien président et des centaines de personnes poursuivies pour l’assaut sur le Capitole du 6 janvier 2021 peuvent être inculpés dans ces affaires en vertu d’une loi fédérale qui en fait un crime de corrompre ou d’entraver une procédure officielle.

Au milieu de la dispute concernant le calendrier de l’appel de l’immunité, la juge Tanya S. Chutkan, chargée du dossier sous-jacent, a rendu une décision distincte mais liée : elle a émis une ordonnance, statuant que toutes les “autres procédures qui feraient avancer cette affaire vers un procès” seraient suspendues jusqu’à ce que l’appel soit résolu.

Les avocats de M. Trump avaient demandé cette pause lorsqu’ils avaient d’abord décidé de contester le rejet par la juge Chutkan de la revendication d’immunité de l’ancien président. M. Trump avait argumenté dans sa motion initiale pour rejeter l’affaire qu’il était “absolument immunisé” contre les accusations d’ingérence électorale parce qu’elles étaient fondées sur des actions qu’il avait entreprises pendant son mandat.

La stratégie de Trump : reporter le procès

La victoire de l’appel de la question de l’immunité n’a été qu’un des objectifs de M. Trump. Depuis le début, lui et ses avocats ont eu une stratégie alternative : retarder le procès sur les accusations d’ingérence électorale le plus longtemps possible.

Si M. Trump parvient à reporter le procès jusqu’après les élections de l’année prochaine et qu’il remporte finalement la course, il aura le pouvoir d’ordonner simplement l’abandon des accusations. Tenir un procès après l’élection signifierait également que les électeurs n’auraient pas eu l’occasion d’entendre les preuves que les procureurs ont recueillies sur les efforts considérables de M. Trump pour renverser les résultats de l’élection précédente.

L’équipe de M. Smith n’a jamais explicitement suggéré qu’elle craignait que si M. Trump était réélu, il utiliserait sa victoire politique pour étouffer ses problèmes juridiques. Au lieu de cela, ils ont formulé leurs préoccupations concernant la planification de l’affaire de manière différente, en affirmant qu’ils cherchaient à protéger l’énorme intérêt public à ce que l’affaire soit résolue rapidement.

M. Sauer a rejeté cette position dans sa requête à la cour d’appel, accusant M. Smith d’utiliser l’affaire pour nuire à la candidature de M. Trump.

” La date du 4 mars 2024 n’a aucune signification talismanique “, a-t-il écrit. ” Outre les motifs partisans illégaux de l’accusation, il n’y a aucune raison impérieuse de maintenir cette date.”

Les avocats de M. Trump se plaignent depuis longtemps que le procès est en lui-même une forme d’ingérence électorale. Ils affirment que la date de début prévue du 4 mars est juste un jour avant le Super Tuesday, la date la plus importante de la saison des primaires.

L’équipe juridique de M. Trump a utilisé son appel d’immunité pour lancer des attaques politiques contre M. Smith et l’administration Biden, présentant l’acte d’accusation comme un effort partisan visant à faire dérailler la troisième candidature de M. Trump à la Maison Blanche.

” L’accusation n’a qu’un objectif dans cette affaire : essayer illégalement de juger, condamner et condamner le président Trump avant une élection dans laquelle il est susceptible de battre le président Biden “, a écrit M. Sauer.

Dans ses écrits d’appel, M. Sauer s’est également plaint que le calendrier accéléré demandé par M. Smith – et que la cour d’appel a finalement fixé – obligerait l’équipe juridique de M. Trump à “travailler jour et nuit pendant les vacances”.

“Il semble que le procureur spécial ait grondé, avec ses doigts de Grinch tambourinant nerveusement, ‘Je dois trouver un moyen d’empêcher Noël de venir'”, a écrit M. Sauer, citant le célèbre livre de Dr. Seuss.

Conclusion

L’affaire Trump continue d’évoluer avec des développements juridiques et politiques rapides. La décision du juge de suspendre les procédures en attendant l’appel de l’immunité a des implications majeures pour l’avenir du procès. Alors que le calendrier reste incertain, il est clair que les enjeux sont élevés pour toutes les parties impliquées. Nous continuerons à suivre cette affaire de près pour vous tenir informés des derniers développements.

Check Also

Panne Informatique Mondiale du 19 Juillet 2024 : Quand la Technologie Prend une Pause

Imaginez un monde où vos vols sont annulés, vos émissions préférées disparaissent des écrans, et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *