La Nouvelle Alliance pour l’IA Ouverte : Un Défi pour la Domination de l’IA par OpenAI et Google

Une Collaboration Inattendue dans le Monde de la Technologie

L’industrie technologique est en perpétuelle évolution, et les alliances inattendues se forment régulièrement. C’est dans ce contexte que le groupe Facebook, désormais connu sous le nom de Meta, s’est associé à des entreprises telles qu’IBM, Oracle, Intel, ainsi qu’à des institutions de recherche de renommée mondiale telles que l’Université Harvard, l’ETH de Suisse et le CERN. Ils ont annoncé leur collaboration dans le domaine de l’intelligence artificielle ouverte. Cette alliance porte le nom d’AI Alliance.

L’Émergence de l’IA Généralisée

Il y a un an, OpenAI a rendu accessible au grand public des modèles de traitement du langage naturel puissants grâce à son chatbot Chat-GPT. D’un simple clic, il est devenu possible de rédiger des essais ou de résoudre des tâches de programmation. Les individus ont commencé à expérimenter comment utiliser l’IA à leur avantage, tandis que les entreprises l’incorporaient dans leurs produits.

Cela a déclenché une réaction en chaîne dont deux acteurs principaux en bénéficient actuellement : OpenAI et Microsoft. La majorité des utilisateurs se fient aux modèles de langage d’OpenAI, car ils sont les plus avancés sur le marché, et ils paient pour cela. Microsoft est un investisseur d’OpenAI et fournit l’infrastructure cloud pour l’IA basée sur le langage. Ainsi, Microsoft Azure a un avantage décisif par rapport à ses concurrents tels qu’Amazon Web Services (AWS) ou IBM Cloud.

Les Défis de la Concurrence avec OpenAI

Il est difficile de concurrencer OpenAI pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’entraînement de ce type d’IA nécessite une quantité massive de données. De plus, il faut une puissance de calcul considérable pour ce type d’entraînement. Ensuite, il faut disposer d’une main-d’œuvre qualifiée en IA pour adapter le modèle. Enfin, une fois que le modèle est prêt et suscite l’intérêt de nombreux utilisateurs, il faut encore une énorme capacité de calcul pour générer les textes, les images et les codes demandés.

Actuellement, il y a peu d’entreprises qui ont les ressources nécessaires pour rivaliser avec OpenAI et Microsoft. Google, avec son récent lancement de Gemini, une alternative aux modèles d’OpenAI, est l’un des rares concurrents sérieux. Meta fait également partie de cette liste.

Meta et sa Stratégie d’IA Ouverte

Meta a adopté une approche ouverte de la recherche en IA. Alors qu’OpenAI publie désormais ses modèles dans des articles de blog, Meta publie des recherches sur le sujet. De plus, Meta a rendu publiquement accessible l’un des plus grands modèles de traitement du langage, Llama2. Il est disponible gratuitement sur demande, afin que chacun puisse le télécharger, l’adapter à ses besoins et l’utiliser.

Cependant, il convient de noter que l’IA de Meta ne respecte pas pleinement les normes open source. Meta se réserve le droit d’interdire l’utilisation de son IA à des entreprises comptant plus de 700 millions d’utilisateurs. Cela inclut son plus grand rival, Google, ainsi que des applications telles que Snapchat. De plus, les données et le code source utilisés pour l’entraînement sont gardés secrets.

Les Préoccupations des Développeurs Open Source

Les développeurs open source, tels que Frank Karlitschek, le fondateur de Nextcloud, regardent cela d’un œil critique. Il estime que “lorsqu’il s’agit de logiciels libres, il faut faire la distinction entre la ‘liberté’ comme dans la bière gratuite et la ‘liberté’ comme dans la liberté d’utilisation”. Selon lui, il n’est pas responsable de construire un modèle sans savoir quelles données ont été utilisées pour cela.

Malgré ces critiques, il est encourageant de voir que Meta souhaite désormais collaborer étroitement avec IBM et de nombreuses autres entreprises et instituts de recherche pour développer et offrir des modèles ouverts. Il est clair qu’il est nécessaire de proposer des alternatives au monopole d’OpenAI.

La Dépendance envers OpenAI

Lorsque les entreprises expérimentent avec l’IA, elles ne développent généralement pas leur propre modèle IA. Cela est souvent trop coûteux et complexe. Elles préfèrent généralement acheter des droits d’utilisation à OpenAI.

Par exemple, Helvetia Assurance a optimisé son chatbot grâce à la technologie Chat-GPT. Lorsque les clients de Helvetia posent une question au chatbot, Helvetia envoie une requête en arrière-plan à Chat-GPT. L’IA est douée pour “comprendre” ce que les interrogateurs veulent savoir et formuler des réponses. Ces compétences sont associées aux données de Helvetia, à partir desquelles le chatbot extrait les informations nécessaires pour répondre.

L’avantage de cette approche est la rapidité avec laquelle une application fonctionnelle peut être développée. Cependant, l’inconvénient réside dans la dépendance envers OpenAI pour des prix acceptables, une gestion adéquate des données et le maintien de ses services.

Les Implications Sociales de la Domination de l’IA

Sur le plan sociétal, il est préoccupant que seulement quelques entreprises de la Silicon Valley développent des IA puissantes en matière de traitement du langage, sans que l’on sache exactement ce que ces modèles contiennent. Cela devient particulièrement important lorsque de plus en plus de personnes posent des questions à leur chatbot plutôt qu’à Google. Dans ce contexte, il est essentiel de savoir quelles perspectives et quelles opinions sont reflétées dans les réponses de l’IA.

Les modèles d’IA véritablement open source, avec des données et des méthodes d’entraînement transparentes, sont donc bénéfiques pour la société. Des entreprises comme Hugging Face produisent de tels modèles ouverts. Leandro von Werra, chercheur et ingénieur en apprentissage automatique chez Hugging Face, souligne que les modèles d’IA reposent sur le travail de millions de personnes. Elles ont le droit de savoir si leurs contributions sont utilisées et ont besoin de moyens pour les protéger contre une utilisation abusive par des IA.

Hugging Face fait également partie de l’AI Alliance. L’espoir est que la collaboration de nombreux acteurs dans le domaine de l’open source permettra une véritable concurrence avec les grandes entreprises technologiques. La caractéristique clé de l’open source est que tout le monde en profite lorsque des logiciels fondamentaux sont partagés, et que tout le monde peut signaler des erreurs et proposer des améliorations.

Un Avenir avec Deux Types d’IA

Il ne s’agit pas seulement de savoir qui possède le modèle le plus puissant, mais aussi de son applicabilité dans la vie quotidienne.

Pour de nombreuses entreprises, une solution clé en main telle que celle d’OpenAI est actuellement la meilleure option. Elles achètent de l’IA sous forme de package complet. L’utilisation de logiciels open source et collaboratifs signifie également que les entreprises doivent investir davantage en connaissances et en temps pour rendre les programmes opérationnels. De plus, elles doivent prendre en compte les coûts liés à l’utilisation du cloud, déjà inclus dans les offres d’OpenAI.

Les entreprises d’IA open source doivent combler cette lacune. Traditionnellement, les entreprises open source génèrent des revenus en aidant les entreprises clientes à déployer et à entretenir des logiciels open source. Si les développeurs d’IA ouverte s’entendent sur des normes et des méthodes, tous les fournisseurs du secteur peuvent en bénéficier. C’est la logique qui sous-tend l’AI Alliance.

Lorsqu’il s’agit de programmes informatiques classiques, la plupart des gens utilisent à la fois des logiciels privés et open source dans leur vie quotidienne. Les entreprises achètent parfois des logiciels Microsoft, SAP, etc., tout en développant d’autres solutions basées sur des logiciels open source.

Leandro von Werra de Hugging Face prévoit une coexistence similaire pour l’IA : “Il y aura une place pour des modèles fermés polyvalents tels que Chat-GPT ou Claude, qui peuvent aider dans de nombreuses situations. Mais je m’attends à ce que de nombreuses entreprises développent leurs propres modèles d’IA sur la base de l’open source.”

Les Inquiétudes Concernant les Abus

Il existe également des critiques de l’IA open source. Leur principal argument est que l’intelligence artificielle est un outil puissant, par exemple pour la création de désinformation, de fausses informations ou d’autres contenus indésirables. Si tout le monde peut télécharger et personnaliser un modèle d’IA, il devient impossible de limiter les abus, car les filtres peuvent être supprimés du code source. L’IA ouverte représente-t-elle donc un danger ?

Les partisans de l’open source, tels que Karlitschek, affirment que c’est une question fondamentale : “Préférons-nous que quelques grandes entreprises aient le contrôle et décident de ce qui est bon ou mauvais ? Ou optons-nous pour une IA transparente et décentralisée ?” Il est évident qu’il préfère la deuxième option.

Des Actions Concrètes en Vue

L’AI Alliance cherche maintenant à concrétiser ses intentions. Il n’y a pas d’accords clairs à ce sujet, et l’ETH a précisé qu’aucun financement ne serait accordé. Alessandro Curioni, directeur du centre de recherche d’IBM à Zurich, explique : “Il n’y a pas d’obligations contractuelles pour les membres de l’alliance de contribuer d’une manière ou d’une autre. Cependant, il est dans l’intérêt de chacun d’apporter sa contribution, que ce soit en termes d’idées, de données, d’infrastructure, de réputation ou d’expertise.”

Check Also

La France en Grève : Les Mobilisations Contre la Réforme des Retraites en 2024

En 2024, la France est secouée par une vague de grèves et de manifestations sans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *