La Testostérone chez les Femmes : Plus qu’un Traitement pour la Libido

La découverte de l’énergie retrouvée

Le tournant dans la vie de Martina Weber a commencé vers la quarantaine. Elle se sentait autrefois équilibrée et heureuse, mais elle a soudainement été confrontée à des fluctuations d’humeur intenses, suivies de troubles du sommeil et de douleurs articulaires. Une explication à ses maux est apparue dans le livre “Woman on Fire” de la gynécologue allemande Sheila de Liz : le déficit hormonal. Les analyses de sang de Martina ont en effet révélé des taux hormonaux anormalement bas pour son âge. C’était clair pour elle qu’une thérapie de remplacement hormonal s’imposait. Les effets ne se sont pas fait attendre. Grâce aux hormones œstrogène et progestérone, son sommeil s’est amélioré et ses douleurs articulaires se sont atténuées.

Cependant, elle se sentait toujours en manque d’énergie et avait peu d’appétit sexuel. Sa gynécologue a alors prescrit de la testostérone en complément. Quelques semaines plus tard, Martina était étonnée : “J’avais une énergie que je n’avais pas ressentie depuis de nombreuses années.”

Une génération plus confiante

Aujourd’hui âgée de 48 ans, Martina Weber représente une évolution sociétale, selon Alexandra Kohl Schwartz, co-chef de service en médecine de la reproduction et endocrinologie gynécologique à l’hôpital cantonal de Lucerne : “Mes patientes qui traversent la ménopause font partie d’une génération de femmes généralement actives et confiantes. Elles veulent avoir plus de contrôle sur les décisions médicales.”

Il n’est donc pas rare que de nombreuses femmes se rendent chez le Dr. Kohl Schwartz avec l’idée de commencer une thérapie de remplacement hormonal, y compris la testostérone. La demande a augmenté depuis la publication en 2020 du livre de Sheila de Liz, qui décrit le déficit hormonal chez les femmes comme l’une des principales causes de maladies liées à l’âge, notamment la dépression, les douleurs articulaires et les troubles du rythme cardiaque.

La baisse de la production hormonale pendant la ménopause

Il est clair que la production hormonale dans le corps féminin diminue pendant la ménopause, ce qui inclut la testostérone. Sa production diminue déjà au fil des années précédentes. “Pendant la périménopause, c’est-à-dire la période précédant la dernière menstruation, cela peut déjà se manifester cliniquement”, explique la gynécologue Kohl Schwartz.

Cependant, la thérapie de remplacement de la testostérone chez les femmes n’est encore autorisée que pour le traitement de la perte de libido selon les directives médicales. Par conséquent, de nombreux gynécologues hésitent à la prescrire.

L’importance du bien-être de la patiente

Pour le Dr. Kohl Schwartz, les directives internationales ne sont pas gravées dans le marbre. Elle explique que le fait que ces directives ne prévoient actuellement la testostérone que pour la perte de libido s’explique par le manque d’études sur l’efficacité dans d’autres cas.

“Cependant, ce qui compte pour moi, c’est l’état et la souffrance de la patiente assise devant moi”, dit Kohl Schwartz. “Outre la perte de libido, les principaux symptômes sont la perte d’énergie et les difficultés de concentration. Même si les taux hormonaux ne sont pas nettement inférieurs à ceux des femmes du même âge, les symptômes peuvent être graves dans le cas individuel.”

Chez la plupart des patientes, non seulement le taux de testostérone est trop bas, mais aussi le taux d’œstrogène et de progestérone. Par conséquent, la thérapie commence généralement par une combinaison de ces hormones. Si cela ne suffit pas, le médecin peut également prescrire de la testostérone. “Nous savons aujourd’hui que les hormones féminines et masculines doivent être en équilibre”, déclare Kohl Schwartz.

Le recours à la thérapie “Off-Label”

“En ce qui concerne la thérapie de remplacement de la testostérone, il est important de surveiller régulièrement les niveaux hormonaux et de discuter des symptômes”, souligne Kohl Schwartz. Cela comprend également la surveillance des effets secondaires indésirables, en particulier l’acné et l’augmentation de la pilosité corporelle. “Comme nous commençons à des doses très faibles, cela se remarque rapidement et nous pouvons réduire la dose. En général, il faut souvent des quantités très faibles. L’objectif est d’atteindre un niveau de testostérone similaire à celui d’avant la ménopause”, explique Kohl Schwartz.

La testostérone pour les femmes – un médicament standard

Jusqu’à présent, il n’existe qu’un seul médicament standard pour la testostérone chez les femmes, disponible uniquement en Australie. Dans le reste du monde, les femmes utilisent souvent des produits approuvés pour les hommes en plus petites quantités. Cependant, Kohl Schwartz déconseille cette pratique, car il est difficile d’obtenir une dose précise.

Elle travaille avec une pharmacie pour fournir des préparations spécifiques pour les femmes, dosées individuellement. Les gels libèrent la substance active à travers la peau, ce qui permet une dosification précise.

Aujourd’hui, la plupart des thérapies de remplacement hormonal utilisent ce que l’on appelle des hormones bioidentiques, des molécules fabriquées à partir de plantes qui sont identiques aux hormones naturelles du corps.

Cependant, les gynécologues Alexandra Kohl Schwartz et Petra Stute mettent en garde contre les offres peu fiables sur Internet. “Il faut éviter cela. Car la qualité et la teneur en substance active sont difficiles à évaluer”, explique Stute.

Le manque d’études à long terme

Mais à quel point la thérapie de remplacement hormonal est-elle sûre et efficace ? Comme mentionné précédemment, la plupart des femmes prennent également de l’œstrogène et de la progestérone dans le cadre de la thérapie hormonale. Selon Kohl Schwartz, les études montrent un risque de cancer du sein légèrement accru en ce qui concerne ces deux hormones.

“En ce qui concerne la thérapie de remplacement de la testostérone, les études n’ont pas montré de signes de risque accru de crise cardiaque ou de cancer du sein lorsque l’hormone est utilisée sous forme de gel”, déclare Kohl Schwartz. Si la femme prend l’hormone sous forme de comprimés, le risque de thrombose peut augmenter et les taux de cholestérol peuvent augmenter.

Il est également important de noter que les chercheurs n’ont étudié les effets d’un traitement à la testostérone que sur une période de deux ans jusqu’à présent. Par conséquent, un traitement prolongé n’est actuellement pas recommandé selon les directives officielles.

La question du remboursement par l’assurance maladie

Jusqu’à présent, les études ont examiné l’efficacité de la thérapie de remplacement de la testostérone principalement pour la perte de libido. Il n’y a pas encore de preuves scientifiques concernant d’autres symptômes tels que la perte d’énergie.

Cependant, dans la pratique clinique, le Dr. Kohl Schwartz constate des résultats encourageants. “Trois quarts de mes patientes ressentent une nette amélioration. J’entends souvent des commentaires du type : ‘Je me sens comme avant, je suis en équilibre'”, dit Kohl Schwartz.

Conclusion

En fin de compte, la testostérone peut jouer un rôle important dans la santé et le bien-être des femmes, bien au-delà de la simple question de la libido. Alors que la recherche continue à progresser, il est essentiel de tenir compte du bien-être individuel des patientes et de discuter des avantages et des risques avec leur médecin. Bien que les directives officielles puissent être restrictives, elles ne sont pas nécessairement gravées dans la pierre, et la testostérone pourrait bien devenir un élément clé de la gestion de la santé des femmes à l’avenir.

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *