Cour suprême du Colorado accepte d’examiner le cas du 14e amendement de Trump

Une bataille nationale sur l’éligibilité de l’ancien président à se présenter à nouveau

Le 22 novembre 2023

La Cour suprême du Colorado a accepté mardi d’examiner l’appel de la décision d’un juge de l’État autorisant l’ancien président Donald J. Trump à rester sur le bulletin de vote primaire de l’État, dans le cadre d’une bataille nationale sur son éligibilité à se présenter à nouveau à la présidence.

Les plaignants invoquent le 14e amendement

Les plaignants, faisant référence aux efforts de M. Trump pour renverser les résultats de l’élection de 2020, ont argumenté que l’article 3 du 14e amendement disqualifie toute personne ayant “participé à une insurrection ou à une rébellion” contre la Constitution après avoir prêté serment de la soutenir.

La décision du juge Sarah B. Wallace

Le juge Sarah B. Wallace a statué que M. Trump avait participé à une insurrection avec ses actions avant et pendant l’attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole des États-Unis. Cependant, elle a autorisé M. Trump à rester sur le bulletin de vote en se basant sur le fait que la clause de disqualification du 14e amendement ne s’appliquait pas au président des États-Unis.

Réaction de l’équipe de Trump

Un porte-parole de M. Trump, Steven Cheung, a déclaré dans un communiqué après la décision du juge Wallace la semaine dernière que c’était “un autre clou dans le cercueil des contestations de vote non américaines.”

Appel à la Cour suprême du Colorado

Les plaignants ont déposé leur appel devant la Cour suprême du Colorado lundi soir, et la cour a accepté d’entendre l’affaire selon un calendrier accéléré. Les avocats de M. Trump doivent déposer un mémoire dans l’affaire d’ici lundi prochain, et les plaidoiries sont prévues pour le 6 décembre.

L’importance de la décision

Jena Griswold, secrétaire d’État du Colorado et démocrate, a déclaré précédemment qu’elle suivrait la décision en place le 5 janvier 2024, date limite de l’État pour certifier les candidats sur le bulletin de vote de la primaire du 5 mars.

Mario Nicolais, avocat des plaignants, a déclaré que le rythme rapide du calendrier de la cour indiquait que “la Cour suprême prend cela au sérieux”, ajoutant que “nous sommes convaincus que nous sortirons victorieux de la Cour suprême du Colorado et qu’il sera interdit de figurer sur le bulletin de vote.”

Contexte de la bataille juridique

La décision de la Cour suprême du Colorado d’examiner le cas du 14e amendement de Trump intervient dans un contexte de bataille juridique nationale et de débat intense sur l’éligibilité de l’ancien président à se présenter à la présidence des États-Unis une fois de plus.

Les fondements juridiques du cas

Le cas repose sur l’interprétation de la section 3 du 14e amendement de la Constitution des États-Unis, qui stipule :

“Toute personne qui, après avoir prêté serment en tant que membre du Congrès ou en tant qu’officier de tout État ou ayant prêté serment comme membre de tout législateur ou comme fonctionnaire exécutif ou judiciaire de tout État, pourtant, se sera engagée dans une insurrection ou une rébellion contre la même Constitution, ou aura donné aide ou réconfort aux ennemis de la même Constitution, mais elle ne peut être élue ou nommée à un poste de confiance ou de profit sous les États-Unis.”

Les plaignants soutiennent que les actions de Trump visant à renverser les résultats de l’élection présidentielle de 2020 et son rôle dans l’incitation à l’attaque du Capitole le 6 janvier 2021 constituent une violation de cette clause, le disqualifiant ainsi de se présenter à nouveau.

La décision du juge Wallace

La décision initiale du juge Sarah B. Wallace a été scrutée de près. Elle a conclu que les actions de M. Trump avant et pendant l’attaque du Capitole constituaient une insurrection contre la Constitution, mais elle a néanmoins permis à l’ancien président de rester sur le bulletin de vote. Sa justification reposait sur l’argument que la clause de disqualification du 14e amendement ne s’appliquait pas au président en exercice.

Cette décision a suscité un débat intense et a été saluée par les partisans de M. Trump comme une victoire, tandis que ses détracteurs la considèrent comme une interprétation erronée de la Constitution.

Appel à la Cour suprême du Colorado

Face à cette décision controversée, les plaignants ont rapidement fait appel à la Cour suprême du Colorado pour qu’elle examine l’affaire. La cour a répondu en acceptant d’entendre l’appel selon un calendrier accéléré, soulignant l’importance de cette affaire pour la démocratie et les droits électoraux.

Les arguments à venir

La bataille juridique à venir se concentrera sur la question de savoir si la décision du juge Wallace était correcte dans son interprétation de la clause de disqualification du 14e amendement. Les avocats de M. Trump devront présenter des arguments solides pour défendre la position selon laquelle la clause ne s’applique pas au président en exercice.

D’autre part, les plaignants devront prouver que les actions de M. Trump, en particulier son rôle dans l’incitation à l’attaque du Capitole, correspondent à une insurrection ou à une rébellion contre la Constitution, tel que le stipule la clause du 14e amendement.

L’impact potentiel sur les élections futures

La décision finale de la Cour suprême du Colorado dans cette affaire pourrait avoir un impact significatif sur les élections futures. Si la cour conclut que M. Trump est disqualifié en vertu du 14e amendement, cela le priverait de la possibilité de se présenter à la présidence des États-Unis à l’avenir. Cependant, si la décision est en sa faveur, il conserverait cette option, ouvrant ainsi la porte à une candidature présidentielle potentiellement controversée en 2024.

Conclusion

La décision de la Cour suprême du Colorado d’examiner le cas du 14e amendement de Trump marque une étape importante dans une bataille juridique nationale sur l’éligibilité de l’ancien président à se présenter à nouveau. Les arguments à venir et la décision ultime auront des répercussions importantes sur les élections futures et l’interprétation de la Constitution des États-Unis.

Check Also

Un Nouveau Test Sanguin Révolutionnaire pour la Détection Précoce de la Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson, une affection neurodégénérative progressive, touche des millions de personnes dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *