La fuite des cerveaux de l’UBS vers la concurrence

Les départs de haut niveau plongent l’UBS dans l’incertitude

La fusion avec la Credit Suisse a eu des conséquences inattendues pour l’UBS, en plus des milliers d’emplois supprimés, la banque perd également des talents précieux. Le secteur national est particulièrement touché par ces départs de haut niveau.

L’exode des talents de l’UBS

On assiste actuellement à une vague de départs massifs au sein de l’UBS. Il semble que quiconque le peut quitte le “supertanker” pour rejoindre l’une des luxueuses yachts ou vedettes qui naviguent à ses côtés. Les portails financiers ne cessent de relayer des informations sur les départs remarquables au sein de la banque issue de la fusion. Des noms bien connus sont mentionnés presque quotidiennement.

L’un des départs les plus médiatisés récemment a été celui de Sabine Heller, désignée pour diriger la région de Zurich. En tant que l’une des rares personnes issues de Credit Suisse, elle a surpassé la concurrence au sein de l’UBS pour décrocher le poste de directrice. Cependant, avant même de prendre ses fonctions, elle a rejoint la succursale zurichoise de la banque privée Lombard Odier.

Ce cas est symptomatique de ce qui se passe actuellement sur la place financière suisse. Pour la concurrence, la disparition de Credit Suisse est le signal de départ pour concrétiser des ambitions de longue date. Soudain, des têtes de proue du secteur financier sont sur le marché, pour lesquelles un passage à une institution plus petite aurait été impensable dans leur plan de carrière. “La concurrence saisit les opportunités qui se présentent”, déclare le chasseur de têtes Klaus Biermann.

Lombard Odier, par exemple, souhaite enfin devenir un acteur important en Suisse alémanique. Le départ de Heller s’inscrit dans une série entière de recrutements réussis en provenance de la Place Paradeplatz. Depuis que Serge Fehr, lui aussi ancien banquier de Credit Suisse, a repris l’activité en Suisse l’année dernière, les Genevois opèrent avec succès dans le territoire des grandes banques. Cet été, une équipe de 13 anciens banquiers de Credit Suisse a rejoint Lombard Odier en bloc. Ils devraient s’occuper de riches entrepreneurs à Zug.

Les institutions du Liechtenstein saisissent également cette opportunité historique. Anke Bridge, la banquière vedette de Credit Suisse qui était responsable de l’application de banque en ligne CSX, dirige désormais l’activité suisse de la banque princière LGT depuis le début du mois. “Toutes les banques cherchent à tirer profit de la situation”, déclare le chasseur de têtes Biermann.

Hémorragie dans le secteur des clients entreprises

Les départs sont particulièrement douloureux pour l’UBS dans le secteur des clients entreprises. Celui-ci était l’un des joyaux de l’ancienne Credit Suisse, qui pouvait jouer sur ses atouts : elle était proche des entrepreneurs et travaillait de manière peu bureaucratique avec eux. Si le client avait besoin d’une solution plus personnalisée, la banque la lui fournissait.

Cependant, cette force de l’ancienne CS est menacée par la fusion. En juillet, le chef des clients entreprises, Andreas Gerber, a quitté la banque – sa destination n’est pas claire. On suppose que Gerber a été mis à l’écart car il avait adopté une approche décontractée des règles bureaucratiques. UBS aurait ensuite utilisé une infraction mineure comme prétexte pour en faire un exemple. Gerber n’a pas souhaité faire de commentaire en réponse à une demande d’entrevue.

Gerber est bien connecté dans le monde des PME. Il préside le Swiss Venture Club (SVC) et est considéré comme le père non officiel du programme de prêts Covid, qui a aidé les petites entreprises à traverser la crise.

D’autres acteurs clés de Credit Suisse en Suisse ont également quitté la banque – la concurrence étatique n’étant pas en reste : Nicolas Krügel, responsable du crédit avec 27 ans d’expérience chez Credit Suisse, deviendra le directeur de la Banque cantonale de Genève en 2024. Alain Schmid, qui s’occupait des clients commerciaux et dirigeait l’activité de paiement, a pris la direction de la Banque cantonale de Schaffhouse.

La nouvelle grande banque doit désormais convaincre des entrepreneurs comme Marcel Dobler. Le fondateur de Digitec et député national du Parti libéral-radical est un client de longue date de Credit Suisse, tant à titre privé que professionnel. À ce jour, il ne sait pas s’il suivra la banque dans son transfert vers l’UBS. Selon Dobler, d’autres entrepreneurs attendent également : “Ce n’est pas automatique que tous les clients entreprises de Credit Suisse rejoignent l’UBS. La banque devra se battre pour ces clients.”

Des personnalités comme Andreas Gerber de Credit Suisse auraient pu assurer la continuité et faciliter la transition pour les entrepreneurs. Dobler loue notamment la communication sans tracas avec Gerber et son équipe : “En cas de problème, il était facile de le contacter et de trouver une solution. En ce sens, de tels départs sont une perte pour l’UBS. Si la banque trouve un bon successeur, la perte peut être minimisée. Pour l’instant, c’est encore une boîte noire.”

D’autres entrepreneurs émettent également des réserves. La direction de l’UBS, avec à sa tête le directeur général Sergio Ermotti et le président du conseil d’administration Colm Kelleher, critique la Credit Suisse afin de justifier le faible prix d’achat. Cela jette également une lumière défavorable sur l’activité de banque pour les entreprises suisses, même si Credit Suisse y a été plus performante que l’UBS. “La perte de l’esprit d’entreprise est un danger pour le secteur industriel tourné vers l’exportation”, déclare un chef d’entreprise qui souhaite rester anonyme.

Les départs ne se limitent pas à la Suisse. Même dans le domaine de la gestion de fortune mondiale

, le cœur de métier de l’UBS, les concurrents débauchent des cadres et des conseillers à la clientèle. Outre les banques privées suisses, les grandes banques mondiales sont également actives. En Asie, la britannique HSBC et la Deutsche Bank ont frappé fort, mais les grandes banques américaines n’ont pas hésité à agir lorsque l’occasion s’est présentée. Dans le secteur de la banque d’investissement, des collaborateurs quittent également l’UBS – ce qui pourrait bien arranger la banque, car elle cherche à alléger son bilan et à se débarrasser volontiers de ses activités gourmandes en capital ainsi que de son personnel.

Des salaires en hausse marquée

Ce mouvement de départ est stimulé par des paquets salariaux plus importants. “Les nouveaux employeurs doivent augmenter les salaires de 5 à 10 %”, déclare Biermann. Cependant, ce qui compte vraiment, c’est le nombre de nouveaux actifs que les banquiers apportent avec eux. Si ces actifs augmentent considérablement les revenus, des hausses de salaire plus importantes sont justifiées. Paradoxalement, l’effondrement de la Credit Suisse ne crée pas de pression sur les salaires, mais entraîne des rémunérations plus élevées sur la Place bancaire, selon un spécialiste des salaires. Les personnes hautement qualifiées peuvent s’attendre à des augmentations de salaire significatives, voire explosent dans le cas des spécialistes de l’informatique. En revanche, les salaires du personnel de niveau moyen et des employés sans fonction de direction sont sous pression.

Un deuxième facteur s’ajoute à l’attrait financier, facilitant le départ de nombreuses personnes de la grande banque. Les managers de Credit Suisse ont été en position défensive pendant des années, gérant leurs troupes de crise en crise. Beaucoup n’ont tout simplement pas envie de passer des années à intégrer la culture de l’UBS et préfèrent lancer quelque chose de nouveau dans un environnement exempt de ces contraintes. L’idée que Colm Kelleher souhaite soumettre tous les employés à un “filtre culturel” avant leur arrivée à l’UBS est perçue par de nombreux employés comme humiliante.

Tous les départs ne font pas mal à l’UBS. La banque a annoncé la suppression de 3000 postes, mais le nombre réel de suppressions d’emplois devrait être trois fois supérieur pour atteindre l’objectif d’économies de 9 milliards de francs suisses fixé par Ermotti. Les départs volontaires sont donc dans l’intérêt de la banque. Cependant, les départs de cadres de haut niveau montrent ce qui se produit souvent lors des restructurations : ce sont les mauvaises personnes qui partent, et celles qui restent ne sont pas nécessairement les meilleures.

L’UBS affiche un sentiment de confiance. “Comme pour toute fusion d’entreprises, une certaine rotation du personnel est courante, et le nombre de départs correspond à nos attentes”, déclare Michael Spiess, directeur de la communication de l’UBS. L’UBS est très bien positionnée pour attirer et retenir les talents. Si nécessaire, la banque est prête à offrir des augmentations de salaire : “Là où c’est nécessaire, des mesures de rétention du personnel seront prises”, déclare Spiess.

Néanmoins, les départs importants soulèvent également des questions sur les responsabilités au sein de la direction du groupe. Pourquoi Sabine Keller-Busse, la directrice suisse, n’a-t-elle pas réussi à transférer les atouts de Credit Suisse dans le secteur des entreprises à l’UBS ? Iqbal Khan, le directeur de la gestion de fortune mondiale, doit répondre à des questions similaires.

Ils dirigent les domaines d’activité censés croître et sur lesquels l’UBS mise pour l’avenir. Ils doivent utiliser l’intégration pour faire en sorte que la nouvelle UBS ne soit pas une version gonflée d’elle-même, mais une banque mondiale de premier plan où tout le monde veut travailler. Keller-Busse et Khan sont également considérés comme des candidats potentiels pour succéder un jour à Sergio Ermotti en tant que CEO. S’ils perdent trop de bons collaborateurs au profit de la concurrence, cela pourrait se retourner contre eux et réduire leurs chances d’obtenir le poste de direction suprême.

Check Also

Semi-conducteurs : le Japon investit plus de trois milliards d’euros

Une injection massive dans l’industrie japonaise des semi-conducteurs Dans un contexte où la demande de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *