La Crise Migratoire en Amérique Centrale : Les Dangers du Passage à travers la Jungle de Darién

Le Darién-Urwald : Un Passage Périlleux vers les États-Unis

Le Darién-Urwald, une étendue dense de jungle s’étendant sur 5000 kilomètres carrés entre la Colombie et le Panama, est considéré comme l’une des jungles les plus dangereuses au monde. Il est le théâtre de nombreux dangers, tels que des collines boisées, des marécages, des animaux sauvages, des rivières impétueuses et des sentiers boueux. De plus, des bandes criminelles y sévissent, rendant le passage encore plus périlleux. Les migrants qui traversent cette jungle rapportent un grand nombre d’attaques, de viols et de meurtres.

Malheureusement, il est difficile d’obtenir des chiffres fiables sur le nombre de personnes décédées lors de ce périple difficile. Les autorités panaméennes enregistrent les arrivées à la lisière de la forêt pour les conduire ensuite en bus à la frontière du Costa Rica. Cependant, ce qui se passe dans cette zone dense de la forêt reste en grande partie caché.

Cependant, à la fin du mois de septembre, la prestigieuse revue “The Lancet” a conclu que le taux de mortalité des migrants lors de la traversée du Darién-Urwald avait considérablement augmenté entre 2018 et 2022.

Une Augmentation Spectaculaire du Nombre de Migrants

La bande de terre située entre la Colombie et le Panama voit actuellement passer un nombre record de migrants. De janvier à fin septembre de cette année, les autorités panaméennes ont déjà comptabilisé plus de 408 000 personnes. D’ici la fin de l’année, ce chiffre devrait atteindre un demi-million, soit plus du double de celui enregistré en 2022, avec environ 248 000 migrants, jusqu’à présent le record absolu.

Selon les autorités panaméennes, plus de la moitié des migrants viennent du Venezuela. Ils sont suivis par des ressortissants d’Équateur, d’Haïti, de Chine et de Colombie. Des milliers de personnes originaires du Chili et du Brésil se dirigent également vers les États-Unis, parmi lesquelles des Haïtiens avec leurs enfants nés au Chili ou au Brésil. Des migrants en provenance d’autres pays asiatiques et de plusieurs pays africains ont également été enregistrés.

Pendant la pandémie de Covid-19, qui a durement touché de nombreux pays d’Amérique latine sur le plan économique, le nombre de migrants traversant le Darién-Gap en direction des États-Unis a augmenté de façon spectaculaire. Avant la pandémie, environ 10 000 migrants traversaient la jungle chaque année, mais en 2021, ce nombre est passé à plus de 130 000. La pauvreté, la criminalité, ainsi que l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes dans les pays d’origine sont des facteurs qui alimentent cette migration.

Une Organisation de la Route de plus en plus Professionnelle

Il est surprenant de constater actuellement le nombre élevé de migrants en provenance d’Équateur. Dans ce pays, la violence liée aux combats de gangs de drogue a considérablement augmenté. En janvier 2022, seulement environ 100 migrants en provenance de ce pays andin ont été enregistrés, mais en octobre de la même année, ce chiffre était déjà passé à plus de 8500. Au total, environ 30 000 Équatoriens ont traversé la jungle en 2022. D’ici la fin septembre de cette année, ce chiffre atteignait déjà près de 50 000.

Récemment, les migrants ont signalé une organisation de plus en plus professionnelle pour les voyageurs. Des commerçants proposent de l’équipement tel que des tentes et des bottes du côté colombien, tandis que des guides offrent leurs services en échange de dollars. Il semble que des gangs de drogue locaux profitent également du transport des migrants. Certains tronçons du chemin sont désormais balisés et au moins partiellement aménagés.

De plus, des vidéos circulent sur les réseaux sociaux donnant des conseils sur la traversée de la jungle. Toutes ces évolutions ont réduit la durée du passage dangereux pour ceux qui peuvent se permettre de payer pour ces services. Au lieu de prendre cinq à sept jours comme auparavant, les migrants rapportent qu’ils peuvent désormais traverser la zone en deux jours seulement.

Le Costa Rica Face à la Vague de Migrants

Le Costa Rica, voisin nord-ouest du Panama, souffre de plus en plus de la migration record. Rien qu’en septembre, plus de 60 000 migrants sont entrés par le poste frontalier de Paso Canoas. Beaucoup de ceux qui ne peuvent pas se permettre le billet de bus de 30 dollars à travers le Costa Rica jusqu’à la frontière du Nicaragua vivent dans des conditions précaires. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a accusé le Panama et le Costa Rica de ne pas fournir une aide humanitaire suffisante aux migrants.

Le président du Costa Rica, Rodrigo Chaves, avait déjà déclaré l’état d’urgence à la fin du mois de septembre. Les capacités de ce petit pays, qui compte environ cinq millions d’habitants, ne suffisent plus à fournir une assistance aux personnes en transit. Il a précisé que l’état d’urgence n’était pas une “mesure policière”, mais visait à améliorer l’aide aux personnes en route vers le nord.

Actuellement, un camp de secours est en cours de construction à Paso Canoas. De plus, des solutions sont en cours de discussion avec le Panama pour organiser le transport des migrants depuis Darién jusqu’à la frontière nicaraguayenne, afin d’éviter qu’ils ne s’installent au Costa Rica. Selon les chiffres du gouvernement, plus de 230 000 réfugiés, pour la plupart originaires du Nicaragua, vivent déjà au Costa Rica. Cependant, des milliers de migrants en provenance du Venezuela, de Cuba et de Colombie sont également bloqués au Costa Rica. Les États-Unis ont annoncé leur soutien financier à ce pays.

Les Pays d’Origine Profitent de la Migration

Le 22 octobre, les gouvernements de la Colombie, du Venezuela, de Cuba

, d’Haïti, du Costa Rica, d’El Salvador, du Honduras, du Panama et du Belize se sont réunis à l’invitation du président mexicain Andrés Manuel López Obrador pour discuter de la crise des réfugiés. Ils ont critiqué les mesures unilatérales des États-Unis, en particulier les sanctions économiques imposées à Cuba et au Venezuela, et les ont tenues pour responsables de l’émigration de ces pays.

Cependant, aucune mesure concrète n’a été prise lors de cette réunion. De nombreux pays des Caraïbes et d’Amérique centrale dépendent des transferts d’argent des migrants en provenance des États-Unis. Dans certains pays, ces transferts représentent jusqu’à un quart du PIB. Par conséquent, les causes profondes de la migration, telles que la pauvreté et la criminalité, sont souvent combattues de manière insuffisante.

Le Mexique n’avait pas invité de représentants du Canada ni des États-Unis à ce sommet. Pourtant, le nombre de migrants arrivant actuellement à la frontière sud des États-Unis est également à un niveau record. Entre octobre 2022 et août 2023, plus de 2,4 millions de personnes sont arrivées. Afin de réduire les passages de frontière illégaux, Washington offre actuellement 30 000 visas de travail par mois aux migrants en provenance du Venezuela, du Nicaragua, d’Haïti et de Cuba. De plus, les migrants en provenance de l’Équateur devraient désormais avoir plus facilement accès à un permis de séjour, à condition que des membres de leur famille résident déjà légalement aux États-Unis.

Conclusion

La crise migratoire en Amérique centrale, avec le passage périlleux à travers la jungle de Darién, continue de poser des défis majeurs. Le nombre croissant de migrants, les conditions dangereuses de la traversée et les difficultés rencontrées par les pays d’accueil mettent en lumière la nécessité de solutions globales pour aborder cette crise humanitaire. Les pays d’origine, les pays de transit et les pays d’accueil doivent travailler ensemble pour trouver des réponses durables à cette situation.

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *