Un Juge Fédéral Rétablit l’Ordonnance de Non-Discussion sur Trump dans une Affaire Électorale

Les Détails de la Ruling de la Juge Tanya Chutkan

Réimposition de l’Ordonnance de Non-Discussion

Un juge fédéral a rétabli l’ordonnance de non-discussion sur l’ancien président Donald J. Trump, neuf jours après sa levée temporaire, réimposant ainsi des restrictions sur ce que M. Trump peut dire concernant les témoins et les procureurs dans l’affaire où il est accusé d’avoir cherché à renverser l’élection de 2020.

La juge Tanya S. Chutkan a pris cette décision et a également rejeté une demande des avocats de M. Trump de suspendre l’ordonnance de non-discussion pour une période considérablement plus longue, affirmant qu’elle peut rester en vigueur pendant que la cour d’appel fédérale de Washington l’examine.

L’Affaire de la Gag Order

La dispute concernant l’ordonnance de non-discussion, initialement mise en place le 16 octobre après plusieurs séries de dépôts de plaintes et une audience âprement disputée devant le tribunal de district fédéral de Washington, a opposé deux arguments juridiques significatifs depuis le début.

Les avocats de M. Trump, principalement dirigés par John F. Lauro, ont soutenu que l’ordonnance n’était pas simplement une violation des droits du Premier Amendement de l’ancien président. Au contraire, l’ordonnance l’a “fait taire” à un moment critique : alors qu’il consolidait sa position en tant que candidat principal du Parti républicain pour la présidence en 2024.

Les Points Clés de l’Inculpation de Trump dans l’Enquête sur l’Élection de 2020

L’acte d’accusation a présenté une attaque contre la démocratie américaine. Smith a présenté son cas contre Trump comme un acte qui porte atteinte à une fonction clé de la démocratie : le transfert pacifique du pouvoir. En mettant en avant ce thème, Smith a fait de son effort non seulement un effort pour tenir Trump responsable, mais aussi pour défendre le cœur même de la démocratie.

Trump n’a pas agi seul. L’acte d’accusation énumère six co-conspirateurs sans les nommer ni les inculper. D’après les descriptions fournies, ils correspondent aux profils des avocats et conseillers de Trump qui étaient prêts à avancer des théories du complot de plus en plus extravagantes pour le maintenir au pouvoir.

Le pouvoir politique de Trump reste fort. Trump pourrait être jugé en 2024 dans trois ou quatre affaires criminelles distinctes, mais jusqu’à présent, les inculpations semblent n’avoir aucune incidence sur sa position auprès des électeurs républicains. Il reste de loin le favori de son parti pour les primaires présidentielles.

La Position des Procureurs Fédéraux

Les procureurs fédéraux travaillant pour le procureur spécial Jack Smith ont fait valoir que même si M. Trump se présente à la plus haute fonction du pays, il n’a pas la permission d’émettre des déclarations publiques menaçantes ou intimidantes à l’encontre des personnes impliquées dans l’affaire d’ingérence électorale, en particulier si ces déclarations pourraient inciter à la violence chez ceux qui les lisent ou les entendent.

Lorsqu’elle a imposé l’ordonnance de non-discussion pour la première fois, la juge Chutkan a pris parti pour le gouvernement, reconnaissant les droits du Premier Amendement de M. Trump, mais affirmant qu’elle avait l’intention de le traiter comme tout autre accusé criminel, même s’il se présentait à la présidence.

Les droits constitutionnels de M. Trump ne pouvaient pas lui permettre de “lancer une campagne de dénigrement préalable au procès” contre les personnes impliquées dans l’affaire, a-t-elle déclaré, ajoutant : “Aucun autre accusé ne serait autorisé à le faire, et je ne le permettrai pas dans cette affaire.”

Peu de temps après que la juge Chutkan ait prononcé l’ordonnance de non-discussion, M. Lauro a commencé le processus de recours. Quelques jours plus tard, il a demandé à la juge de suspendre l’ordonnance jusqu’à ce que la cour d’appel prenne sa propre décision, affirmant que la décision qu’elle avait prise était “d’une ampleur à couper le souffle” et “inconstitutionnellement vague”.

Le même jour, la juge Chutkan a suspendu l’ordonnance pour une semaine, invitant à de nouvelles discussions sur la question de savoir si elle devrait être en vigueur pendant que les avocats de M. Trump faisaient appel.

Les Enjeux de l’Affaire Trump

Les Différentes Enquêtes Visant Trump

Si vous êtes confus au sujet des enquêtes et des affaires judiciaires concernant l’ancien président Donald Trump, nous sommes là pour vous aider.

Les Principales Enquêtes et Procédures

L’ancien président fait face à plusieurs enquêtes aux niveaux fédéral et étatique, concernant des questions liées à ses activités commerciales et politiques. Voici un examen détaillé de chacune d’entre elles.

Suivi des Affaires

Trump est au centre de quatre enquêtes criminelles. Suivez les développements de chacune d’entre elles ici.

Les Moyens Dont Disposent les Juges pour Contrôler Trump

Les tribunaux disposent de divers moyens pour mettre fin aux attaques continues de l’ancien président contre les membres du personnel et les témoins. La question est de savoir si l’un d’entre eux fonctionnera.

Que Se Passera-t-il Si Trump Est Condamné ?

Est-ce que l’une de ces procédures entravera la campagne présidentielle de Trump en 2024 ? Un criminel condamné peut-il même se présenter à un poste politique ? Voici ce que nous savons et ce que nous ne savons pas.

Violations de l’Ordonnance de Non-Discussion

En réponse, les procureurs travaillant pour M. Smith ont soutenu que l’ordonnance de non-discussion devait être rétablie immédiatement car, pendant sa suspension, M. Trump l’avait violée en attaquant M. Smith au moins trois fois par son nom.

Les procureurs ont noté que l’ancien président avait également enfreint l’ordonnance en faisant à deux reprises des commentaires publics sur Mark Meadows, son ancien chef de cabinet, qui pourrait témoigner dans l’affaire.

“Le défendeur a tiré profit de la suspension administrative du tribunal pour, entre autres actes préjudiciables, envoyer un message clair et menaçant à M. Meadows”, ont écrit les procureurs à la juge Chutkan. “À moins que le tribunal ne lève la suspension administrative, le défendeur ne cessera pas ses attaques nuisibles et préjudiciables.”

Une Autre Ordonnance de Non-Discussion à New York

M. Trump fait également face à une ordonnance de non-discussion plus limitée dans une affaire civile à New York, où il est jugé pour avoir artificiellement surestimé la valeur de ses biens immobiliers pendant des années.

La semaine dernière, le juge Arthur F. Engoron, qui supervise l’affaire civile de New York, a infligé à M. Trump une amende de 10 000 $ pour avoir enfreint l’ordonnance, qui interdit à l’ancien président de s’en prendre aux membres du personnel du tribunal. Cette amende de 10 000 $ fait suite à une amende similaire de 5 000 $ que le juge Engoron avait imposée à M. Trump quelques jours plus tôt.

Conclusion

La bataille juridique autour de l’ordonnance de non-discussion de l’ancien président Donald J. Trump continue de faire rage. Tandis que ses avocats font valoir la violation de ses droits du Premier Amendement, les procureurs soutiennent que l’ordonnance est nécessaire pour empêcher M. Trump de harceler les témoins et de perturber le processus judiciaire. L’affaire est loin d’être close, et l’issue demeure incertaine.

Check Also

La théorie des nœuds : une révolution pour la navigation spatiale dans les systèmes solaires encombrés

Introduction à la théorie des nœuds et son application en astronautique La navigation spatiale, confrontée …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *