Consolidation du Secteur Aérien Européen : Les Géants S’Emparent des Compagnies Fragilisées

La reprise du trafic aérien mondial en été 2023 a marqué un tournant significatif pour l’industrie. Alors que de nombreuses régions du monde se sont efforcées de revenir aux niveaux de 2019, l’Europe a connu une série d’acquisitions majeures de compagnies aériennes fragilisées par la pandémie. Cette tendance à la consolidation est en train de remodeler le paysage du transport aérien sur le continent. Dans cet article, nous explorerons les récentes acquisitions de compagnies aériennes en Europe, les facteurs qui les ont favorisées, et l’impact potentiel sur l’industrie.

Une Course à l’Acquisition

Au cœur de cette vague d’acquisitions, le groupe franco-néerlandais Air France-KLM a récemment annoncé l’acquisition de 19,9 % des parts de la compagnie scandinave SAS (Scandinavian Airlines System) pour un montant de 144,5 millions de dollars. Cette acquisition stratégique souligne l’intérêt croissant des acteurs européens pour les compagnies aériennes en difficulté.

Le gouvernement portugais a également jeté son dévolu sur TAP Air Portugal, avec l’intention de privatiser 51 % de la compagnie nationale. Cette annonce a immédiatement suscité l’intérêt de géants tels que Lufthansa, Air France-KLM et le groupe IAG (British Airways et Iberia). En outre, Lufthansa avait déjà conclu un accord en mai dernier pour reprendre 41 % du capital d’ITA Airways, une compagnie aérienne italienne, pour un montant de 325 millions d’euros, avec la possibilité de prendre le contrôle total en fonction des performances financières.

La Pandémie et la Consolidation

Avant même l’impact dévastateur de la pandémie, l’Europe était témoin d’une consolidation progressive de son secteur aérien. Cependant, l’arrivée du COVID-19 a interrompu temporairement ces opérations, chaque compagnie étant confrontée à la survie de ses activités. Les chiffres récents de l’IATA (Association internationale du transport aérien) montrent que l’activité des compagnies aériennes européennes a atteint 95,7 % du niveau d’août 2019, signalant un retour presque à la normale. Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants que la période estivale est traditionnellement la plus chargée pour l’industrie.

Opportunités Créées par la Crise

La crise sanitaire a créé un environnement favorable à ces opérations de consolidation. Arnaud Aymé, spécialiste des transports chez Sia Partners, souligne que la crise a fragilisé certaines compagnies, accélérant ainsi le rythme des acquisitions. Par exemple, le gouvernement portugais a renationalisé TAP en 2020, portant sa participation de 50 % à 72,5 %. Alitalia, devenue ITA après sa faillite en 2021, est maintenant entièrement détenue par l’État italien. En juillet 2022, SAS a déposé le chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites pour entreprendre une réorganisation, en raison du refus des gouvernements norvégien et suédois d’injecter des liquidités supplémentaires dans la compagnie en difficulté.

Guillaume Hue, spécialiste du secteur aérien au sein d’Archery Strategy Consulting, rappelle que les compagnies aériennes avaient des positions de liquidités différentes avant la pandémie, avec certaines étant déjà en difficulté. Ces compagnies ont toutes bénéficié d’une aide plus ou moins importante de la part de leurs gouvernements respectifs. Par exemple, Air France-KLM a enregistré des pertes cumulées de 11 milliards d’euros pendant la crise, mais a bénéficié d’un prêt de l’État français de 3 milliards d’euros. De même, Lufthansa a convenu d’un plan de sauvetage de 9 milliards d’euros avec les autorités allemandes, incluant une prise de participation de l’État à hauteur de 20 % du capital.

Cependant, Air France et Lufthansa ont connu une reprise plus rapide que prévu. Ces compagnies ont réussi à se repositionner sur des segments de marché à plus forte rentabilité en sortie de crise, renouant avec les bénéfices depuis près d’un an. Le gouvernement allemand a même réussi à revendre ses parts dans Lufthansa en septembre 2022, réalisant un bénéfice de 760 millions d’euros. Ainsi, malgré une capacité d’investissement réduite, ces entreprises disposent de ressources suffisantes pour envisager des acquisitions à moindre coût.

Les Opportunités du Marché Européen

Les opérations de consolidation sont également encouragées par la structure du marché européen, qui reste relativement morcelée par rapport à son homologue nord-américain. Les compagnies aériennes européennes ont souvent des États comme actionnaires principaux, ce qui rend l’accès au ciel un enjeu de souveraineté. Cependant, les gouvernements ont récemment exprimé leur volonté de se retirer, ou du moins de réduire leur participation, ouvrant la voie à des investisseurs privés.

Pour les acheteurs, l’objectif demeure de multiplier les connexions, d’exploiter des synergies, d’acquérir des flottes d’appareils et de conquérir de nouvelles parts de marché. Cependant, les offensives demeurent prudentes. Air France-KLM, par exemple, n’a acquis que 19,9 % de SAS, ce qui lui permet de bénéficier de synergies sans s’exposer excessivement aux risques. Guillaume Hue souligne que ces opérations sont des rapprochements capitalistiques, pas des fusions-absorptions, ce qui signifie que les entités acquises conservent une certaine autonomie. Ces prises de participation affectent également les grandes alliances de compagnies aériennes, puisque SAS est un membre fondateur de Star Alliance aux côtés de Lufthansa, tandis qu’Air France-KLM appartient à Skyteam, une alliance concurrente.

Un autre avantage pour les compagnies acquéreuses réside dans leur capacité à influencer les négociations avec les constructeurs. Plus une compagnie aérienne est puissante, plus elle a de poids dans les discussions avec les fabricants d’avions, qui sont souvent en nombre limité sur le marché. Cela peut se traduire par une influence sur les prix et la rapidité de livraison des nouveaux avions.

L’Approbation de la Commission Européenne

Malgré l’enthousiasme entourant ces acquisitions, elles doivent encore être validées par la Commission européenne. Cette étape cruciale garantit que les transactions respectent les lois de la concurrence et ne créent pas de monopoles ou de distorsions sur le marché.

En conclusion, la consolidation du secteur aérien européen est en marche, stimulée par la crise sanitaire et les opportunités de marché. Les grandes compagnies aériennes telles qu’Air France-KLM et Lufthansa cherchent à renforcer leur position en acquérant des compagnies fragilisées. Cela a le potentiel de remodeler l’industrie, d’ouvrir de nouvelles voies de croissance et de renforcer la compétitivité des transporteurs européens. Cependant, l’approbation de la Commission européenne reste une étape cruciale pour ces opérations.

Check Also

Le monde fascinant des jets privés : un guide vers l’achat du plus grand des cieux

Le ciel est non seulement la limite mais également l’ultime terrain de jeu pour les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *