La Consolidation du Private Equity : Quel Avenir pour ce Marché Clé ?

Introduction

La consolidation ou la correction des excès ? Telle est la question qui plane sur l’industrie du capital-investissement, également connue sous le nom de private equity. Cette industrie a connu des années exceptionnelles grâce aux politiques monétaires expansionnistes qui ont suivi la crise financière de 2008. Cependant, la récente hausse des taux d’intérêt remet en question la dynamique de ce marché essentiel pour le financement de l’économie réelle. Dans cet article, nous explorons les tendances actuelles et l’avenir du private equity, en mettant en lumière les défis et les opportunités qui se profilent à l’horizon.

La Nécessité de la Consolidation

Dominique Senequier, présidente d’Ardian, l’une des sociétés de capital-investissement les plus renommées, a souligné lors de la 9e édition de l’IPEM (salon international du private equity) que la consolidation est inévitable. Bien que des prédictions radicales aient été faites, suggérant que le nombre d’acteurs du marché pourrait chuter de manière drastique, la présidente d’Ardian prévoit une décrue plus modérée, autour de 50%. Cette perspective de consolidation ne remet toutefois pas en question l’intérêt fondamental de cette classe d’actifs.

Les Défis Actuels

La hausse des taux d’intérêt a déjà commencé à avoir un impact sur l’industrie du private equity. Selon l’institut de recherche Preqin, les levées de fonds ont baissé de 17% entre le 1er et le 2e trimestre de 2023 dans le monde, et le nombre de clôtures de fonds a diminué de 53%. Eric Deram, associé chez Flexstone Partners, souligne que cela s’est traduit par une baisse des ventes, et le marché adopte une attitude attentiste, à la fois dans le segment primaire et secondaire.

Toutefois, certains secteurs, comme la santé, bénéficient encore de l’investissement, montrant une certaine résilience. Mathieu Cransac, directeur général chez Blackstone, affirme que le marché du capital-investissement a été plus calme en 2023 en raison de l’incertitude, mais il observe une tendance générale à la consolidation des relations avec les partenaires généraux.

Un Ralentissement, Pas une Crise

Il est essentiel de noter que la baisse de l’activité dans le private equity ne signifie pas nécessairement une crise imminente. Johnny El Hachem met en garde contre une généralisation hâtive et rappelle que 2 000 milliards de dollars attendent d’être investis sur les marchés privés. Il affirme que certaines industries, comme la technologie, connaissent des difficultés en raison de la baisse des valorisations et de la dilution du financement pour les jeunes entreprises, tandis que d’autres, comme les infrastructures, profitent de liquidités abondantes.

L’Évolution des Acteurs

Le profil des acteurs du private equity évolue également. La fin de l’argent bon marché rend la dette plus coûteuse, ce qui est une excellente nouvelle pour les acteurs sérieux de l’industrie. Cela permettra d’évaluer les performances et les opportunités de manière plus équitable et de se concentrer sur les externalités positives ou négatives pour un niveau donné de risque. Les acteurs purement financiers, qui étaient soutenus par des stratégies à fort effet de levier et qui manquaient d’expertise en gestion d’entreprise, sont appelés à disparaître.

L’Avenir du Private Equity

Malgré les défis actuels, l’industrie du private equity demeure essentielle pour l’économie réelle. Près de 80% des entreprises dans le monde sont détenues par des mains privées. L’enjeu actuel est de donner accès à cette classe d’actifs à un plus large éventail d’investisseurs, notamment les petits porteurs. Le règlement européen “Fonds européens d’investissement de long terme 2.0” ouvre la voie à cette démocratisation en facilitant l’accès des investisseurs non professionnels aux actifs non cotés, tels que le private equity, la dette privée et les infrastructures. Dans les dix prochaines années, nous pourrions assister à une augmentation significative des investissements dans le capital-investissement, passant de 10% en moyenne actuellement à potentiellement 40%.

Conclusion

La consolidation du private equity est un phénomène inévitable à l’heure où l’industrie fait face à des défis liés à la hausse des taux d’intérêt. Cependant, il est important de noter que cela ne signifie pas une crise imminente, mais plutôt une réorientation vers des investissements plus réfléchis et des acteurs plus sérieux. L’avenir du private equity reste prometteur, notamment avec l’ouverture aux petits investisseurs, ce qui pourrait stimuler davantage la croissance de ce marché vital pour l’économie mondiale.

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *