Trump condamné pour fraude financière à New York : Un coup dur pour l’ancien président

Un jugement historique

Le jugement récemment rendu par le juge new-yorkais Arthur Engoron a fait l’effet d’une bombe. Ce verdict, survenu dans le cadre d’une affaire qui remonte à 2019, a condamné l’ancien président américain, Donald Trump, ainsi que ses deux fils et d’autres membres de la direction de ses entreprises pour fraude financière. Selon le jugement, ils auraient systématiquement falsifié la valeur de leurs biens immobiliers et de résidence personnelle de Trump dans des rapports financiers et d’autres documents, trompant ainsi les autorités pendant plus d’une décennie, de 2011 à 2021.

Des chiffres trafiqués pour des gains financiers illégitimes

La fraude consistait à surestimer ou à sous-évaluer la valeur des biens en fonction de ce qui servait le mieux les intérêts de Trump et de ses entreprises. Cette manipulation des chiffres avait pour but d’obtenir des prêts à des taux préférentiels, des polices d’assurance avantageuses, ou encore de réduire l’impôt sur les sociétés. Par exemple, en 2015, la valeur de l’appartement de Donald Trump au Trump Tower de la Cinquième Avenue à New York aurait été gonflée de manière fantastique, passant de 1000 mètres carrés à 2800 mètres carrés, ce qui lui aurait attribué une valeur de 330 millions de dollars, une somme exorbitante même pour les standards new-yorkais de l’époque.

Les conséquences du jugement

Bien que cette décision de première instance puisse être contestée devant la Cour d’appel de l’État de New York, elle marque un tournant majeur dans l’affaire. Auparavant, Trump avait formulé plusieurs objections, notamment en invoquant la prescription des faits et la légitimité des accusations portées contre lui. Cependant, la question de la peine à infliger à Trump pour sa fraude financière n’est toujours pas réglée. Celle-ci sera déterminée lors d’un procès distinct. La procureure générale de l’État de New York réclame 250 millions de dollars, qu’elle estime être le montant des profits illicites obtenus par Trump grâce à ces manœuvres frauduleuses.

La perte de licences commerciales

En plus de la condamnation pécuniaire, le juge Engoron a également ordonné la révocation des licences commerciales de toutes les entreprises immobilières actives à New York qui sont liées aux holdings de Trump. Cette décision représente un coup dur pour Donald Trump, qui se présente comme un magnat de l’immobilier prospère. Des observateurs bien informés estiment que cette condamnation pourrait avoir un impact bien plus important sur Trump que les quatre inculpations auxquelles il a dû faire face cette année, notamment celles liées à des accusations de trahison envers la démocratie américaine. En fin de compte, cette décision judiciaire touche son identité en tant qu’homme d’affaires, et par extension, son empire immobilier, dont les fondations ont été posées à New York par son père.

Les conséquences financières pour Trump

Bien que l’ancien président prétende posséder une fortune d’environ 9 milliards de dollars, il est difficile de prédire l’impact d’une lourde amende sur lui et ses entreprises. Michael Cohen, qui a été l’avocat personnel de Trump pendant de nombreuses années, a déclaré mardi à CNN que les avoirs immobiliers de Trump disposaient de peu de liquidités. Selon lui, Trump pourrait être contraint de vendre des biens immobiliers principalement financés par des prêts pour payer cette amende. En 2018, Cohen avait lui-même été condamné à trois ans de prison pour financement illégal de campagne électorale et paiement de fonds de silence à Stormy Daniels pour le compte de son client.

Une enquête déclenchée par une audition au Congrès

Michael Cohen a également été à l’origine de l’enquête sur le conglomérat immobilier de Trump. En 2019, il a témoigné devant un comité de la Chambre des représentants américains, où il était censé répondre à la question de savoir si Trump avait poursuivi des intérêts commerciaux en Russie pendant sa campagne électorale. Le comité disposait de documents déposés en 2014 par la Trump Organization auprès de la Deutsche Bank. Lors de son témoignage, Cohen avait sous serment déclaré que la valeur des actifs figurant dans ces documents était exagérée. Apparemment, les experts de la Deutsche Bank partageaient cette opinion à l’époque. L’un d’entre eux avait même été cité anonymement dans le New York Times, affirmant que les chiffres étaient surestimés de jusqu’à 70 %. Trump avait déjà été accusé à maintes reprises de gonfler ses chiffres, ce qui avait entraîné des poursuites pour diffamation.

La bataille judiciaire continue

L’audition de Cohen a incité la procureure générale de l’État de New York, Letitia James, à lancer une enquête approfondie. En août 2022, Letitia James a rencontré Donald Trump en personne lors d’une convocation. Son équipe souhaitait obtenir des informations directes de Trump sur l’évaluation de ses biens immobiliers et de ses clubs de golf. Cependant, l’ancien président a refusé de répondre à toutes les questions. Il aurait été rapporté que Letitia James a proposé un règlement qui aurait inclus une amende, mais Trump l’a rejeté. Par la suite, la procureure générale a déposé une action civile contre Trump et ses holdings, dont la première étape importante a été la condamnation de mardi dernier.

Trump prêt à user de tous les recours légaux

Les avocats de Trump ont annoncé leur intention de faire appel de la décision. Trump lui-même a utilisé un langage qu’il emploie fréquemment dans le contexte des procédures judiciaires engagées contre lui, qualifiant cette affaire de « chasse aux sorcières sans précédent ». Contrairement aux quatre procès pénaux en cours, il ne risque pas la prison dans le cadre de cette action civile.

Ce jugement marque

un tournant dans la carrière post-présidentielle de Donald Trump et soulève des questions sur l’avenir de son empire immobilier. La saga judiciaire est loin d’être terminée, et l’issue de cette bataille juridique à New York aura des répercussions importantes sur le destin financier de l’ancien président et sur son statut en tant qu’homme d’affaires.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *