La Crise Budgétaire aux États-Unis : Vers un Nouveau Shutdown ?

Les enjeux d’une nouvelle impasse budgétaire

La fin du fisc fiscal approche

Le 30 septembre marque la fin de l’année fiscale aux États-Unis. Pour garantir le financement de l’appareil gouvernemental après cette date, il faut soit adopter douze nouvelles lois budgétaires, soit recourir à une « Continuing Resolution ». Cette dernière option permettrait de prolonger temporairement les dépenses au niveau actuel jusqu’à l’adoption d’un nouveau budget. Cependant, Kevin McCarthy, le leader républicain de la Chambre des représentants, n’a pas encore réussi à convaincre les membres les plus conservateurs de sa faction de trouver une solution. Il ne lui reste désormais que cinq jours pour éviter une paralysie presque totale du gouvernement fédéral, ce qui signifierait que près de quatre millions de fonctionnaires ne recevraient plus de salaire. Les employés occupant des postes essentiels devraient tout de même se rendre au travail, tandis que les autres seraient mis en congé sans solde.

La tradition de la résolution temporaire

Il est devenu habituel aux États-Unis de privilégier une Continuing Resolution dans un premier temps. Cependant, cela signifierait que les dirigeants républicains et démocrates du Congrès, tout comme l’année précédente, s’accordent sur une loi budgétaire gigantesque – une “Omnibus Bill” – juste avant les vacances de Noël. Cette loi tente de satisfaire tous les groupes d’intérêt en leur accordant des avantages, tout en ne mettant pas de frein à la dette nationale. Les républicains les plus conservateurs s’opposent vigoureusement à cette perspective, affirmant vouloir économiser à tout prix. Ils réclament donc, conformément à la loi, que les dépenses soient débattues et adoptées dans douze projets de budget distincts.

Symboles contre réalité budgétaire

En réalité, l’objectif des conservateurs républicains est tout à fait légitime, selon William Galston, ancien conseiller en politique intérieure du président Bill Clinton et aujourd’hui expert à la Brookings Institution. La politique actuelle de la dette aux États-Unis n’est pas durable, mais les conservateurs républicains ne contribuent en rien à résoudre ce problème. “Il s’agit davantage de symbolisme politique que d’un véritable changement de politique budgétaire”, explique-t-il. Cependant, même un simple jeu de symboles peut être préjudiciable dans ce cas.

“Les efforts d’économies républicains ne concernent qu’une moitié de la plus petite part des dépenses publiques”, précise Galston. Cette part plus petite comprend les dépenses variables, qui représentent environ 30 % du budget fédéral total et touchent principalement les salaires des fonctionnaires. Cependant, cette part plus petite comprend elle-même environ la moitié des dépenses de défense. Les conservateurs souhaitent avant tout réduire les postes budgétaires non militaires variables.

Le véritable problème de la dette aux États-Unis concerne cependant la plus grande partie du budget : les dépenses obligatoires pour les régimes de retraite et les assurances maladie des retraités et des personnes à revenu faible. “En 2030, les plus jeunes membres de la gigantesque génération du baby-boom auront 65 ans”, explique Galston. Par conséquent, les coûts de ces programmes augmentent rapidement. “Pourtant, le Parti républicain prétend que le problème de la dette peut être résolu sans augmenter les recettes et sans toucher aux programmes sociaux.” Mathématiquement, cependant, cela est impossible. “Nous en sommes arrivés à un point dans la politique américaine où même 2 plus 2 égale 4 est discutable.”

L’escalade de la dette

La dette publique aux États-Unis a doublé depuis 2009, passant de 16 billions de dollars à 33 billions de dollars. Pour résoudre ce problème, qui s’aggrave avec l’augmentation des taux d’intérêt, les républicains et les démocrates doivent parvenir à un compromis douloureux pour toutes les parties, en réformant ensemble les régimes sociaux. Cependant, en raison de la polarisation politique, un nouveau shutdown gouvernemental menace dimanche en raison d’une lutte de pouvoir interne chez les républicains, qui ne résoudrait aucun problème.

Le soutien de Trump aux demandes maximalistes

Galston fait partie d’un panel d’experts qui évalue régulièrement la probabilité d’un shutdown. “Il y a un mois, je l’ai estimée à 75 %. Maintenant, je dirais 85 %, bien que cela soit probablement une sous-estimation”, déclare-t-il. Les conservateurs menacent McCarthy de le destituer de son poste de président s’il ne cède pas à leurs demandes. Ils souhaitent notamment ne plus accorder d’aide à l’Ukraine et mettre un terme au financement des enquêtes sur Donald Trump. L’ancien président a d’ailleurs exhorté les républicains de droite à prendre le risque d’un shutdown : “Si vous n’obtenez pas tout, mettez le gouvernement à l’arrêt.”

Un financement incertain pour l’Ukraine

Galston est particulièrement pessimiste quant aux 24 milliards de dollars demandés par la Maison Blanche pour l’Ukraine. Il pense même qu’il n’y a plus de majorité au sein des républicains à la Chambre des représentants en faveur de cette aide. Pour obtenir un soutien en faveur de Kiev, McCarthy aurait besoin des voix démocrates. Cependant, s’il s’allie avec les démocrates, il perdrait son poste : “La formation d’une coalition bipartite pour une cause pour laquelle il n’y a probablement pas de majorité au sein des républicains serait le péché ultime pour les ultra-conservateurs.”

La nécessité d’un compromis

À un moment donné, un compromis avec les démocrates sera cependant nécessaire. En effet, les lois budgétaires dictées par l’aile droite du Parti républicain ne seront jamais acceptées par le Sénat, contrôlé par les démocrates. La manière de résoudre cette impasse reste incertaine. “Le gouvernement ne peut pas rester paralysé indéfin

iment”, souligne Galston. Mais cette fois-ci, des changements graduels dans les positions individuelles ne suffiront pas à parvenir à un compromis. “Pour parvenir à un compromis, il faut une décision qui change la donne.”

En raison des précédents shutdowns et de leurs conséquences néfastes pour de nombreux citoyens, Galston est convaincu qu’une telle situation nuirait aux républicains. Les tentatives infructueuses de McCarthy pour unir sa propre faction se sont déroulées en public : “Les républicains exposent leur dysfonctionnement à la vue de tous.”

Conclusion

La crise budgétaire aux États-Unis ne cesse de s’aggraver, mettant en lumière les divisions au sein du Parti républicain et les défis budgétaires auxquels le pays est confronté. L’absence de compromis entre les factions politiques menace de provoquer un nouveau shutdown gouvernemental, avec des conséquences potentiellement graves pour l’économie et la vie quotidienne des citoyens. La nécessité d’une réforme budgétaire en profondeur et d’un dialogue bipartisan est de plus en plus pressante pour éviter de futurs dérapages budgétaires et maintenir la stabilité financière du pays.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *