Le Président Aliyev d’Azerbaïdjan : Un Partenaire Stratégique de Poutine

La Nouvelle Dynamique au Caucase

Le Kremlin redéfinit ses priorités dans le Caucase, laissant l’Arménie en suspens. La propagande russe critique sévèrement le leadership arménien, et la Russie semble manquer de la volonté et de la force nécessaires pour s’opposer à l’Azerbaïdjan.

Il y a près de trois ans, l’espoir reposait sur la Russie et ses “forces de maintien de la paix” à Nagorny Karabakh. Cependant, pour la grande déception de l’Arménie et des Karabachois d’origine arménienne, Moscou, bien que nominalement le protecteur de l’Arménie, n’avait fait que regarder alors que les forces arméniennes et de Karabakh étaient submergées par l’Azerbaïdjan.

Cependant, lorsque le Président Vladimir Poutine a finalement tiré la sonnette d’alarme et a négocié un cessez-le-feu avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, allié de l’Azerbaïdjan, il a sauvé les Arméniens de Karabakh d’une défaite totale de leur “République d’Artsakh”. À ce moment-là, des spéculations circulaient selon lesquelles la Russie pourrait annexer Karabakh et bloquer définitivement la revendication de l’Azerbaïdjan sur le territoire arménien.

Cependant, ceux qui pensaient ainsi n’avaient pas encore compris que la passivité de la Russie pendant la guerre était le signe de l’affaiblissement des possibilités d’influence russe et de la montée en puissance de l’influence turque, ainsi que d’un changement de priorités russes dans le Sud du Caucase. Au cours des trois dernières années, et surtout depuis la décision de Poutine d’envahir l’Ukraine, cela s’est confirmé.

La Perte d’Influence de la Russie

L’escalade à Nagorny Karabakh et la réaction froide et parfois moqueuse de la Russie envers l’Arménie auraient été difficiles à imaginer il y a quelques années à peine. Le Kremlin déclarait que le destin de Karabakh était une “affaire intérieure de l’Azerbaïdjan”.

Face à l’agression en Ukraine et n’étant pas en mesure d’intervenir militairement, la Russie a rejeté la responsabilité de l’escalade des combats et de la perte de Karabakh sur l’Arménie et son Premier ministre Nikol Pashinyan, que Moscou a toujours méprisé.

Ce dernier avait renoncé au droit de Karabakh en reconnaissant les frontières de 1991 de son pays, mais les propagandistes et les politiciens russes ont omis de mentionner ses demandes de garanties de sécurité pour les Arméniens de Karabakh, et ils ont adopté la justification de l’Azerbaïdjan pour cette attaque militaire qualifiée de “mesures antiterroristes à portée locale”.

Leonid Sluzki, président de la commission des affaires étrangères de la Douma d’État, a qualifié le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev de partenaire stratégique le plus fiable de la Russie dans l’espace post-soviétique, à côté du dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko. C’est une affirmation plutôt étonnante. Sluzki ne parle pas au nom du Kremlin, qui doit voir Aliyev d’un œil plus critique. En effet, Aliyev a toujours été suffisamment indépendant pour éviter les étreintes économiques et militaires de Moscou, et il a exploité sa position avantageuse entre la Russie et l’Occident sans se soucier des sensibilités.

Antipathie envers Pashinyan

Il est clair cependant que le dirigeant autoritaire impitoyable de Bakou est un homme après le cœur de Poutine, qui approuve la violence aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur pour atteindre ses objectifs politiques. La Russie partage également une frontière commune avec l’Azerbaïdjan, qui a gagné en importance pour le commerce en période de sanctions. Baku a récemment rouvert cette frontière aux Russes, après l’avoir fermée pendant trois ans en raison de la pandémie.

Si Aliyev, le fils éduqué à Moscou d’un haut fonctionnaire soviétique et l’héritier du pouvoir paternel à Bakou, est un frère d’âme de Poutine, alors l’Arménien Pashinyan est l’opposé. Non pas qu’il soit opposé à la violence, mais il est arrivé au pouvoir en tant qu’outsider politique à la tête d’un mouvement populaire. Il a évincé les réseaux de pouvoir traditionnels liés au Kremlin et à la diaspora arménienne en Russie. De plus, il a tenté de jongler entre une appréciation distante de la Russie et une ouverture à l’Occident.

Le ressentiment envers le fait que la Russie l’ait abandonné a éclaté ces dernières semaines, lorsqu’il a critiqué la trop grande dépendance de l’Arménie à l’égard de la Russie et a accusé Moscou de se retirer du Sud du Caucase. Il a même envoyé sa femme en mission humanitaire en Ukraine, de manière plutôt provocante. La partie de la société arménienne fortement influencée par la télévision russe et l’élite politique opposée soutiennent la Russie dans ce conflit plutôt que l’Ukraine.

Intérêt pour un Statu Quo

Les propagandistes et les politiciens russes ont sévèrement critiqué Pashinyan et le leadership arménien, mais cela semblait hypocrite, car la diplomatie russe n’a pas réussi à mettre fin au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au cours des trois dernières années. Ils ont également ignoré le fait que l’année dernière, avec le déclenchement de la guerre en Ukraine, les Européens ont soudainement montré un intérêt pour une régulation dans le Caucase. Selon leur interprétation, Pashinyan aurait comploté avec l’Occident pour finalement blâmer la Russie et la chasser du Sud du Caucase. Le statu quo, avec des “forces de maintien de la paix” russes et une dépendance de l’Arménie en matière de sécurité et d’économie envers la Russie, semblait convenir à la Russie.

Seuls quelques politiciens russes ont maintenu leur ligne anti-azerbaïdjanaise, notamment Konstantin Satulin, qui s’est vu interdire l’entrée en Arménie en raison de ses opinions impérialistes. S’il n’y a pas de réponse à l’Azerbaïdjan, la Russie pourrait bientôt être confrontée à une situation similaire. Les inquiétudes concernant l’abandon de l’influence russe dans le Caucase et la montée en puissance de la Turquie correspondent probablement davantage à l’opinion publique russe que la satisfaction exprimée face à la défaite de l’Arménie.

Les forces qui ont appelé à une sorte de grève générale à Erevan et qui tentent de renverser Pashinyan pour récupérer Karabakh espèrent toujours la Russie. Un changement de régime serait dans l’intérêt de Moscou, mais le Kremlin n’a ni la force ni la volonté de s’opposer à Aliyev et à son mentor Erdogan. Moscou a simplement accepté la mort de six membres des “forces de maintien de la paix” russes, qui avaient été pris pour cibles par des unités azerbaïdjanaises. La question qui se pose est de savoir si Moscou parviendra à dissuader Bakou de lancer une nouvelle offensive, cette fois pour établir une liaison terrestre à travers l’Arménie vers l’enclave de Nakhitchevan.

Conclusion

La dynamique en cours dans le Caucase révèle un changement significatif des priorités de la Russie dans la région. Alors que l’Arménie se sent abandonnée par son ancien allié russe, l’Azerbaïdjan renforce sa position en tant que partenaire stratégique de la Russie. Il reste à voir comment cette évolution influencera l’équilibre des pouvoirs dans la région et si la Russie pourra maintenir son influence dans le Sud du Caucase à l’avenir.

Check Also

La Russie lance une vaste attaque de drones sur Kiev lors de la commémoration de l’Holodomor

Une offensive aérienne meurtrière L’Ukraine a été le théâtre d’une escalade militaire inquiétante alors que …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *