La rencontre inattendue en Mer Noire : La Russie confrontée à la vulnérabilité de la Crimée

Le mardi soir, des bruits d’explosion se sont propagés à Sewastopol, la ville sous le contrôle de Moscou. Le “gouverneur” désigné par la Russie a rapidement attribué ces événements à des exercices militaires. Même à trois heures moins le quart, Mikhaïl Rasvoschajev tentait de calmer les esprits, affirmant que quelques drones avaient été abattus et que la ville dormait paisiblement.

Cependant, au matin, la Russie devait admettre l’ampleur d’une frappe dévastatrice que les Ukrainiens avaient infligée à la flotte de la mer Noire sur la péninsule de Crimée occupée. Selon les données officielles, ils ont lancé une attaque contre une base militaire avec dix missiles de croisière et trois drones marins. Deux navires ont été endommagés, et plusieurs membres du personnel ont été blessés. Les canaux de télégramme russes, généralement bien informés, ont rapporté deux décès et 26 blessés.

Ce coup sévère a particulièrement touché la flotte russe. Les médias russes et les experts en OSINT indiquent que les Ukrainiens ont touché le sous-marin diesel “Rostov am Don” et le navire de débarquement “Minsk”. Le premier a été mis en service en 2014, tandis que le “Minsk”, construit en 1984, appartient à la classe Ropucha et était en réparation dans le chantier naval.

Malgré les assurances du ministère de la Défense de Moscou selon lesquelles les deux navires seraient bientôt de retour au combat, les images des dommages laissent planer de sérieux doutes. La plateforme Oryx, qui documente les pertes de chaque côté, estime que les dommages au “Minsk” sont irréparables.

Le sous-marin apparaît également gravement endommagé sur les images satellite. Le site ukrainien Defense Express attribue la destruction à un incendie massif qui a suivi l’impact dans le chantier naval. Ils célèbrent cette première fois où un sous-marin a été endommagé depuis février 2022 comme un “événement unique dans l’histoire”, d’autant plus que les Ukrainiens ne disposent pas des moyens pour combattre ces navires sous l’eau. À leur triomphe s’ajoute la récente reconquête d’au moins une plateforme de forage occupée depuis 2015 en mer Noire.

Les caractéristiques des attaques – leur grande portée, précision et puissance de destruction – laissent à penser que Kiev a utilisé des missiles de croisière britanniques de type Storm Shadow. Sky News, citant plusieurs sources des services de sécurité, a rapporté la nouvelle mercredi soir. Le commandant de l’armée de l’air a également félicité ses pilotes pour avoir créé une “nuit orageuse” pour les occupants ; les Ukrainiens tirent les Storm Shadows depuis leurs avions de combat. Cependant, aucune confirmation officielle n’a encore été publiée.

Le lancement simultané d’une attaque maritime et aérienne d’une telle envergure par Kiev est rare. Lors des précédentes frappes en mer Noire, notamment au début du mois d’août contre un pétrolier et un autre navire de débarquement de classe Ropucha, seuls des drones marins étaient généralement utilisés.

Moscou doit désormais reconnaître à nouveau à quel point la capacité de renseignement de son adversaire est efficace et à quel point même les objets militaires centraux en Crimée sont vulnérables. Les sous-marins jouent un rôle central en tant que plateformes de lancement de missiles de croisière utilisés contre les villes ukrainiennes, en particulier dans le sud. Les Russes sont maintenant confrontés à un dilemme : déplacer ces navires vers une distance plus sûre et perdre ainsi leur capacité de menace, ou renforcer la défense aérienne en Crimée au détriment d’autres secteurs du front.

En outre, la cible de cette attaque est d’une importance stratégique. Selon le portail russe Medusa, depuis 1783, l’arsenal Ordschonikidse à Sewastopol est la principale installation de réparation de la flotte de la mer Noire, relevant de l’armée. Bien qu’elle n’ait pas construit de navires ces dernières années, elle était censée être rééquipée pour cette tâche d’ici 2024 selon les plans du ministère de la Défense. De plus, elle était envisagée l’année dernière comme un centre de compétence russe pour les drones marins. Une fois de plus, cette attaque souligne la vulnérabilité russe dans la région, et la capacité de l’Ukraine à infliger des dommages importants.

Check Also

Biden Renonce à sa Candidature pour 2024 : Un Tournant Historique

Introduction Coup de théâtre dans la politique américaine : le Président Joe Biden a annoncé …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *