De l’informaticien de l’ombre à témoin clé : L’histoire de Yuscil Taveras dans l’affaire des documents Trump

Dans l’univers de Donald Trump, de nombreuses personnes peu connues ont été liées à son entourage et ont suscité l’attention des enquêteurs. L’une de ces personnes est Yuscil Taveras, un informaticien de 45 ans, qui travaillait discrètement au sein du département technologique du célèbre club Mar-a-Lago en Floride. Pourtant, son histoire a pris un tournant dramatique lorsqu’il s’est retrouvé au cœur de l’affaire des documents Trump, devenant le seul employé de l’ancien président à accepter de coopérer avec les procureurs après avoir fait face à des accusations.

Les débuts discrets de Yuscil Taveras

Yuscil Taveras, informaticien de profession, avait rarement l’occasion d’entrer en contact avec Donald Trump en personne en raison de la nature de son travail. Sa carrière au sein de l’empire Trump avait commencé à New York, avant qu’il ne soit promu à un poste de responsabilité au sein du département de support technique de Mar-a-Lago. C’est en août 2019 que lui et sa famille ont déménagé en Floride pour occuper ce poste, s’installant dans une modeste maison d’une communauté fermée.

L’incident qui a tout changé

Tout a basculé un vendredi après-midi de juin de l’année précédente lorsque les procureurs ont émis une assignation à l’encontre de l’Organisation Trump, demandant l’accès aux enregistrements de sécurité de Mar-a-Lago sur une période de plusieurs mois. C’est à ce moment-là que Walt Nauta, l’assistant personnel de Donald Trump, et Carlos De Oliveira, le gestionnaire de la propriété de Mar-a-Lago, ont contacté Yuscil Taveras.

“Hey mec, tu es dans le coin ce week-end ?” a écrit M. Nauta à M. Taveras par SMS, qui se trouvait effectivement dans la région pour divertir de la famille en visite de New York. M. De Oliveira a ensuite envoyé un message à M. Taveras, lui disant que M. Nauta “avait besoin de lui pour quelque chose”.

Ce dont ils avaient besoin est devenu évident quelques jours plus tard, lorsque M. De Oliveira a conduit M. Taveras à travers un tunnel du sous-sol du club, pour finalement arriver dans une petite pièce connue sous le nom de “placard audio”. C’est là que M. De Oliveira a transmis un message de la part de M. Trump : “le patron” souhaitait que les enregistrements soient supprimés. M. Taveras a refusé la demande, selon les procureurs, mais M. De Oliveira l’a soulevée à nouveau.

Le secret dévoilé

Peu de temps après son retour à son bureau, M. Taveras a confié à un collègue, Renzo Nivar, ce qui venait de se passer. Dans les jours qui ont suivi, il a relayé l’histoire à un supérieur à la Trump Tower. À New York, Matthew Calamari Jr., le directeur de la sécurité de l’Organisation Trump, a apparemment été alarmé par ces informations. Il a alerté le département juridique de l’entreprise, ce qui a incité un avocat principal de la société à donner un avertissement sévère de ne rien supprimer.

Finalement, l’entreprise a remis les enregistrements, et l’acte d’accusation n’accuse personne d’avoir supprimé des bandes. Cependant, le témoignage de M. Taveras pourrait être crucial pour prouver que Donald Trump, Walt Nauta et Carlos De Oliveira conspiraient pour entraver l’enquête.

Le virage décisif de Yuscil Taveras

Lorsqu’il a été convoqué devant un grand jury ce printemps, M. Taveras n’a pas entièrement raconté l’incident. Ce n’est que lorsque les procureurs ont ensuite menacé de le poursuivre pour ne pas avoir tout révélé qu’il a changé de cap pour devenir un témoin potentiellement important dans l’affaire. Face à une inculpation imminente cet été, M. Taveras a remplacé son avocat, qui était rémunéré par le comité d’action politique de M. Trump et représentait également l’un des co-accusés de l’ancien président.

M. Taveras est ensuite retourné devant le grand jury et a offert une version plus détaillée des événements, expliquant comment on lui avait demandé de supprimer les enregistrements de surveillance. En échange, les procureurs ont accepté de ne pas le poursuivre. Cette évolution de la situation, tirée des archives judiciaires et des entretiens avec près d’une douzaine de personnes le connaissant et étant impliquées dans l’affaire, révèle de nouveaux détails sur le rôle crucial, bien que réticent au début, qu’il a joué pour aider les enquêteurs à rassembler des preuves montrant que Donald Trump et deux de ses collaborateurs auraient comploté pour détruire les enregistrements de sécurité montrant des boîtes de documents classifiés circulant dans une salle de stockage à Mar-a-Lago.

Témoin contre l’ancien président

Cette situation place M. Taveras dans une position délicate : il est à la fois employé de Donald Trump – il continue de travailler à Mar-a-Lago – et témoin à charge contre lui. M. Taveras devrait témoigner contre l’ancien président ainsi que contre deux employés de M. Trump, Walt Nauta et Carlos De Oliveira, tous trois inculpés d’une conspiration visant à entraver l’enquête gouvernementale. Selon les procureurs, c’est M. De Oliveira qui a demandé à M. Taveras de supprimer les enregistrements.

Le schéma récurrent autour de Donald Trump

La séquence d’événements entourant les enregistrements de surveillance, telle qu’elle est présentée par les procureurs dans l’acte d’accusation et lors d’entretiens, correspond à un schéma récurrent depuis de nombreuses années pour ceux qui gravitent autour de Donald Trump. Certains collaborateurs se précipitent pour exécuter ses souhaits, tandis que d’autres cherchent à le contenir pour éviter les risques légaux et politiques.

L’affaire a également fait de M. Taveras une figure quelque peu singulière dans le monde de Donald Trump : il est le premier employé de Trump à faire face à des poursuites dans l’affaire des documents classifiés et à avoir signé un accord de coopération pour éviter l’inculpation. Sa situation contraste avec celle de nombreuses personnes impliquées dans l’enquête du comté de Fulton, en Géorgie, sur les efforts visant à annuler la victoire de Joseph R. Biden Jr. dans l’État, nombre d’entre elles se retrouvant seules, confrontées à des accusations ou à des frais juridiques de dizaines de milliers de dollars en tant que témoins.

Conclusion

Alors que le procès de Donald Trump, Walt Nauta et Carlos De Oliveira est prévu pour l’année prochaine, l’avenir de Yuscil Taveras reste incertain. Son témoignage pourrait être crucial pour l’issue de l’affaire, mais il pourrait également être exclu si la demande de suppression de son témoignage est acceptée par le tribunal. Dans tous les cas, Yuscil Taveras est désormais au centre de l’une des enquêtes les plus médiatisées et les plus controversées de ces dernières années.

Check Also

La Mer Rouge, épicentre de tensions géopolitiques : le drone MQ-9 Reaper et la montée des hostilités

La Mer Rouge, longtemps perçue comme un simple passage maritime reliant l’océan Indien à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *