L’économie mondiale : Entre espoir et incertitude

Une lueur d’espoir face à la récession annoncée

Les économistes ne sont pas réputés pour leur optimisme, mais ces derniers temps, une lueur d’espoir perce à travers les sombres prévisions. Il n’y a pas si longtemps, une récession aux États-Unis semblait inévitable, car la Réserve fédérale augmentait continuellement ses taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation. D’autres banques centrales ont emboîté le pas, confrontées à des défis liés à l’inflation exacerbés par la flambée du dollar, un problème particulièrement préoccupant pour les marchés émergents qui empruntent et commercent en utilisant la monnaie américaine. Cependant, l’annonce d’une baisse du taux d’inflation annuel américain à 3 % en juin a ravivé l’espoir que la prochaine augmentation des taux de la Fed, prévue pour le 26 juillet, serait la dernière, et que les autres banques centrales pourraient également assouplir leur politique. Les marchés boursiers sont en hausse, les rendements obligataires sont en baisse, et le dollar américain flirte avec son niveau le plus bas depuis le début de la hausse des taux par la Fed.

Des signes encourageants malgré le ralentissement économique

Cette vague d’optimisme est d’autant plus surprenante que l’économie mondiale montre des signes de ralentissement. Le 17 juillet, la Chine a annoncé que son économie n’avait progressé que de 0,8 % au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents, bien en deçà des attentes, malgré l’abandon par le gouvernement de sa politique “zéro-covid” en décembre. L’industrie manufacturière mondiale a subi un coup dur après la levée des confinements, car les consommateurs ont repris leurs activités hors du foyer et ont acheté moins d’équipements de bureau pour le télétravail. Bien que l’Amérique ait connu une forte croissance au premier semestre, la plupart des prévisionnistes estiment que l’économie va bientôt ralentir.

Toutefois, de nombreux experts restent optimistes quant à l’éviction d’une contraction économique majeure. Même la reprise décevante en Chine, où l’inflation n’est pas un problème, a évité la redoutée flambée des prix des matières premières à l’échelle mondiale. Cela a également soutenu les efforts de l’Europe pour remplacer le gaz russe acheminé par gazoduc par des livraisons de gaz liquéfié, renforçant ainsi la stabilité énergétique de la région.

Les raisons de rester prudent

Cependant, il serait imprudent de se réjouir trop vite, car trois facteurs majeurs continuent de planer sur l’économie mondiale. Premièrement, l’inflation persiste, même si son taux est plus bas qu’auparavant, il reste bien au-dessus de l’objectif de 2 % fixé par les banques centrales. La diminution globale du taux d’inflation aux États-Unis est principalement due à une baisse temporaire des prix de l’énergie. Si l’on exclut les denrées alimentaires et l’énergie, les prix ont augmenté de 4,8 % par rapport à l’année précédente. Dans la zone euro, cette augmentation est de 5,5 %, et dans les deux économies, les salaires continuent d’augmenter bien plus rapidement que la productivité.

En d’autres termes, les économies développées ont encore du chemin à parcourir avant de se débarrasser complètement d’une inflation galopante, et de nombreux économistes prédisent que le dernier kilomètre sera le plus difficile à franchir. Une inflation persistante de 3 à 4 %, par exemple, pourrait poser des problèmes aux banquiers centraux, qui pourraient être contraints de choisir entre un resserrement plus strict de la politique monétaire ou un abandon discret de l’objectif de 2 %. Dans les deux cas, cela perturberait les marchés financiers et aurait potentiellement des répercussions sur l’économie réelle.

Le risque d’une transition difficile sur le marché du travail

Le deuxième risque à prendre en compte est que les bénéfices de cette transition économique pourraient masquer temporairement les coûts sous-jacents. Jusqu’à présent, le marché du travail américain s’est rééquilibré relativement facilement en réduisant le nombre de postes vacants plutôt que le nombre d’emplois. Les embauches ont été nombreuses, et les licenciements rares. Cependant, la baisse du nombre d’offres d’emploi ces derniers mois est inquiétante et soulève des questions sur la viabilité à long terme de cette approche. Dans certains pays riches, les entreprises semblent accumuler des employés qu’elles n’ont pas réellement besoin, et le nombre moyen d’heures travaillées est en baisse. Si les entreprises estiment que conserver des travailleurs dont elles pourraient ne pas avoir besoin à l’avenir devient trop coûteux, elles pourraient procéder à des licenciements massifs.

Les disparités entre les économies mondiales

Enfin, le troisième danger est représenté par les divergences persistantes entre les grandes économies mondiales. Alors que la pression sur la Fed diminue, les responsables politiques des autres pays restent préoccupés. Si la Grande-Bretagne se félicite d’une baisse plus importante que prévu du taux d’inflation en juin, la croissance des prix et des salaires demeure d’environ 7 %, ce qui est un cas unique et préoccupant. Le Japon vient tout juste de commencer à resserrer sa politique monétaire, et la hausse de l’inflation pourrait inciter la Banque du Japon à revoir ses politiques monétaires à la fin du mois de juillet. De plus, la Chine pourrait faire face à un ralentissement structurel de sa croissance, en raison de créances douteuses, évoquant les difficultés économiques que le Japon a connues au début des années 1990. Le ralentissement économique chinois est préoccupant, car le pays joue un rôle crucial dans l’économie mondiale en tant que principal acteur du commerce mondial et première puissance manufacturière. Une baisse significative de la croissance chinoise pourrait avoir des répercussions importantes sur les autres économies.

Les économies émergentes, quant à elles, font également face à des défis considérables. De nombreux pays en développement ont connu une forte augmentation des niveaux d’endettement en raison des mesures prises pour atténuer les effets de la pandémie de COVID-19 sur leur économie. Maintenant, ces pays doivent trouver un équilibre délicat entre la relance économique et la gestion de leur dette. Une augmentation soudaine des taux d’intérêt mondiaux pourrait compliquer davantage la situation, rendant le remboursement de la dette plus difficile et créant des pressions supplémentaires sur les marchés financiers émergents.

Le défi de la transition énergétique

Outre les facteurs économiques, le monde est confronté à un défi majeur : la transition énergétique. Alors que les préoccupations concernant le changement climatique augmentent, de nombreux pays s’efforcent de réduire leur dépendance aux énergies fossiles et de favoriser les sources d’énergie renouvelable. Cependant, cette transition n’est pas sans défis. La demande mondiale d’énergie continue d’augmenter, et il faudra du temps pour que les énergies renouvelables deviennent suffisamment abordables et accessibles pour répondre à cette demande croissante.

Par ailleurs, certains pays sont encore fortement dépendants des industries liées aux énergies fossiles, ce qui rend difficile pour eux de se tourner rapidement vers des sources d’énergie plus propres. La transition énergétique nécessitera des investissements massifs dans les infrastructures et les technologies vertes, ainsi que des politiques gouvernementales cohérentes pour faciliter la transformation de l’économie mondiale vers un modèle plus durable.

La résilience des marchés financiers

Malgré ces défis, les marchés financiers ont montré une certaine résilience face aux incertitudes économiques mondiales. Les politiques accommodantes des banques centrales ont joué un rôle crucial dans la stabilité financière, en soutenant la demande et en encourageant les investissements. Cependant, cela a également entraîné une hausse des prix des actifs, suscitant des inquiétudes concernant une éventuelle bulle spéculative.

Les investisseurs doivent donc faire preuve de prudence et de discernement dans leurs décisions financières. La diversification des portefeuilles d’investissement, la gestion des risques et la surveillance attentive des évolutions économiques mondiales sont essentielles pour naviguer dans cet environnement complexe.

Conclusion : Entre espoir et vigilance

En conclusion, l’économie mondiale est actuellement tiraillée entre l’espoir d’une reprise économique soutenue et la vigilance face aux incertitudes persistantes. Les signes positifs tels que la baisse du taux d’inflation aux États-Unis et la résilience des marchés financiers offrent des raisons d’être optimiste quant à l’avenir. Cependant, il est essentiel de reconnaître les défis qui subsistent, notamment l’inflation persistante, la transition énergétique et les divergences entre les grandes économies mondiales.

La collaboration internationale et des politiques économiques prudentes seront cruciales pour naviguer dans cette période d’incertitude. Les décideurs politiques, les entreprises et les investisseurs devront être flexibles, réactifs et résilients pour surmonter les obstacles et ouvrir la voie à une reprise économique durable et équilibrée.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *