La UBS reprend le financement controversé des yachts de luxe

Un créneau risqué, mais stratégique

La banque Credit Suisse a sombré en tant qu’institution indépendante, mais son activité de financement de yachts continue de prospérer: la UBS vient de décider de reprendre l’octroi de crédits pour méga-yachts. Ainsi, la dernière grande banque suisse récupère un secteur d’activité de son défunt rival, qui, avec un volume de crédit d’un milliard de dollars (en 2021), est relativement petit, mais a régulièrement fait la une pour de mauvaises raisons ces dernières années.

Ce printemps encore, Credit Suisse a dû intenter une action en justice à Londres pour obliger le prince saoudien Fahad bin Sultan bin Abdulaziz Al Saud à rembourser un prêt de plus de 40 millions de dollars pour son yacht “Sarafsa”. Le membre de la famille royale n’avait pas payé ses intérêts.

En 2017 et 2018, selon des rapports médiatiques, Credit Suisse a connu plusieurs défauts de paiement de prêts pour yachts après que certains de ses clients russes ont été visés par des sanctions américaines. Début 2022, après le déclenchement de la guerre en Ukraine, les sanctions occidentales ont complètement paralysé les affaires avec les oligarques.

Des demandes extravagantes de super-riches

L’octroi de prêts pour yachts de luxe est également considéré comme exigeant parce que chaque yacht est unique: un spa, plusieurs piscines, un héliport ou un cinéma en plein air – tout peut être intégré si le client dispose du budget nécessaire. L’éventail des prix d’achat va de dizaines à des centaines de millions de dollars pour les modèles de plus de 100 mètres de long.

Plus le yacht est équipé de manière extravagante, plus il devient difficile pour la banque de l’évaluer et de le revendre si nécessaire si un client rencontre des difficultés financières. En règle générale, selon les experts du secteur, le ratio prêt/valeur maximal pour un superyacht est donc limité à environ 40 à 60% de la valeur. Le ratio est nettement inférieur à celui d’une maison individuelle, par exemple.

En outre, la banque de crédit doit s’assurer que le propriétaire du yacht dispose d’un équipage, y compris un capitaine, pour entretenir le navire. Les frais d’exploitation annuels s’élèvent en moyenne à 10% du prix d’achat. “À partir d’une certaine taille, une gestion professionnelle du yacht est obligatoire. Des contrôles périodiques sur place par le prêteur sont également habituels, toute autre chose serait imprudente”, déclare Peter Hürzeler, directeur d‘Ocean Independence, l’un des plus grands prestataires de services dans ce domaine dans le monde.

Enfin, en raison des exigences réglementaires, les banques doivent soutenir les prêts pour yachts avec beaucoup de fonds propres, ce qui pèse sur la rentabilité. Fin 2021, Credit Suisse a donc transféré une partie des risques de son portefeuille de prêts pour yachts à des hedge funds via des dérivés, ce qui a rapidement été rendu public et a encore nui à la réputation déjà fragile de la banque.

En raison de ces facteurs négatifs, de nombreuses banques privées renoncent à octroyer des prêts pour yachts.

Le prêt pour superyacht comme activité d’appel

Il existe néanmoins de bonnes raisons pour UBS de se lancer dans cette activité. Ainsi, selon l’homme d’affaires Hürzeler, Credit Suisse jouait un rôle de leader mondial dans le financement des yachts et a accumulé beaucoup de savoir-faire au fil des ans : “Pour le secteur, c’est un signal très positif que UBS poursuive le domaine d’activité de CS”.

UBS devrait également voir la reprise comme une bonne opportunité d’élargir son offre pour les super-riches. Credit Suisse accordait des prêts pour yachts à des clients qui auraient pu se permettre un tel bateau sans prêt, mais préféraient investir leurs liquidités disponibles dans des projets générateurs de rendement. Pour être éligible à un financement, le navire devait mesurer au moins 40 mètres.

Les experts du secteur qualifient les prêts pour yachts de luxe de produits d’appel pour acquérir de nouveaux clients super-riches et les fidéliser. Le principe peut être comparé à l’hypothèque classique pour la classe moyenne : grâce à l’hypothèque, le client apprend à mieux connaître et apprécier la banque – et est donc heureux de gérer toutes ses affaires avec l’institut financier qui a financé son logement.

Credit Suisse donnait donc la préférence aux clients qui non seulement utilisaient ses prêts pour yachts, mais aussi d’autres services bancaires, en gardant une partie de leur fortune restante sur des comptes bancaires internes. Ainsi, la banque pouvait plus facilement s’assurer que ses emprunteurs étaient toujours liquides.

Il est probable que UBS agira de manière plus conservatrice que Credit Suisse, réputée pour son appétit du risque élevé, dans l’octroi de prêts pour yachts. Elle limitera probablement le ratio prêt/valeur et refusera les clients délicats.

En tout cas, le financement de yachts apporte beaucoup de prestige auprès de la riche clientèle : Credit Suisse était partenaire de sponsoring du Yacht Club de Monaco présidé par le Prince Albert II. Le club organisait depuis longtemps un concours annuel de voile sous le nom de Trophée Credit Suisse.

Check Also

Un Nouveau Test Sanguin Révolutionnaire pour la Détection Précoce de la Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson, une affection neurodégénérative progressive, touche des millions de personnes dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *