Les mines terrestres entravent la progression de l’armée ukrainienne dans le sud de l’Ukraine

La guerre en cours entre l’Ukraine et la Russie a engendré une situation alarmante dans le sud de l’Ukraine, où les forces ukrainiennes sont confrontées à un obstacle majeur : les mines terrestres. Les champs que doivent traverser les soldats ukrainiens sont jonchés de différentes types de mines, allant des mines en plastique et en métal aux mines de forme cylindrique ressemblant à des boîtes de tabac à mâcher ou à des canettes de soda, avec des noms colorés tels que “la sorcière” et “la feuille”. Cet article explore en profondeur la menace que représentent les mines terrestres dans la région, ainsi que les efforts déployés par l’armée ukrainienne pour les désamorcer.

Les défis posés par les mines terrestres

Les mines terrestres ont été utilisées de manière extensive par les forces russes dans des conflits antérieurs, tels que l’Afghanistan, la Tchétchénie et les premières phases du conflit en Ukraine. Cependant, les champs de mines dans le sud de l’Ukraine sont vastes et complexes, au-delà de ce qui était connu auparavant, selon les témoignages des soldats qui y ont pénétré. Les forces ukrainiennes sont confrontées à un éventail de mines, de fils de déclenchement, de pièges et de dispositifs explosifs improvisés, ce qui les empêche de progresser de quelques kilomètres seulement par rapport à leur point de départ. Les mines terrestres constituent donc un défi majeur pour l’armée ukrainienne dans sa contre-offensive.

Les techniques de déminage

Le déminage de ces champs de mines nécessite une grande motivation et un sang-froid exemplaire. Les équipes de déminage se rendent sur les lieux munies de détecteurs de métaux et de sondes longues et fines fixées à des perches pour tenter de repérer les mines enterrées sans les déclencher. Cette tâche délicate nécessite une précision digne d’un chirurgien, tout en étant entouré d’explosions d’artillerie dans la bataille. Les équipes de déminage élargissent progressivement un chemin d’environ deux pieds de large pour permettre aux soldats d’avancer. Ensuite, elles élargissent le chemin d’un pied supplémentaire ou plus, afin de permettre à deux soldats de marcher côte à côte tout en transportant un brancard pour les soldats blessés au combat.

Les tactiques sophistiquées utilisées par les forces russes

Les champs de mines sont régulièrement piégés avec des dispositifs antimanipulation et des pièges, afin de faire exploser les mines si elles sont soulevées, pour contrer les équipes de déminage. Les forces russes utilisent des mines antipersonnel déclenchées par des fils de déclenchement minces de couleur jaune qui s’étendent sur une douzaine de mètres environ. Tout contact avec ces fils peut provoquer une explosion et un éclat de shrapnel. Les explosifs plus sophistiqués incluent les mines sauteuses, qui, lorsqu’on marche dessus, explosent en projetant des éclats de shrapnel et en blessant d’autres soldats à proximité.

Les conséquences des mines terrestres

Les mines terrestres ont dépassé les tirs d’artillerie en tant que cause principale de blessures chez les soldats ukrainiens. Étant donné que certaines mines sont en plastique pour échapper à la détection par les équipes de déminage, les éclats de shrapnel qu’elles dispersent peuvent être invisibles pour les médecins des postes de premiers secours à proximité du front, où les équipes médicales utilisent des détecteurs de métaux pour localiser et retirer les fragments. Les soldats blessés par des explosions de mines sont traités dans des hôpitaux plus éloignés, où des amputations doivent souvent être pratiquées sur ceux dont les pieds ou les jambes inférieures ont été arrachés par les explosions de mines.

Les véhicules blindés occidentaux offrent une protection supplémentaire

Les véhicules blindés occidentaux, tels que les véhicules de combat d’infanterie Bradley fabriqués aux États-Unis, offrent une protection supérieure aux soldats ukrainiens. Bien que ces véhicules ne permettent pas de traverser les champs de mines, ils sauvent des vies grâce à leur blindage supérieur qui les protège des explosions. Les véhicules Bradley, dotés d’un blindage en aluminium et en acier en couches, peuvent rouler sur des mines antipersonnel sans être endommagés. En revanche, ils sont immobilisés par les mines antichars russes, des dispositifs circulaires massifs contenant environ 15 livres de TNT, sans toutefois causer de blessures graves aux soldats à l’intérieur.

Conclusion

La présence massive de mines terrestres dans le sud de l’Ukraine constitue un défi majeur pour l’armée ukrainienne dans sa contre-offensive contre les forces russes. Ces mines entravent considérablement la progression des troupes ukrainiennes et augmentent le risque de blessures graves pour les soldats. Les équipes de déminage ukrainiennes travaillent sans relâche pour désamorcer les mines et créer des voies de passage sécurisées. Néanmoins, la menace persistante des mines terrestres rend cette tâche extrêmement dangereuse. La situation actuelle met en évidence la nécessité d’un soutien accru de la communauté internationale pour aider l’Ukraine à faire face à ce défi mortel. Les efforts pour éliminer les mines terrestres devraient être soutenus par des ressources, des équipements spécialisés et une coopération internationale pour garantir la sécurité et le bien-être des soldats ukrainiens.

Check Also

La théorie des nœuds : une révolution pour la navigation spatiale dans les systèmes solaires encombrés

Introduction à la théorie des nœuds et son application en astronautique La navigation spatiale, confrontée …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *