La Chine durcit sa loi anti-espionnage, la peur s’installe chez les étrangers

Des expatriés et des Chinois craignent que des interactions banales deviennent risquées

Depuis le début du mois de juillet, les contacts avec l’étranger sont encore plus suspects en Chine. Les personnes concernées craignent que des procédures de routine ne deviennent délicates. Certains envisagent de changer de nationalité.

Un Chinois travaillant depuis de nombreuses années pour une organisation publique européenne en Chine a récemment appris un incident désagréable : des parlementaires européens ont remis en question sa loyauté auprès de ses supérieurs. « Est-ce que monsieur est un agent double, ou est-il de notre côté ? », auraient-ils demandé en substance. Le Chinois, qui souhaite rester anonyme, peut comprendre ces doutes jusqu’à un certain point. Il connaît trop bien la Chine de Xi Jinping et sa politique opportuniste et nationaliste. Mais les doutes des parlementaires surviennent à un moment où l’homme est de plus en plus soupçonné en Chine d’être pratiquement un traître à la patrie en tant qu’employé d’une organisation étrangère.

La Chine veut protéger les “intérêts nationaux”

Début juillet, la loi anti-espionnage renforcée est entrée en vigueur en Chine. La loi originale date de 2014, au début du mandat de Xi Jinping comme chef du parti et de l’État, et visait principalement à protéger les secrets d’État. La loi désormais considérablement élargie vise également les “documents, données, matériaux et objets qui touchent à la sécurité nationale et aux intérêts nationaux de la Chine”. La sécurité nationale est désormais interprétée si largement par le Parti communiste qu’elle englobe pratiquement tout, de la “sécurité culturelle” aux “préoccupations sociales” en passant par les intérêts de la Chine à l’étranger. De même, de nombreuses parties de la loi anti-espionnage sont très vagues. C’est pourquoi les cabinets d’avocats, les chambres de commerce étrangères et les gouvernements mettent en garde contre les conséquences pour tous ceux qui traitent des informations liées à la Chine.

Le Chinois mentionné croit être quelque peu protégé par son employeur européen. “Sans cette fonction, j’aurais déjà été invité à boire le thé par la police et j’aurais perdu mon travail”, dit-il. Cependant, il voit la loi anti-espionnage comme un danger concret pour sa sécurité, car elle ne vise pas seulement les espions présumés, mais aussi leurs contacts. “Si mon interlocuteur est emprisonné pendant trois ans, serai-je aussi emprisonné ?”, se demande-t-il. L’homme se demande également ce qu’est exactement un lien avec un présumé espion. “Une entrée dans mon agenda ou le transfert d’un e-mail suffit-il ?”

C’est pourquoi le Chinois, qui est retourné dans son pays après ses études à l’étranger pour aider son pays, souhaite obtenir une autre nationalité. Cela lui donnerait une certaine protection, croit-il.

Des Japonais, Américains et Canadiens arrêtés

Mais les exemples d’étrangers arrêtés en Chine comme espions présumés se multiplient. Depuis l’entrée en vigueur de la première version de la loi anti-espionnage en 2014, 17 Japonais ont été arrêtés ; 5 sont encore détenus, selon l’agence de presse japonaise Kyodo. Le chiffre réel serait beaucoup plus élevé, selon les médias d’État chinois, car de nombreux cas ne sont pas rendus publics.

En mai, un Américain de 78 ans a également été condamné à la prison à vie dans la ville de Suzhou, dans l’est de la Chine ; les raisons précises autres que l’accusation d’espionnage n’ont pas été communiquées.

Fin 2018, les autorités chinoises avaient déjà arrêté deux Canadiens, les gardant en détention pendant près de trois ans pour espionnage. Elles exerçaient ainsi des pressions sur le gouvernement canadien pour qu’il libère la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, assignée à résidence à Vancouver. Dans un échange, les trois personnes ont finalement été libérées en septembre 2021.

De nombreuses personnes potentiellement concernées se demandent sur quels “documents, données, matériaux et objets” précisément la loi anti-espionnage renforcée de la Chine cible.

Jens Eskelund, président de la Chambre de commerce européenne en Chine, déclare que la loi, en interaction avec les lois vagues sur la cybersécurité, la sécurité des réseaux et la protection des données, accroît encore l’incertitude pour les entreprises.

Les parcs éoliens au large des côtes chinoises pourraient devenir délicats

Eskelund donne deux exemples dont il a récemment entendu parler et qui pourraient tomber sous le coup des lois de sécurité. “Lorsque l’on veut ouvrir une usine, peut-on encore effectuer des tests de sol et de toxicité ? Lorsque l’on envisage la construction d’éoliennes offshore, peut-on encore analyser les schémas de vent ?” Les meilleurs vents pour de tels projets soufflent dans le détroit de Taïwan, où la Chine effectue régulièrement des manœuvres militaires.

Une vidéo en ligne publiée par la province côtière méridionale du Guangxi met explicitement en garde contre l’espionnage contre la marine chinoise. Dans cette vidéo de style dessin animé datant de fin 2020, un Chinois naïf prend des photos de la côte chinoise contre rémunération pour une entreprise étrangère. Après les premiers contrats, l’entreprise demande des photos de navires de guerre, prétextant en avoir besoin pour les jeux militaires qu’elle vend.

La télévision d’État CCTV 1 a récemment présenté d’autres cas supposés réels dans une émission sur la loi anti-espionnage. Ainsi, une entreprise étrangère aurait payé un prestataire informatique de Shanghai pour enregistrer sur un disque dur et envoyer à l’étranger des données de communication des trains à grande vitesse entre Pékin et Shanghai. Trois employés du prestataire auraient été arrêtés.

Une voix off a expliqué dans l’émission que la loi anti-espionnage protégeait non seulement la sécurité nationale de la Chine, mais aussi ses “intérêts de développement”. Un expert a déclaré que le danger venait non seulement des organisations d’espionnage étrangères, mais aussi par exemple des ONG et des “institutions de recherche et de conseil”.

Les cabinets de conseil sont déjà dans le collimateur de la Chine

Cette dernière catégorie inclut les sociétés américaines Mintz et Bain and Company ainsi que la société chinoise Capvision, contre lesquelles les autorités enquêtent depuis quelques semaines. Mintz aurait examiné pour des clients des cas potentiels de travail forcé au Xinjiang, comme l’exige une loi américaine sur les chaînes d’approvisionnement.

Le champ d’application potentiel de la loi anti-espionnage est si large qu’un employé d’une fondation politique allemande en Chine estime : “Toute conversation sur l’évolution politique et économique de la Chine me met en danger, ainsi que mes collaborateurs et tout interlocuteur.”

Les autorités chinoises, en revanche, soulignent toujours que quiconque respecte la loi n’a rien à craindre. L’État de droit prévaut.

L’employé de la fondation allemande préfère ne pas imaginer ce qui se passerait s’il venait un jour à être arrêté, pour une raison quelconque. “Les diplomates allemands disent le soir en buvant de la bière qu’ils ne pourraient alors rien faire pour moi. Et qu’ils pourraient peut-être me rendre visite en prison une fois.”

Check Also

Les enjeux géopolitiques du Pacifique : Une partie d’échecs entre les USA et la Chine

Le Pacifique, avec ses eaux cristallines et ses îles paradisiaques, évoque souvent des images de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *