L’Arabie saoudite : Une conquête mondiale dans le monde du golf

Le golf, une prise majeure pour le fonds souverain tentaculaire de MBS

“La puissance de l’argent parle.” C’est avec ces mots que Rory McIlroy a résumé l’état d’esprit de la communauté golfique mondiale, stupéfaite d’apprendre que le prestigieux tournoi américain PGA Tour s’associait aux bailleurs de fonds saoudiens du LIV Golf.

Pendant près de deux ans, McIlroy a joué un rôle de premier plan au sein de la PGA dans sa lutte pour freiner l’exode des joueurs quittant le circuit traditionnel pour les millions de pétrodollars offerts par le LIV, une compétition dissidente financée par le Public Investment Fund (PIF), le fonds souverain d’Arabie saoudite.

Créé en 2021, le LIV a bouleversé le monde raffiné du golf, provoqué des litiges juridiques et brisé des amitiés de longue date sur le circuit. Cependant, jusqu’à récemment, le nouveau venu avait du mal à obtenir une couverture télévisuelle de premier ordre et des contrats commerciaux majeurs. Alors que le monde du golf subissait une scission toxique, des joueurs de premier plan tels que McIlroy et Tiger Woods sont restés fidèles à la PGA.

Mais l’accord annoncé récemment, qui permettrait au PIF d’investir environ 3 milliards de dollars dans une nouvelle entité soutenue par le plus grand circuit de golf professionnel du monde, a propulsé le LIV au premier plan. La puissance financière du PIF de Riyad, doté de 650 milliards de dollars, a remporté la victoire.
“Si vous pensez à l’un des plus grands fonds souverains du monde, préférez-vous l’avoir comme partenaire ou comme ennemi ?” a déclaré McIlroy aux journalistes. “En fin de compte, l’argent parle et vous préférez avoir [le PIF] comme partenaire.”

Ce n’est pas seulement le monde du golf qui a été stupéfait. Cet accord est l’une des illustrations les plus frappantes à ce jour du pouvoir et de l’influence croissants du PIF, dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane.
L’accord entre le LIV et la PGA n’est que la partie visible de l’iceberg. En investissant des milliards de dollars à l’intérieur et à l’extérieur du pays, ce fonds d’investissement, réinventé au cours des huit dernières années, a modifié la perception de la richesse de la monarchie, aussi bien dans les riches pays pétroliers du Golfe qu’au-delà.

Le PIF incarne les ambitions de Riyad et constitue la pierre angulaire du plan du prince Mohammed visant à bouleverser l’ordre établi dans le pays et à propulser le royaume sur la scène mondiale. Il change également la façon dont les investisseurs perçoivent l’Arabie saoudite, attirant même ceux qui hésitaient à faire affaire avec Riyad en raison de son bilan désastreux en matière de droits de l’homme.

Le sport : un secteur stratégique pour le PIF

Le sport fait partie des 13 secteurs “stratégiques” identifiés par le PIF, non seulement pour offrir plus d’options de divertissement à une population jeune, mais aussi pour promouvoir la marque de l’Arabie saoudite à l’étranger.

Ces dernières années, Riyad a dépensé des dizaines de millions de dollars pour organiser une multitude d’événements sportifs dans le pays, allant des combats de boxe aux courses de Formule 1. Il y a deux ans, le club de football anglais Newcastle United a été acquis. Aujourd’hui, des centaines de millions de dollars sont dépensés pour attirer certains des meilleurs footballeurs de la planète, dont les Français N’Golo Kanté et Karim Benzema, qui rejoindront Cristiano Ronaldo dans le championnat national.

“L’Arabie saoudite se considère comme le centre d’un nouvel ordre mondial, et investir dans le sport contribue à cette position nationale”, explique Simon Chadwick, professeur de sport et d’économie géopolitique à la Skema Business School en France. Cependant, le dernier investissement en date confère pour la première fois à l’Arabie saoudite un contrôle partiel d’un circuit sportif professionnel. Le PIF détiendra une participation minoritaire importante dans la nouvelle entité regroupant les opérations commerciales de la PGA, de l’European DP World Tour et du LIV. Jay Monahan, commissaire de la PGA, sera le directeur général, tandis que Yasir al-Rumayyan, gouverneur du PIF et passionné de golf, en sera le président. Un tabloïd a titré : “Les Saoudiens achètent le golf”.

Une tentative de “blanchiment de réputation” par le sport

“Cela leur donne une véritable place à la table des négociations pour les décennies à venir”, déclare George Pyne, fondateur de la société d’investissement sportif Bruin Capital.

Avec l’association entre le LIV et la PGA, le PIF a réussi en deux ans ce que les États-Unis ont mis des décennies à accomplir par le biais de la PGA, selon Chadwick. “Les gens pourraient se demander : ‘Pourquoi acheter un sport pour valoriser votre marque ?’ Eh bien, regardez les dizaines, voire les centaines de millions de personnes qui seront exposées quotidiennement aux entités saoudiennes… C’est une publicité géante.”

Certains critiques affirment que cela n’est qu’une nouvelle tentative de l’Arabie saoudite de “blanchir sa réputation par le sport”, en particulier après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018, perpétré par des agents saoudiens, qui a brièvement placé le pays au ban des nations occidentales.

“Le PIF se targue ouvertement de devenir ‘l’investisseur ayant le plus d’impact au monde’. Son objectif est de dépasser 1 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion en 2 ans.”

Selon Rumayyan, cet accord vise à servir les intérêts des Saoudiens et de leurs ambitions. “Pourquoi faisons-nous cela ? Nous le faisons pour toutes les raisons bénéfiques à notre peuple : améliorer la qualité de vie, organiser plus d’événements sportifs dans le royaume”, explique-t-il au Financial Times. “Environ 75 % de notre population a moins de 35 ans. Si vous ajoutez tout cela, je pense que c’est non seulement logique, mais aussi financièrement sensé.”

Le PIF reflète non seulement les objectifs à long terme de l’Arabie saoudite, mais aussi l’audace qui caractérise le règne du prince Mohammed. Alors que les fonds souverains traditionnels du Golfe se font discrets et révèlent le moins possible leurs portefeuilles, le PIF se vante ouvertement de devenir “l’investisseur ayant le plus d’impact au monde”.

Son objectif est de dépasser 1 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion en seulement deux ans et d’atteindre 2 000 milliards de dollars d’ici 2030. Pour comparaison, la Norvège gère le plus grand fonds souverain au monde, avec environ 1 300 milliards de dollars d’actifs accumulés en mettant à l’abri ses excédents en pétrodollars pendant plus de trois décennies.

Un appétit pour le risque

“Cette croissance en si peu de temps… elle est vraiment sans précédent”, déclare Diego Lopez, directeur général de Global SWF, une société spécialisée dans le suivi des fonds souverains.

La transformation du PIF a commencé en mars 2015, lorsque le roi Salmane a annoncé que le fonds, ainsi que le conseil nouvellement créé auquel il rendrait compte, seraient présidés par son fils préféré, le prince Mohammed, connu sous le nom de MBS, alors âgé de 29 ans.

Jusque-là, le PIF était davantage un véhicule de développement qu’un fonds souverain, prudent et réticent à prendre des risques, n’ayant réalisé qu’un seul investissement international notable, une participation dans une aciérie sud-coréenne.

Lorsque le prince Mohammed a pris les rênes du fonds, celui-ci a connu une “nouvelle naissance”, selon les termes du PIF, et cela a radicalement changé l’appétit de Riyad pour le risque et la gestion de sa richesse pétrolière.

Le PIF a fait parler de lui pour la première fois sur la scène internationale en 2016, avec un investissement de 3,5 milliards de dollars dans Uber, suivi d’un pari de 45 milliards de dollars sur le Vision Fund de SoftBank.

Depuis lors, il a investi des dizaines de milliards de dollars sur les marchés mondiaux, à la recherche d’opportunités stratégiques et opportunistes. Parmi ses principales participations, on peut citer Aston Martin, Carnival, l’un des plus grands opérateurs de croisières au monde, et Lucid, un fabricant de véhicules électriques qui construit une usine en Arabie saoudite. Au cours des 18 derniers mois, il a pris des participations dans des entreprises de jeux vidéo dans le cadre d’un plan de 38 milliards de dollars visant à conquérir ce secteur.

La vision de sevrer le pays du pétrole

Pourtant, malgré toutes ses activités internationales, c’est dans son pays d’origine que le PIF a le plus d’impact. Il est devenu une force dominante et omniprésente dans l’économie, devenant l’instrument des projets de développement national et de sevrage de l’Arabie saoudite de sa dépendance au pétrole.

Le PIF a créé 79 entreprises, allant d’un producteur de café à une compagnie aérienne, en passant par une entreprise de recyclage des déchets, une société de défense et même une entreprise de vapotage. Le fonds et ses filiales sont présents dans tous les domaines, des objectifs de Riyad en matière d’énergie renouvelable au renouvellement urbain en passant par la sécurité alimentaire.

Outre la création de nouvelles industries, le PIF est chargé de développer une série de mégaprojets. Le plus remarquable – et le plus controversé – est Neom, un projet de développement futuriste de 500 milliards de dollars sur la côte de la mer Rouge, avec une ville linéaire de 170 km de long dans le désert, connue sous le nom de “The Line”.

Mais de nombreux autres projets sont en cours, selon un cadre ayant travaillé avec le PIF. “Peu importe la taille que l’on imagine pour le pipeline, il est de toute façon deux fois plus grand.”

MBS et la gouvernance verticale

Ceux qui se rendent à Riyad dans l’espoir de bénéficier des richesses du fonds se retrouvent désormais au nouveau siège de 77 étages, appelé “PIF Tower”. Les effectifs sont passés de 40 personnes en 2015 à 2 500 aujourd’hui. L’année dernière, des bureaux ont été ouverts à New York, Londres et Hong Kong.

Au sommet, MBS reçoit des rapports bihebdomadaires sur le portefeuille d’entreprises du fonds. Le PIF est géré d’une manière qui reflète la hiérarchie descendante et centralisée encouragée par l’héritier présomptif, selon des cadres ayant travaillé avec le fonds.

Lors d’une entrevue avec un podcasteur saoudien en octobre, M. Rumayyan a fait allusion à ce qui se passerait en cas de scission du conseil d’administration. Il a pris l’exemple de 2020, lorsque le prince héritier et lui-même souhaitaient profiter des turbulences du marché mondial pour acquérir des actifs bon marché. D’autres membres du conseil d’administration estimaient qu’il était plus prudent d’investir à l’intérieur du pays.

“Le PIF dispose de personnes compétentes qui effectuent de bonnes analyses, puis on leur dit de prendre l’avion, d’aller à tel endroit et de signer un accord. Certains d’entre eux ont l’impression d’être des comptables.”

Le conseil d’administration rend compte de ses décisions à un conseil, présidé par MBS, qui à son tour répond au roi. “Nous sommes donc allés voir le roi… et nous avons reçu l’ordre de demander l’avis du président [MBS] et du gouverneur [Rumayyan], et c’est ce que nous avons fait.” Le PIF a ensuite investi 35 milliards de dollars sur les marchés mondiaux.

Un cadre du PIF explique qu’il existe des plans si secrets que seules quatre personnes en sont informées avant leur annonce. “Mais si MBS vous fait confiance, il se détend un peu”, dit-il.

Les banquiers et les personnes ayant travaillé avec le fonds affirment que cette structure descendante lui permet d’être agile. Mais cela peut aussi donner une impression de chaos, avec des transactions conclues à la hâte. “Le PIF dispose de personnes compétentes qui effectuent de bonnes analyses, puis on leur dit de prendre l’avion, d’aller à tel endroit et de signer un accord”, explique un banquier international. “Certains d’entre eux ont l’impression d’être des comptables.”

Le PIF, un État dans l’État

L’emprise du PIF sur l’économie dans son ensemble, combinée à son poids politique au sein de l’autocratie, suscite des critiques – selon lesquelles il évince le secteur privé – et soulève des questions sur les énormes paris qu’il engage avec les économies de l’État. “Il est évident que le secteur privé ne veut pas et ne peut pas réaliser de très grands projets, car ils sont très spéculatifs et comportent de nombreux risques”, explique Steffen Hertog, spécialiste des pays du Golfe à la London School of Economics. “Mais le PIF s’implique de plus en plus dans les activités courantes du secteur privé.”

Certains analystes décrivent le fonds – qui s’est engagé à investir 200 milliards de dollars en Arabie saoudite au cours des cinq prochaines années jusqu’en 2025 – comme un État dans l’État. Un critique saoudien du fonds va même plus loin. “Les gens comparent le PIF aux chefs de la mafia dans une petite rue : ils prennent le contrôle de petites boutiques”, déclare-t-il.

Les responsables saoudiens insistent sur le fait que le poids du PIF est essentiel pour développer des industries sur lesquelles le secteur privé traditionnel hésiterait à parier.

Cependant, compte tenu de l’ampleur de ses engagements, certains experts se demandent si les calculs sont justes, même si les coffres du PIF sont alimentés par des transferts d’argent et d’actifs du gouvernement. Le test décisif, selon les experts, sera la gestion de cet ensemble d’engagements tentaculaires et en croissance rapide.

“Personne ne s’attend à ce que tous les investissements du PIF soient couronnés de succès. C’est évident pour les mauvais paris, mais ils sont facilement éclipsés par des investissements lucratifs”, déclare Robert Mogielnicki, chercheur principal à l’Institut des États arabes du Golfe à Washington. “Cependant, étant donné la manière dont le PIF a misé gros et le fait que le gouvernement saoudien a engagé un capital financier et politique important sur le fonds, il serait difficile pour Riyad d’accepter un grand nombre d’échecs.”

Le jeu de la concurrence

Le dernier investissement du PIF dans le golf n’est pas sans risques. Certains avocats craignent que des problèmes d’antitrust n’attirent l’attention du ministère américain de la Justice et ne menacent le partenariat. “Je ne vois pas comment ils pourraient conclure un accord pour préserver la concurrence entre les trois circuits”, déclare Craig Wildfang, associé au groupe antitrust et réglementation commerciale chez Robins Kaplan.

Même si l’accord se concrétise, certains experts estiment qu’il y aura probablement des obstacles commerciaux à surmonter, notamment en raison du bilan désastreux de Riyad en matière de droits de l’homme. “Certains sponsors vont revoir complètement leur stratégie. Ils examineront ce qui est bon pour eux. Jusqu’à présent, le PGA Tour a été une entreprise commerciale, il a connu un succès incroyable”, déclare Steve Martin, directeur général de M&C Saatchi Sport & Entertainment. “Si l’on ajoute les questions concernant l’investissement saoudien, est-ce que les marques vont vouloir s’associer à cette situation ? Certaines peuvent être à l’aise, d’autres non.”

Le PIF n’a toutefois pas peur de susciter la controverse. Lorsque son offre initiale pour Newcastle a été rejetée en raison de critiques sur le “blanchiment par le sport” et d’accusations de piratage télévisuel, le PIF a poursuivi l’opération.

Avec d’autres accords à venir, l’investissement de mardi peut également être considéré comme une déclaration d’intention. “Jusqu’où cela ira-t-il [dans le sport] ? Cela dépendra vraiment de la mégalomanie de Mohammed ben Salmane et du moment où il jugera que les intérêts géopolitiques et économiques de l’Arabie saoudite sont le mieux servis.”

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *