L’essor de l’aviation en Inde : Un marché en pleine croissance

Le potentiel de l’Inde sur le marché mondial de l’aviation

L’Inde est en train de devenir un acteur majeur de l’industrie aéronautique mondiale. Avec des méga-commandes passées lors du Salon du Bourget, les compagnies aériennes indiennes telles qu’Indigo et Air India vont recevoir des centaines d’avions dans les années à venir. Cependant, ce pays, qui part de loin, pourra-t-il réellement faire voler 2 500 avions d’ici à quinze ans et devenir ainsi le troisième marché mondial de l’aviation ?

L’Inde au centre de l’échiquier mondial de l’aviation

Le centre de gravité du transport aérien mondial est en train de se déplacer. En commandant près de 1 000 avions lors du Salon du Bourget, les compagnies aériennes indiennes se sont positionnées au centre de l’échiquier mondial. La montée en puissance de l’Inde, désormais le pays le plus peuplé du monde, est visible depuis un certain temps, mais son accélération actuelle est impressionnante. Alors que la Chine s’est hissée parmi les premiers rangs mondiaux dans les années 2000, suivie par le Moyen-Orient dans les années 2010, l’Inde semble être sur le point de prendre son envol. Cependant, est-ce que le pays est prêt à accueillir autant d’avions en si peu de temps ?

Actuellement, l’Inde compte environ 700 avions commerciaux en service, ce qui est une goutte d’eau dans l’océan par rapport à la flotte mondiale de 24 000 appareils. Cependant, ce rapport de force est destiné à changer dans les douze prochaines années. Avec les nouvelles commandes enregistrées, environ 1 750 nouveaux avions devront être mis en service d’ici 2035.

Les commandes massives des compagnies aériennes indiennes

Lors du Salon du Bourget, la compagnie low-cost Indigo a passé une commande de 500 avions moyen-courriers de la famille A320 NEO à Airbus, qui seront livrés entre 2030 et 2035. Il s’agit du plus gros contrat jamais passé pour un seul type d’appareil. De plus, Indigo envisage de passer une nouvelle commande, cette fois-ci pour des avions long-courriers, comprenant 25 Boeing 787 ou Airbus A350. En attendant, la compagnie doit encore recevoir 477 avions provenant de commandes précédentes. Indigo devrait donc recevoir pas moins de 1 000 avions d’ici 2035, ce qui est remarquable pour une compagnie qui ne comptait qu’une centaine d’appareils il y a cinq ans.

De son côté, Air India a confirmé ses commandes auprès d’Airbus pour 250 avions et auprès de Boeing pour 220 avions. Ces chiffres sont vertigineux pour n’importe quel opérateur européen. D’autres compagnies aériennes, telles que Vistara, Go First et Jet Airways, attendent également la livraison de nouveaux avions. Jet Airways, qui a cessé ses opérations en 2019, possède toujours 135 avions dans son carnet de commandes chez Boeing, et la presse indienne évoque une future commande de 200 appareils.

Perspectives de croissance du marché indien

En passant de telles commandes, les compagnies aériennes indiennes parient sur l’avenir et le développement du transport aérien en Inde. Le nombre de passagers en Inde a été multiplié par 10 depuis le début des années 2000, mais il n’a atteint que 167 millions de passagers avant la crise, selon l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Cela représente peu par rapport à une population d’environ 1,5 milliard d’habitants. En comparaison, la Chine avait enregistré 660 millions de passagers avant la crise, bien qu’elle ait également multiplié son trafic par 10 sur la même période.

Après le choc de la pandémie de Covid-19, le trafic aérien indien connaît une croissance dynamique, notamment sur le marché intérieur où il dépasse de 15 points son niveau d’avant la crise. Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), le taux de remplissage des avions atteint un record de plus de 88 %. Cette tendance devrait se maintenir à long terme. Avant la crise, l’IATA prévoyait une croissance annuelle moyenne du trafic de plus de 6 % jusqu’en 2037, avec une estimation de 520 millions de passagers. Aujourd’hui, Boeing prévoit une croissance moyenne du trafic de plus de 8 % par an jusqu’en 2042, avec la livraison de plus de 2 700 avions dans la région. Airbus estime également que le marché intérieur indien connaîtra une croissance annuelle de plus de 7 % sur la même période.

Ces prévisions reposent principalement sur l’émergence de la classe moyenne indienne, soutenue par une croissance annuelle moyenne du PIB estimée à plus de 7 % et une multiplication par trois prévue d’ici 2030. La transition de ces populations vers l’avion n’est pas automatique, mais la taille du pays et les connexions ferroviaires lentes jouent en faveur de l’aviation, en particulier sur le marché intérieur. D’ici quelques années, l’Inde est donc appelée à devenir le troisième marché mondial de l’aviation, après la Chine et les États-Unis, suivi de près par l’Indonésie.

Consolidation de l’environnement aérien indien

Malgré des similitudes, la croissance de l’industrie aéronautique indienne n’a pas toujours été linéaire, comme en témoignent les reculs du trafic en 2008 et 2012, ainsi que les faillites de géants tels que Kingfisher en 2012 et Jet Airways en 2019. De plus, il est essentiel d’avoir les infrastructures nécessaires pour

accueillir autant d’avions en si peu de temps.

Le gouvernement indien a donc entrepris d’importants travaux pour renforcer les capacités aéroportuaires. Le nombre de plateformes a déjà doublé depuis 2014 pour atteindre près de 150, sans compter les projets de rénovation et d’extension. Un nouvel effort de construction est en cours, avec un investissement de 11 milliards d’euros prévu sur 5 ans par les pouvoirs publics pour atteindre entre 200 et 220 aéroports et aérodromes opérationnels d’ici 2025. Cette expansion s’accompagne également d’un mouvement de privatisation, dont le groupe ADP a notamment bénéficié.

Parallèlement, le gouvernement indien a lancé une vaste modernisation de son système de contrôle aérien grâce au programme Future India Air Navigation (FIAN), qui inclut l’introduction de moyens de contrôle satellitaires. L’année dernière, l’Autorité des aéroports de l’Inde (AAI) a signé un accord de coopération de 10 ans avec Boeing pour la mise en place de systèmes de contrôle, de gestion du trafic et de communication répondant aux normes les plus élevées.

Ce soutien politique solide représente l’une des différences majeures par rapport au passé. Le gouvernement indien est désormais plus enclin à créer un environnement favorable au développement de l’aviation. Jusqu’en 2009, il interdisait aux compagnies aériennes de se couvrir contre les fluctuations des prix du pétrole, ce qui aurait pourtant été très utile pour se protéger des hausses soudaines.

La croissance rapide du marché indien de l’aviation offre des opportunités significatives pour les compagnies aériennes, les constructeurs d’avions et les infrastructures aéroportuaires. Cependant, la réussite de cette expansion dépendra de la capacité de l’Inde à gérer cette croissance de manière durable, en veillant à ce que les infrastructures, les ressources humaines et les réglementations soient adaptées aux besoins croissants du secteur.

Check Also

Découverte d’une Mutation Génomique Liée au Vieillissement et à de Nouvelles Perspectives Thérapeutiques

Introduction La recherche génétique continue de percer les mystères de notre ADN et de ses …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *