3M versera jusqu’à 12,5 milliards de dollars pour régler des poursuites liées aux polluants éternels

Un accord historique met fin aux poursuites

Dans une décision sans précédent, le géant américain 3M s’est engagé à verser jusqu’à 12,5 milliards de dollars pour régler les poursuites intentées aux États-Unis concernant la contamination de l’eau par les polluants éternels, connus sous le nom de PFAS. Cet accord, qui devra être validé par un juge, marque une étape significative dans la responsabilisation des entreprises pour les conséquences de leurs produits chimiques.

Le principe du pollueur-payeur appliqué à 3M

3M, spécialiste des adhésifs et fabricant emblématique du Scotch et du Post-it, est confronté à de nombreuses plaintes liées à la contamination par les PFAS. Ces composants chimiques persistants, présents dans de nombreux produits de la vie quotidienne tels que les emballages, les cosmétiques et l’électronique, s’accumulent dans l’environnement et sont très peu dégradables. Les réseaux publics de distribution d’eau potable aux États-Unis ont donc engagé des poursuites contre 3M pour la contamination de l’eau par ces polluants.

Un règlement sur 13 ans pour financer le traitement des eaux

Selon un document boursier, l’accord prévoit que 3M versera cette somme sur une période de 13 ans, de 2024 à 2036. Les fonds seront utilisés pour financer le développement de technologies de traitement de l’eau dans les zones où des traces de PFAS ont été détectées, que ce soit dans le passé ou à l’avenir. Une partie de l’argent sera également allouée aux analyses futures.

Le montant total des paiements, qui fluctuera entre 10,5 et 12,5 milliards de dollars, dépendra des résultats des tests de détection des PFAS. L’accord stipule également que 3M ne reconnaît aucune responsabilité ni acte répréhensible. Cependant, le groupe a enregistré une charge de 10,3 milliards de dollars dans ses comptes pour faire face à cet accord.

Une victoire pour la santé publique

Cet accord historique est salué comme une victoire pour la santé publique. En éliminant les PFAS de l’eau potable, des millions d’Américains pourront bénéficier d’une vie plus saine. Scott Summy, avocat représentant les plaignants, se réjouit de cette avancée majeure et souligne que les fonds allégeront également la charge financière des réseaux publics de distribution d’eau dans leur lutte contre ces produits toxiques.

Le PDG de 3M, Mike Roman, considère également cet accord comme une étape importante pour l’entreprise. 3M s’est déjà engagé à cesser la fabrication de PFAS d’ici la fin de l’année 2025 et a investi massivement dans des technologies de filtration de l’eau pour contribuer à la résolution de ce problème environnemental.

La mousse à film aqueux au cœur des préoccupations

Les PFAS sont largement présents dans notre vie quotidienne, que ce soit dans les emballages, les cosmétiques ou l’électronique. Ils s’accumulent progressivement dans l’environnement, y compris dans les eaux des rivières, les sols, l’air et même notre organisme. Leur caractère peu dégradable leur a valu le surnom de « polluants éternels ». Dans le cas de 3M, c’est la mousse à film aqueux (AFFF), utilisée par les pompiers pour éteindre les incendies, qui est particulièrement pointée du doigt.

Paul Napoli, avocat représentant les plaignants, souligne que cet accord envoie un message clair : les entreprises doivent assumer la responsabilité des conséquences de leurs produits chimiques. Il affirme également que 3M était la seule entreprise à fabriquer de l’AFFF contenant de l’acide perfluorooctane sulfonique (PFOS), un type de PFAS particulièrement préoccupant, associé à un risque accru de cancer et d’autres problèmes de santé graves.

Des précédents encourageants

3M n’est pas la première entreprise à conclure un accord de compensation concernant les polluants éternels. En effet, les groupes chimiques DuPont, Chemours et Corteva ont également signé des accords début juin pour régler les poursuites liées aux PFAS. Cependant, le montant de ces accords s’élève à seulement 1,18 milliard de dollars, bien en deçà de l’accord historique conclu par 3M.

Cet accord marque une avancée majeure dans la lutte contre la contamination des ressources en eau par les PFAS et envoie un signal fort aux entreprises quant à leur responsabilité environnementale. Il démontre également la nécessité de renforcer les réglementations et les contrôles afin de prévenir de telles pollutions à l’avenir.

Check Also

La Nouvelle Ère de Bombardier : Inauguration d’un Centre de Montage Innovant à l’Aéroport Pearson

Le secteur de l’aviation d’affaires assiste à un tournant historique avec le transfert des opérations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *