La libération de onze prisonniers de guerre ukrainiens en provenance de Russie et leur arrivée en Hongrie sans que Kiev ne soit au courant : un thriller aux accents politiques

Un geste humanitaire contesté

La libération de prisonniers de guerre russes est une bonne chose, cela est indéniablement accepté à la fois par l’Ukraine et la Hongrie. Cependant, le différend autour de onze soldats ukrainiens capturés et transférés de Moscou à Budapest sans le consentement de Kiev a encore aggravé les relations bilatérales. La Commission européenne a également exhorté la Hongrie à clarifier rapidement son rôle dans cette affaire.

Tout a commencé par une annonce sur le site web du Patriarcat de l’Église orthodoxe russe de Moscou le 8 juin : à la demande de la Hongrie, un groupe de prisonniers de guerre originaires de la région ouest de l’Ukraine, la Transcarpatie, a été transféré à Budapest. Le patriarche Kirill lui-même était le parrain de cette opération.

Budapest dans l’embarras

Cette action pour le moins délicate a mis le gouvernement hongrois dans une situation embarrassante. Lorsque l’agence de presse Reuters demande une confirmation le même jour, le porte-parole du gouvernement qualifie le transfert de “fausses nouvelles”. Pourtant, quelques heures plus tard, le vice-Premier ministre Zsolt Semjen le confirme.

Le responsable des affaires religieuses et de la minorité hongroise à l’étranger parle d’un geste humanitaire de l’Église orthodoxe russe, affirmant que sa médiation était “un devoir humain et patriotique”. Selon la BBC, Semjen entretient également une amitié personnelle avec Kirill.

Cependant, selon quatre sources citées par le service hongrois de Radio Free Europe, Semjen a omis de informer d’abord son propre ministre des Affaires étrangères, sans parler de son homologue ukrainien. Kiev affirme avoir été informé de l’opération par des sources des services de renseignement. Budapest a nié ces informations.

Depuis lors, les Ukrainiens affirment n’avoir reçu qu’une liste non officielle de onze personnes. On ne sait pas où se trouvent les prisonniers de guerre et la Hongrie leur refuse également une protection consulaire. Selon le gouvernement hongrois, ces prisonniers sont libres de se déplacer. Cependant, selon le gouvernement de Kiev, les membres de familles ukrainiennes rapportent avoir un contact très limité avec eux.

Une occasion manquée

Il est clair que l’opération hongroise-russe s’est déroulée de manière très autonome. En effet, il est d’usage, lors de transferts internationaux délicats comme celui-ci, de faire appel à un médiateur neutre tel que le CICR. Le ministre des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a déclaré que le transfert avait été coordonné entre l’Église orthodoxe et l’Ordre souverain de Malte en Hongrie. Le gouvernement affirme n’y avoir eu aucun rôle, bien qu’un membre influent ait tiré les ficelles.

Cette dissimulation étrange a suscité une réaction extrêmement indignée de la part de Kiev, ce qui a incité Szijjarto à se plaindre des “mensonges et des attaques”. “Un événement qui aurait pu être absolument positif s’est transformé en un thriller avec des connotations politiques très tangibles”, a déclaré Andri Jusow, porte-parole des services de renseignement militaire ukrainiens.

En évoquant ces connotations politiques, il fait référence à la “relation spéciale” entre Budapest et Moscou. La Hongrie, tout en étant attentive à la Russie dans le conflit en Ukraine, cherche à se positionner en tant que médiateur “neutre”. Le transfert des prisonniers aurait pu être une opportunité de renforcer la confiance, si Budapest n’avait pas agi de manière aussi erratique.

La raison en est précisément le fait que les onze soldats sont originaires de Transcarpatie : ils font apparemment partie de la minorité hongroise en Ukraine et possèdent parfois la double nationalité. Zsolt Semjen est l’un des principaux acteurs de la distribution de passeports hongrois dans les pays voisins depuis 2010.

La question de la minorité

Le sort de ce groupe ethnique, qui vivait dans la Transcarpatie faisant partie de la Grande Hongrie jusqu’en 1920, est depuis des années un point de discorde entre Kiev et Budapest : alors que les Ukrainiens ont restreint les droits linguistiques par le biais d’une loi sur l’éducation controversée, les Hongrois passent outre l’interdiction de la double nationalité. En même temps, l’émigration et la guerre ont réduit cette minorité à moins de 100 000 personnes aujourd’hui.

Pour de nombreux Hongrois, la Transcarpatie fait néanmoins partie de leur pays sur le plan émotionnel, ce qui soutient la perception répandue selon laquelle l’Ukraine est un État artificiel. Dans le contexte de cette vision du monde latent révisionniste, il n’est pas surprenant que des personnes comme Semjen considèrent implicitement le sort des prisonniers de guerre ukrainiens d’origine hongroise comme une affaire interne.

Cependant, cela ne correspond pas nécessairement à la vision du monde de la minorité elle-même : 400 de ses membres servent dans l’armée ukrainienne, certains volontairement, d’autres non, mais ce ne sont pas des soldats forcés. La Hongrie n’a aucun droit de décision sur le sort de ces prisonniers de guerre. Sous la pression des Ukrainiens, trois des onze hommes ont pu rentrer chez eux mardi. Ils ont posé en tenant le drapeau national ukrainien et celui de leur armée.

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *