Les Enfants de la Paix : Quatre frères et sœurs survivent pendant 40 jours dans la jungle colombienne avant d’être retrouvés

Un mois de survie dans la jungle

Après un accident mortel qui a coûté la vie à leur mère, quatre frères et sœurs âgés de un à 13 ans ont réussi à survivre seuls pendant plus d’un mois dans la dense jungle colombienne.

Une découverte après des semaines de recherche

Après des semaines de recherches intensives dans la région amazonienne colombienne, les secouristes ont retrouvé les quatre enfants, âgés de 13, 9, 4 ans et 1 an, dans le sud du pays, a annoncé le président Gustavo Petro vendredi. “Une joie pour tout le pays. Les quatre enfants qui étaient portés disparus depuis 40 jours dans la jungle colombienne ont été retrouvés vivants”, a écrit le chef de l’État sur Twitter.

Il a publié une photo de soldats et d’indigènes dans la jungle, qui fournissaient de l’eau et de la nourriture aux enfants. “Les efforts communs ont rendu cette joie possible pour la Colombie”, a déclaré le commandant des forces armées, le général Helder Fernan Giraldo Bonilla. Les photos de l’armée montraient les quatre enfants. Le plus jeune était porté par un soldat. Les trois autres étaient assis sur des bâches en plastique et étaient pris en charge.

Un exemple de survie

“Ils étaient seuls, mais ils ont donné un exemple de survie qui entrera dans l’histoire”, a déclaré Petro à son retour de Cuba, où il avait annoncé un cessez-le-feu avec l’organisation guérillera de gauche, l’ELN. “Aujourd’hui, ces enfants sont les enfants de la paix, les enfants de la Colombie.”

Les frères et sœurs étaient à bord d’un avion de type Cessna 206 qui s’est écrasé le 1er mai dans le département de Caquetá, dans le sud du pays. Dans cette région difficile d’accès, les petits avions privés sont souvent le seul moyen de parcourir de longues distances. L’accident a coûté la vie à la mère des enfants, au pilote et à un chef indigène.

Le pilote a tenté un amerrissage d’urgence sur une rivière

Le pilote a signalé des problèmes moteur par radio avant que l’avion ne s’écrase, selon le rapport préliminaire de l’autorité de l’aviation. Le pilote avait annoncé son intention de se poser en urgence sur une rivière. Cependant, l’avion a heurté les cimes des arbres, arrachant le moteur et l’hélice, puis il est tombé verticalement au sol.

Apparemment, l’avion avait déjà été fortement ralenti lors de la collision avec les cimes des arbres, ce qui a réduit l’impact au sol. Il n’y avait que peu de dégâts à l’arrière de la cabine, selon le rapport. Les enfants auraient pu quitter l’épave de l’avion par la porte avant à gauche du pilote.

Une recherche complexe

Plus d’une centaine de soldats de l’armée colombienne ont parcouru la jungle pendant des semaines à la recherche des enfants, en collaboration avec les indigènes. Pour augmenter les chances de succès de la recherche, 10 000 tracts ont été largués dans la forêt, contenant des instructions en espagnol et dans la langue des indigènes. Les tracts comprenaient des conseils de survie et l’instruction pour que les enfants restent sur place. L’armée a également largué des colis de nourriture et des bouteilles d’eau pour les enfants.

Au cours de leur recherche, les soldats ont découvert des chaussures, des couches, des élastiques à cheveux, des ciseaux violets, un biberon et un abri de fortune construit à partir de feuilles et de branches. En examinant ces objets et les traces laissées, les soldats ont pu reconstituer le parcours des enfants jusqu’à présent. Ils se sont éloignés du lieu de l’accident de quatre kilomètres vers l’ouest, puis ont apparemment rencontré un obstacle et ont pris la direction du nord. La jungle de la région est très dense, ce qui a considérablement compliqué les recherches des disparus. De plus, il pleut pratiquement sans interruption.

Des enfants indigènes connaissant les plantes et les fruits

Les enfants – trois filles et un garçon – appartiennent eux-mêmes à une communauté indigène, et leur connaissance de la région a probablement contribué à leur survie dans la jungle après le crash. Leur grand-mère, Fátima Valencia, a surtout fait confiance à la plus grande des sœurs. “Elle a toujours été comme une mère, elle a emmené les autres dans la jungle”, a-t-elle déclaré à la radio La FM. “Elle connaît les plantes et les fruits. Nous, les indigènes, apprenons dès notre plus jeune âge quels aliments sont comestibles et lesquels ne le sont pas.”

Les proches ont réagi avec joie à la découverte des quatre enfants. Le grand-père, Narciso Mucutuy, s’est dit très heureux et reconnaissant, lors d’une entrevue avec un journaliste de la chaîne Caracol, les mots ne suffisent pas pour remercier ceux qui les ont soutenus dans la recherche des enfants. Les grands-parents ont été informés en début de soirée par les forces armées que leurs petits-enfants étaient “sains et saufs”, a déclaré Mucutuy. “Je veux juste les voir maintenant.”

Selon la chaîne, les grands-parents et un oncle des enfants se trouvaient dans un hôtel à Villavicencio, dans le sud du pays, en dehors de la région jungle de Guaviare. Selon l’autorité de l’aviation, les enfants ont déjà été emmenés à l’hôpital militaire de Bogotá pour y être examinés par un médecin.

Le père avait fui le groupe guérillero des FARC

L’affaire rappelle celle de la germano-péruvienne Juliane Koepcke, qui a survécu à un crash d’avion dans la jungle péruvienne en 1971 et a été retrouvée après dix jours. Les parents de Juliane étaient biologistes et travaillaient dans la région amazonienne, elle était donc familière avec l’environnement et a réussi à se frayer un chemin jusqu’à une rivière, où elle a finalement été trouvée par des ouvriers forestiers.

Les enfants en Colombie se rendaient chez leur père, qui avait fui la région après avoir été menacé en permanence par un groupe dissident des FARC. Bien que la situation sécuritaire se soit améliorée après l’accord de paix de 2016 entre le gouvernement et les FARC, certaines parties du pays sont encore contrôlées par des groupes illégaux. Les populations indigènes, les militants sociaux et les défenseurs de l’environnement sont particulièrement visés par ces bandes criminelles.

Check Also

La Psychologie Politique : Comprendre les Mécanismes et les Enjeux

Introduction La psychologie politique est une discipline passionnante et complexe qui s’intéresse à l’interaction entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *