Le Fantôme de la Déflation Hante l’Économie Chinoise

L’immobilité des prix dans l’économie de l’empire du milieu

L’économie chinoise se retrouve confrontée à une stagnation des prix. La demande intérieure et extérieure sont en berne, entraînant un ralentissement des exportations. L’objectif de croissance de 5% pour l’année 2023 semble, aux yeux même du gouvernement, plus un vœu pieux qu’un objectif réaliste.

Les chiffres officiels publiés le vendredi 9 juin révèlent une inflation quasi inexistante pour le mois de mai. L’indice des prix à la consommation (IPC), principal indicateur de l’inflation, a enregistré une hausse de seulement 0,2% sur un an, contre 0,1% le mois précédent. Ces chiffres, issus du Bureau National des Statistiques (BNS), correspondent aux prévisions des analystes.

A contrario des tendances inflationnistes qui agitent les économies développées, les prix des denrées alimentaires restent stables sur un an (+0,1%), de même que ceux des biens de consommation (-0,3%) et des services (+0,9%).

La menace spectrale de la déflation

Le coût des produits à la sortie des usines continue sa chute, sous l’effet d’une demande stagnante et d’une baisse du prix des matières premières telles que le minerai de fer et le pétrole brut. L’indice des prix à la production (IPP) a baissé de 4,6% en mai, selon le BNS. Cette tendance à la baisse s’étend sur huit mois consécutifs, atteignant son rythme le plus faible depuis 2016.

Dong Lijuan, analyste au BNS, explique : « Les prix internationaux des matières premières ont globalement chuté et la demande en Chine et à l’étranger pour les produits industriels a été relativement faible ». De son côté, Zhiwei Zhang, économiste chez Pinpoint Asset Management, avertit dans une note que « le risque de déflation pèse toujours sur l’économie. Les indicateurs économiques récents envoient des signaux concordants signalant que l’économie se refroidit ».

Le repli des exportations

La demande internationale est faible, alors que l’économie de la zone euro est techniquement en récession et que la croissance américaine ralentit. Cela a un impact sur les exportations de la Chine, qui ont diminué de 7,5% sur un an, entraînant une baisse de l’activité manufacturière pour le deuxième mois consécutif. Depuis octobre 2022, les exportations chinoises peinent à se redresser, alors que la politique du « zéro Covid » a lourdement affecté l’économie du pays.

Guillaume Dejean, analyste macro et change pour le groupe financier Convera, fait observer que « la Chine est en partie dépendante de la santé des industries européenne et américaine qui réalisent l’assemblage de leurs produits en Chine ». Il ajoute que « l’inflation élevée et la remontée des taux d’intérêt dans ces régions ont sérieusement pénalisé la demande ».

Pour stimuler l’économie, certains analystes recommandent une baisse des taux d’intérêt. Zhiwei Zhang estime que « le gouvernement n’a pas envoyé de signal clair sur une éventuelle politique de relance. Je m’attends à ce que la prochaine fenêtre de révision de la politique soit en juillet, après la publication des chiffres du PIB du deuxième trimestre ».

Conclusion

La déflation, phénomène rare dans l’histoire économique, est un problème complexe avec des conséquences profondes. Pour la Chine, ce risque éventuel de déflation s’ajoute aux défis structurels tels que le vieillissement de la population et la transition vers une économie plus orientée vers les services. Ainsi, malgré sa taille économique massive, la Chine est loin d’être à l’abri des défis économiques mondiaux.

Check Also

La Question de l’Immunité de Donald Trump : Un Débat Juridique et Politique au Cœur de l’Amérique

Un Enjeu de Taille pour la Justice Américaine Dans une tournure des événements qui capte …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *