Trump sous enquête : Les procureurs informent l’équipe juridique de Trump qu’il est visé par une enquête

Trump pourrait faire face à des accusations liées à la manipulation de documents classifiés après son départ de la présidence

Le bureau du conseiller spécial Jack Smith a informé les avocats de l’ancien président Donald J. Trump qu’il était visé par leur enquête sur sa manipulation de documents classifiés après son départ de ses fonctions, selon deux personnes familières avec le dossier.

Cette notification de l’équipe de M. Trump par les procureurs du bureau du conseiller spécial Jack Smith est le signal le plus clair jusqu’à présent que l’ancien président est susceptible de faire face à des accusations dans le cadre de cette enquête.

Il reste flou quand l’équipe de Trump a été informée qu’il était visé par l’enquête du conseiller spécial, mais cette notification suggère que les procureurs travaillant pour M. Smith ont largement terminé leur enquête et se dirigent vers l’inculpation.

Dans des documents déposés devant un tribunal l’année dernière, les procureurs ont indiqué qu’ils examinaient si M. Trump avait enfreint les lois régissant la manipulation de documents de sécurité nationale et s’il avait entravé les efforts du gouvernement pour les récupérer.

Il a été découvert que M. Trump détenait plus de 300 documents portant des mentions classifiées à Mar-a-Lago, son club privé et résidence en Floride, y compris certains découverts lors d’une perquisition menée par des agents du FBI deux mois après que les avocats de l’ancien président aient déclaré qu’une recherche minutieuse n’avait pas permis de trouver d’autres documents.

Notifier à un prévenu potentiel qu’il est visé par une enquête est une manière formelle d’indiquer que la personne est l’objet direct d’une enquête criminelle et précède souvent le dépôt d’accusations. Cette notification ouvre généralement la porte aux avocats de la défense pour demander une réunion avec les procureurs afin de présenter leur version des faits.

Comprendre l’enquête sur les documents de Trump

Le ministère de la Justice mène une enquête criminelle sur la manipulation de documents classifiés par Donald Trump après son départ de la présidence.

Lundi, trois avocats de Trump – James Trusty, John Rowley et Lindsey Halligan – ont rencontré pendant près de deux heures M. Smith et d’autres responsables du ministère de la Justice, dans ce que des proches de Trump ont décrit comme un dernier effort pour éviter des accusations et alerter les procureurs de haut niveau sur ce qu’ils estiment être des manquements dans l’enquête de M. Smith.

Mercredi, des témoins ont continué à comparaître devant un grand jury fédéral à Miami chargé d’examiner les preuves dans l’affaire des documents, parmi eux Taylor Budowich, l’un des anciens porte-parole de Trump.

Les collaborateurs et conseillers de Trump ont passé la journée dans un état de tension élevée. Alors que M. Budowich terminait son témoignage devant le grand jury, John Solomon, un journaliste conservateur qui sert de représentant de Trump aux Archives nationales, a publié un article affirmant que les procureurs se dirigeaient vers une inculpation imminente de Trump.

Le New York Times a contacté directement M. Trump pour lui demander s’il avait effectivement été informé qu’il serait inculpé, et il a répondu que ce n’était “pas vrai”.

Mais lorsqu’on lui a demandé s’il avait été informé qu’il était visé par une enquête fédérale, M. Trump n’a pas répondu directement, disant qu’il fallait “comprendre” qu’il n’était pas en contact direct avec les procureurs. Il a ensuite répété que “ce n’est pas vrai” qu’on lui a dit qu’il serait inculpé.

Peu de temps après, M. Trump, qui se trouvait dans son club de Bedminster, dans le New Jersey, a publié un message sur ses réseaux sociaux pour nier les affirmations de M. Solomon.

“Personne ne m’a dit que j’étais inculpé”, a écrit M. Trump, “et je ne devrais pas l’être parce que je n’ai RIEN fait de mal, mais cela fait des années que je suis la cible du ministère de la Justice et du FBI.”

La majeure partie de l’enquête sur les documents a été menée par un grand jury siégeant à Washington, qui a entendu de nombreux témoins au cours des derniers mois, notamment certains conseillers de la Maison Blanche de Trump, certains employés de bas niveau de Mar-a-Lago et plus de 20 membres de son équipe de sécurité du Secret Service.

Seulement quelques témoins, dont certains employés de Mar-a-Lago, ont comparu jusqu’à présent devant le grand jury de Miami, qui semble avoir commencé à examiner les preuves le mois dernier, selon des personnes familières avec son fonctionnement. Il reste incertain combien de témoins sont prévus pour témoigner devant le grand jury de Miami.

Récemment, des indications ont laissé entendre que le grand jury de Washington avait soit expiré, soit interrompu l’audition de témoignages, selon plusieurs personnes familières avec son fonctionnement. Certaines de ces personnes ont déclaré que les derniers témoins à comparaître à Washington l’avaient fait début ou mi-mai.

Si les procureurs inculpent finalement M. Trump – une issue que lui et certains de ses conseillers estiment probable – il reste une question ouverte de savoir si l’équipe de M. Smith déposera une inculpation à Washington, à Miami ou dans les deux villes.

Le bureau du conseiller spécial mène également une enquête distincte sur les tentatives de M. Trump de renverser l’élection de 2020. L’état de cette enquête semble prendre du retard par rapport à l’affaire des documents classifiés. L’ancien stratège en chef de Trump, Stephen K. Bannon, a récemment reçu une assignation à comparaître pour témoigner et fournir des documents dans le cadre de l’enquête sur les événements du 6 janvier, selon une personne familière avec l’affaire.

M. Trump est déjà inculpé à New York par un procureur local dans une affaire de paiement de silence et est sous enquête par un procureur en Géorgie pour ses efforts visant à renverser sa défaite électorale dans cet État en 2020.

Mercredi, les procureurs fédéraux semblaient toujours rassembler des preuves dans l’enquête sur les documents. M. Budowich s’est rendu au tribunal de Miami vers 9 heures du matin pour répondre à une heure ou deux de questions devant le grand jury.

L’un des sujets qui intéressaient les procureurs était une déclaration que M. Trump avait demandé à ses collaborateurs de rédiger peu de temps après que l’on ait appris que les responsables des Archives nationales avaient récupéré 15 boîtes de documents auprès de lui en janvier 2022. M. Budowich était le porte-parole de Trump à l’époque.

Selon deux personnes informées de l’affaire, la déclaration que M. Trump voulait initialement envoyer disait qu’il avait rendu tous les documents présidentiels en sa possession. Un brouillon avait été rédigé, selon des personnes familières avec l’affaire. Les procureurs possèdent ce brouillon et ont interrogé des témoins sur les courriels envoyés par les collaborateurs à ce sujet, selon les personnes informées de l’affaire.

L’affirmation selon laquelle M. Trump avait rendu tous les documents gouvernementaux en sa possession s’est révélée fausse. Après avoir découvert que les 15 boîtes contenaient des documents hautement sensibles, les procureurs ont émis une assignation exigeant la restitution de tout document classifié encore en la possession de M. Trump. Les avocats de M. Trump ont par la suite remis d’autres documents, mais la perquisition ultérieure du FBI en a trouvé d’autres.

La déclaration que M. Trump a effectivement envoyée après le retour des 15 boîtes au début de l’année 2022 ne prétendait pas qu’il avait rendu tous les documents gouvernementaux en sa possession.

Après la fin de sa comparution devant le grand jury, M. Budowich a publié un message sur Twitter disant qu’il avait répondu “honnêtement à toutes les questions”. Il a qualifié l’enquête de “tentative bidon et profondément préoccupante d’utiliser le pouvoir du gouvernement pour ‘attraper’ Trump”.

Son avocat, Stanley Woodward Jr., a refusé de commenter.

Bien que bon nombre des événements centraux de l’enquête sur les documents se soient déroulés en Floride – notamment la perquisition de Mar-a-Lago l’été dernier – l’affaire a été ouverte par des procureurs de la sécurité nationale travaillant au ministère de la Justice à Washington. Les experts juridiques ont débattu du lieu qui offrirait aux procureurs la meilleure possibilité de soutenir des accusations criminelles.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *