La géopolitique des engrais : Comment le monde est alimenté

La crise des engrais et ses répercussions politiques

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, les engrais sont devenus une priorité absolue sur l’agenda politique international. Lorsque les engrais deviennent rares ou relativement chers, la sécurité alimentaire des pays les plus pauvres est particulièrement menacée. De plus, les engrais sont également utilisés comme moyen de pression politique. Samir Brikho en sait quelque chose. Ce double citoyen suisse-libanais a dû prendre la direction opérationnelle du géant des engrais Eurochem du jour au lendemain l’année dernière, après avoir été président du conseil d’administration.

Le siège de l’entreprise est situé à Zoug depuis 2015, mais la plupart des sites de production et d’extraction se trouvent en Russie. Eurochem n’a pas été directement sanctionné, mais Andrei Melnitschenko, fondateur russe de l’entreprise, et sa femme ont été touchés par les sanctions. Eurochem est pris dans les rouages de la grande politique : bien que les engrais ne figurent pas sur la liste des sanctions de l’UE, certains États membres s’opposent à l’importation des produits de la société.

De plus, en raison de sanctions floues, de réglementations de conformité propres aux entreprises ou de coûts croissants, les banques, les assureurs et les commerçants évitent les produits russes. Pour Eurochem, s’ajoute également le blocage de l’importation de produits intermédiaires tels que l’ammoniac par les pays baltes. L’usine de la filiale lituanienne Lifosa a été fermée en mai pour des travaux de maintenance – pour une durée indéterminée. Eurochem lutte avec le gouvernement lituanien pour de meilleures conditions pour l’usine.

Brikho fait valoir que, entre mars 2022 et février 2023, Eurochem a réduit sa production d’engrais de 3,8 millions de tonnes, soit environ 20 % de sa capacité totale. Le PDG d’Eurochem attribue cela aux effets des sanctions, aux restrictions de la chaîne d’approvisionnement dans les pays baltes et à l’augmentation de l’inflation mondiale.

L’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) de Washington a fait une estimation similaire pour l’ensemble du secteur l’année dernière : environ 20 % du commerce mondial des engrais serait touché par les mesures.

Des prix en hausse constante

Le monde prend conscience que quelques pays sont responsables de l’approvisionnement mondial en engrais. La Russie, avec le Canada, les États-Unis, la Chine et le Maroc, est l’un des principaux acteurs de la production d’engrais.

La part russe dans le secteur, dont le chiffre d’affaires total atteint environ 250 milliards de dollars, est considérable pour les trois éléments fertilisants – l’azote, le phosphore et le potassium – et augmente lorsque la Biélorussie, satellite russe, est prise en compte. Les deux pays représentent

environ un quart de toutes les exportations mondiales d’engrais.

L’UE n’a pas imposé de sanctions sur les importations d’engrais, sauf pour le potassium en provenance de Biélorussie. Cela entrave également le transit des marchandises biélorusses.

La pénurie d’offre a eu un impact significatif : l’année dernière, les prix de tous les types d’engrais ont explosé. L’augmentation avait déjà commencé en 2021, en partie en raison de la hausse des prix du gaz naturel. La production d’engrais azotés est particulièrement énergivore : environ 90 % des coûts variables sont liés à l’utilisation du gaz naturel. Les prix des engrais ont fortement baissé depuis les niveaux records, mais ils restent élevés à long terme.

La décision de la Chine de restreindre les exportations d’engrais phosphatés et azotés a également contribué à l’évolution des prix. Les agriculteurs des pays les plus pauvres d’Asie du Sud-Est et d’Afrique ont été particulièrement touchés, car ils ne peuvent pas se permettre d’acheter les engrais devenus plus chers.

Le PDG d’Eurochem, Brikho, rapporte également de grandes différences régionales : les prix en Afrique sont encore jusqu’à 300 % plus élevés qu’en 2021. Cela conduit également à une utilisation réduite d’engrais dans les pays les plus pauvres, ce qui entraîne une baisse des rendements agricoles. Il n’est donc pas surprenant que Brikho s’inquiète de la sécurité alimentaire.

Cependant, cette mise en garde n’est pas tout à fait désintéressée. Pour Eurochem, il serait préférable qu’il n’y ait plus de restrictions. L’entreprise pourrait ainsi se libérer de l’étau entre l’Occident et la Russie dans lequel elle se trouve actuellement. Sur la scène internationale, l’alarme est lancée concernant une catastrophe alimentaire – et des débats font rage sur la question de savoir qui en est responsable. Est-ce l’Occident avec ses sanctions contre la Russie ? Ou est-ce la Russie avec sa guerre d’agression ? Le Kremlin utilise-t-il les engrais comme une arme économique, tout comme le gaz naturel ?

Situation financière favorable

Le Premier ministre indien Narendra Modi a promis, dans le cadre du G20, l’association des plus grandes économies du monde, de tenter de dépolitiser l’offre d’engrais afin que les tensions géopolitiques ne conduisent pas à une crise humanitaire. Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s’efforce également de poursuivre l’accord céréalier entre Kiev et Moscou, qui prévoit également l’exportation fluide d’engrais russes.

Cependant, il est difficile de se détacher des intérêts politiques : à la fin de l’année dernière, Guterres a salué le don d’engrais d’urgence de la société russe Uralchem-Uralkali au Malawi. Ce geste noble est également clairement une tentative du Kremlin de gagner des points politiques auprès des pays africains.

Cependant, les répercussions de la crise des engrais sur les entreprises et les pays sont moins claires qu’il n’y paraît. Selon les chiffres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les exportations russes ont diminué en 2022 par rapport à l’année précédente, mais la valeur des exportations a fortement augmenté en raison de la hausse des prix. Les entreprises russes ont également exporté davantage vers l’Inde, la Turquie ou le Vietnam, compensant partiellement la perte du marché européen.

Les producteurs russes bénéficient également d’un avantage financier par rapport à leurs concurrents européens : la forte augmentation du prix du gaz naturel après l’invasion russe a entraîné la mise hors service temporaire d’une grande partie de la production d’engrais azotés en Europe. Les entreprises russes, en revanche, ont bénéficié du gaz bon marché sur le marché intérieur.

Cela signifie également que les entreprises russes ont réalisé des bénéfices satisfaisants l’année dernière en raison de la hausse des prix. Eurochem ne publie pas de chiffres d’affaires pour 2022, mais le PDG de l’entreprise, Brikho, confirme que les prix élevés ont aidé à absorber la baisse de production de l’année précédente.

Les gagnants marocains et canadiens

Les fabricants d’engrais en dehors de la Russie ont également enregistré des chiffres record. C’est le cas de l’Office chérifien des phosphates (OCP), l’entreprise publique marocaine, plus grand fabricant d’engrais phosphatés au monde. Le chiffre d’affaires a augmenté de plus de 36 % par rapport à 2021, et la marge d’EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) est passée à 41 %, déjà élevée auparavant.

Environ 70 % des gisements de minéraux phosphatés se trouvent dans ce pays d’Afrique du Nord. Contrairement aux engrais azotés produits à partir de gaz naturel, la matière première pour les engrais phosphatés est extraite. Cela fait du Maroc et de l’OCP des acteurs importants sur le marché des engrais.

De plus, le Maroc utilise des dons d’engrais et des réductions de prix pour ses ambitions politiques extérieures. Rabat utilise les livraisons d’engrais pour attirer d’autres pays de son côté dans la lutte pour le Sahara occidental. L’OCP affirme toutefois que l’entreprise n’est pas un instrument politique extérieur. Cependant, l’entreprise souhaite augmenter sa capacité de production de 12 millions de tonnes par an à 20 millions de tonnes d’ici 2027.

La rupture des livraisons russes a également suscité des réflexions sur l’expansion au Canada. Nutrien, le plus grand fabricant d’engrais au monde, est particulièrement présent dans les sels de potassium. L’année dernière, les Canadiens ont augmenté leur chiffre d’affaires de 38 %, la marge d’EBITDA passant de 24 % à 31 %.

Nutrien profite également de l’occasion et a annoncé qu’il augmenterait sa capacité de production d’engrais potassiques de 13 millions de tonnes à 18 millions de tonnes d’ici 2025. Le Canada renforce ainsi sa part de marché mondiale du potassium. Le Brésil, deuxième importateur de sels de potassium, a augmenté ses importations en provenance du Canada l’année dernière pour remplacer les produits russes et biélorusses.

L’Europe dans une impasse

Les fabricants européens d’engrais azotés ont été les plus durement touchés. Les prix élevés de l’énergie ont rendu la production non rentable pour certaines entreprises dès la fin de l’année 2021, ce qui s’est aggravé l’année dernière. La société norvégienne Yara, l’un des plus grands fabricants d’engrais azotés au monde, a également signalé une réduction de la production et les défis de remplacement du gaz naturel russe par d’autres fournisseurs.

Cependant, Yara est une entreprise mondiale, même si près de la moitié de ses installations de production se trouvent en Europe de l’Ouest. Les chiffres d’affaires ne montrent pas de difficultés : en 2022, le chiffre d’affaires a augmenté de 44 % et la marge d’EBITDA atteint près de 19 %, le niveau le plus élevé des dix dernières années.

L’avenir est encore incertain : selon le groupe de réflexion bruxellois Bruegel, les importations d’urée, une forme d’engrais azoté, ont fortement augmenté en Europe l’année dernière – salutations aux prix élevés du gaz naturel européen. Même si ces prix ont fortement baissé, le désavantage de prix par rapport à la Russie, au Moyen-Orient et aux États-Unis devrait persister pendant longtemps. Dans une interview, le PDG de Yara, Svein Tore Holsether, pose la question suivante : “Voulons-nous perdre notre souveraineté en matière d’énergie en Europe et dépendre d’autres régions ?”

La déclaration de Holsether n’est pas non plus totalement désintéressée, car outre les prix de l’énergie, la nouvelle politique industrielle des États-Unis, qui subventionne les technologies vertes dans le cadre de la loi sur la réduction de l’inflation, provoque également des bouleversements. Yara estime, lors d’une présentation, que la production d’ammoniac bleu est quatre fois plus chère en Europe qu’aux États-Unis. Dans l’ammoniac bleu, le CO2 produit lors de la production est capturé et stocké.

La différence de prix est due aux avantages fiscaux et aux coûts de l’énergie, d’autant plus que les États-Unis ne connaissent pas de prix du CO2 comme l’UE. Il n’est pas étonnant que des fabricants comme Yara appellent Bruxelles à égaler les subventions de Washington. Le marché des engrais devient ainsi un terrain de jeu pour la sécurité d’approvisionnement, une nouvelle politique industrielle et la géopolitique.

Check Also

Chine : Une croissance économique robuste malgré les défis mondiaux

Un démarrage inattendu pour l’économie chinoise L’économie chinoise a entamé l’année avec une vigueur inattendue, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *