Trump enregistré en train de discuter d’un document sensible qu’il a conservé après avoir quitté ses fonctions

Une révélation compromettante pour l’ancien président

Les procureurs fédéraux ont obtenu un enregistrement dans le cadre de leur enquête sur la gestion par l’ancien président de documents classifiés.

L’ancien président Donald J. Trump a maintes fois affirmé avoir déclassifié des documents qu’il conservait après avoir quitté ses fonctions. Crédit…Sophie Park pour The New York Times

Selon deux personnes informées de l’affaire, les procureurs fédéraux chargés d’enquêter sur la gestion par l’ancien président Donald J. Trump de documents classifiés disposent d’un enregistrement datant de 2021 dans lequel M. Trump discute d’un document militaire sensible qu’il aurait conservé après avoir quitté la Maison Blanche.

Selon une personne informée de l’affaire, dans l’enregistrement, M. Trump suggère qu’il savait que le document était secret et qu’il ne l’avait pas déclassifié.

L’existence de cet enregistrement pourrait remettre en cause les affirmations répétées de M. Trump selon lesquelles il avait déjà déclassifié les documents qu’il conservait après avoir quitté ses fonctions. Les procureurs examinent si M. Trump a entravé les efforts des fonctionnaires fédéraux pour récupérer les documents qu’il a emportés avec lui après son départ et s’il a enfreint les lois régissant la gestion de documents classifiés.

L’existence de cet enregistrement a été rapportée précédemment par CNN.

L’enregistrement a été réalisé lors d’une réunion que M. Trump a tenue en juillet 2021 avec des personnes assistant son ancien chef de cabinet, Mark Meadows, dans l’écriture de ses mémoires sur ses 10 mois passés à la Maison Blanche, selon les personnes informées de l’affaire. La réunion a eu lieu au club de M. Trump à Bedminster, dans le New Jersey, où il passe ses étés.

Jusqu’à présent, l’enquête sur les documents se concentrait principalement sur les documents que M. Trump conservait avec lui à Mar-a-Lago, son club privé et résidence en Floride, plutôt qu’au New Jersey.

M. Meadows n’a pas assisté à la réunion, mais au moins deux des collaborateurs de M. Trump étaient présents. L’un d’entre eux, Margo Martin, enregistrait régulièrement les entretiens qu’il accordait pour les livres qui étaient écrits à son sujet cette année-là.

Sur l’enregistrement, M. Trump s’est mis à critiquer vertement le président du Joint Chiefs of Staff, le général Mark A. Milley, qui était décrit dans les médias de l’époque comme s’étant opposé à une frappe de l’Iran par M. Trump dans les derniers jours de sa présidence, selon les personnes informées de l’affaire.

Une enquête sur les documents de Trump

Le ministère de la Justice mène une enquête criminelle sur la gestion par Donald Trump de documents classifiés après son départ de la présidence.

M. Trump a ensuite fait référence à un document qu’il avait en sa possession, affirmant qu’il avait été rédigé par le général Milley et concernait une attaque contre l’Iran, ont déclaré les personnes informées de l’affaire. Au cours de la discussion, il a mentionné ses capacités de classification, a ajouté une personne informée de l’affaire. Sur l’enregistrement, on peut entendre M. Trump manipuler du papier, mais il n’est pas clair s’il s’agit du document en question.

Le ministère de la Justice a obtenu l’enregistrement au cours des derniers mois, une pièce potentiellement clé parmi les éléments de preuve que les procureurs ont rassemblés sous la direction du conseiller spécial, Jack Smith, depuis sa nomination en novembre pour superviser les enquêtes fédérales sur M. Trump.

Mme Martin a été interrogée sur l’enregistrement lors d’une comparution devant un grand jury, selon deux personnes informées de l’affaire.

Lors d’une interview avec CNN mercredi soir, James Trusty, avocat représentant M. Trump dans cette affaire, a indiqué que l’ancien président soutenait avoir déclassifié les documents qu’il avait emportés en quittant ses fonctions.

“Quand il est parti pour Mar-a-Lago avec des boîtes de documents que d’autres personnes avaient préparées pour lui, il était le commandant en chef”, a déclaré M. Trusty. “Il ne fait aucun doute qu’il a l’autorité constitutionnelle en tant que commandant en chef de déclassifier”.

M. Trusty a déclaré que les responsables pouvaient prouver que M. Trump avait déclassifié des documents. Mais lorsqu’on lui a demandé s’il avait déclassifié le document en question lors de la réunion de Bedminster, M. Trusty a refusé de répondre.

Au total, le gouvernement a récupéré plus de 300 documents portant des marques de classification de M. Trump depuis son départ de la présidence. Ils comprennent un premier lot de documents restitués en janvier de l’année dernière aux Archives nationales, un autre ensemble fourni par les collaborateurs de M. Trump au ministère de la Justice en juin de cette année-là, des documents saisis par le FBI lors de la perquisition de Mar-a-Lago en août et quelques autres découverts lors de recherches supplémentaires à la fin de l’année dernière.

Un ensemble de documents découverts par le FBI lors de la perquisition était classé au plus haut niveau de classification, top secret/compartmenté.

M. Trump a depuis longtemps vanté ce qu’il prétendait être sa capacité à déclassifier automatiquement des documents et a même affirmé qu’il pouvait le faire mentalement.

Ses alliés ont insisté sur le fait qu’il avait un ordre permanent de déclassifier les documents lorsqu’il les emportait du bureau ovale à la résidence de la Maison Blanche, une affirmation que plusieurs anciens hauts fonctionnaires de l’administration ont qualifiée de ridicule. Les membres de son équipe juridique ont averti ses collaborateurs de ne pas trop s’appuyer sur cet argument comme moyen de défense dans l’affaire des documents.

Cette affirmation a été soulevée le plus vigoureusement par Kash Patel, un proche conseiller de M. Trump qui a témoigné devant un grand jury dans le cadre d’un accord d’immunité imposé par les procureurs.

L’enregistrement obtenu par le bureau du conseiller spécial pourrait aider les procureurs à réfuter l’argument de M. Trump selon lequel les documents qu’il avait emportés de la Maison Blanche après son départ étaient déclassifiés. Il pourrait également les aider à prouver que M. Trump était conscient que ses capacités à posséder et à exhiber des documents classifiés étaient limitées.

De plus, l’une des lois invoquées par le ministère de la Justice pour obtenir le mandat de perquisition de Mar-a-Lago l’année dernière, connue sous le nom d’Espionage Act, a été promulguée par le Congrès pendant la Première Guerre mondiale, des décennies avant que le président Harry S. Truman n’émette un décret présidentiel créant le système de classification moderne pour le pouvoir exécutif.

Par conséquent, l’Espionage Act ne fait aucune référence à la question de savoir si un document a été considéré comme classifié. Au lieu de cela, il en fait un crime de conserver, sans autorisation, des documents liés à la défense nationale qui pourraient être utilisés pour nuire aux États-Unis ou aider un adversaire étranger.

Les enquêteurs ont posé des questions sur le général Milley à divers témoins au cours des dernières semaines, bien qu’ils n’aient généralement pas précisé ce qu’ils cherchaient.

Les enquêteurs disposent de plusieurs, voire de tous les enregistrements des entretiens pour les livres que M. Trump a accordés, selon deux personnes informées des événements.

Lors d’une interview, M. Trump a déclaré qu’il n’avait emporté “rien de très urgent” lorsqu’on lui a demandé s’il avait quelque chose en sa possession.

M. Trump a été évasif lorsqu’on lui a demandé s’il avait jamais montré des documents classifiés à des personnes une fois qu’il avait quitté la Maison Blanche. Lors d’une réunion avec CNN en mai, il a déclaré : “Pas vraiment. J’aurais le droit de le faire. D’ailleurs, ils ont été déclassifiés par la suite”.

Dans son livre, M. Meadows semble confirmer les affirmations de M. Trump concernant le général Milley.

“Le président se souvient d’un rapport de quatre pages rédigé par Mark Milley lui-même”, indique le livre. “Il contenait le plan du général pour attaquer l’Iran, en déployant un nombre massif de troupes, quelque chose qu’il a demandé au président Trump à plusieurs reprises au cours de sa présidence. Le président Trump a refusé ces demandes à chaque fois.”

Pourtant, selon une personne informée du document en question, le rapport n’a pas été rédigé par le général Milley et semble remonter à une période antérieure de l’administration Trump, lorsque le général Joseph F. Dunford Jr. était président du Joint Chiefs of Staff et que Jim Mattis était secrétaire à la Défense.

Conséquences potentielles pour Trump

L’enregistrement obtenu par les procureurs fédéraux constitue une preuve cruciale dans l’enquête sur les documents de Trump. Il pourrait remettre en question les affirmations de l’ancien président selon lesquelles il avait déclassifié les documents qu’il avait conservés après son départ de la Maison Blanche. De plus, cet enregistrement pourrait aider les procureurs à démontrer que Trump était conscient des limitations liées à la possession et à l’exposition de documents classifiés.

L’enquête en cours soulève également des questions sur les actes de Trump en tant que commandant en chef et sur sa compréhension des règles et réglementations concernant les documents classifiés. Les procureurs examinent attentivement si Trump a entravé les efforts des fonctionnaires fédéraux pour récupérer les documents qu’il a emportés après son départ et s’il a violé les lois régissant la gestion des documents classifiés.

Il convient de noter que cette affaire n’est pas la seule à laquelle Trump est confronté depuis son départ de la présidence. De nombreuses autres enquêtes et poursuites judiciaires ont été engagées contre lui, portant sur diverses questions telles que ses finances, ses pratiques commerciales et son comportement lors de son mandat présidentiel.

La défense de Trump

La défense de Trump repose en grande partie sur son autorité en tant que commandant en chef. Ses avocats affirment qu’il avait le droit de déclassifier les documents qu’il avait emportés avec lui en quittant ses fonctions. Selon eux, en tant que président, Trump avait l’autorité constitutionnelle pour prendre de telles décisions.

Cependant, il est important de noter que la déclassification des documents est un processus réglementé et contrôlé. Les règles entourant la déclassification sont établies pour garantir la protection des informations sensibles et la sécurité nationale. Les procureurs doivent déterminer si Trump a suivi les procédures appropriées et s’il avait l’autorité légale pour déclassifier les documents en question.

La défense de Trump soulève également des questions quant à la validité de son argument selon lequel il avait un ordre permanent de déclassification pour les documents qu’il emportait de la Maison Blanche. Plusieurs anciens hauts fonctionnaires de l’administration ont exprimé des doutes quant à cette affirmation, la qualifiant de non-sens. Il reste à voir comment les procureurs traiteront cet argument lors de leur enquête.

Conclusion

L’enregistrement révélant que Trump discutait d’un document sensible qu’il avait conservé après son départ de la Maison Blanche constitue une révélation troublante pour l’ancien président. Cette preuve pourrait remettre en question ses affirmations selon lesquelles il avait déclassifié les documents en question. Les procureurs fédéraux continuent leur enquête sur la gestion des documents classifiés par Trump, et cette affaire s’ajoute à d’autres enquêtes et poursuites judiciaires auxquelles il fait face.

L’issue de cette enquête aura des répercussions importantes sur la réputation de Trump et pourrait potentiellement avoir des conséquences légales.

Check Also

La Psychologie Politique : Comprendre les Mécanismes et les Enjeux

Introduction La psychologie politique est une discipline passionnante et complexe qui s’intéresse à l’interaction entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *