Vacheron Constantin et le Musée du Louvre : Une collaboration artistique et culturelle

Un partenariat historique

Vacheron Constantin, la manufacture historique genevoise, et le Musée du Louvre, le musée le plus prestigieux du monde, ont tous deux été fondés au 18ème siècle. Ces deux institutions ont récemment formé une alliance stratégique, mettant en lumière une série de quatre modèles inspirés des grandes civilisations de l’Antiquité : la Perse, la Grèce, Rome et l’Egypte. Cette alliance n’est pas seulement une association de deux entités prestigieuses, mais une fusion de deux patrimoines culturels et artistiques qui ont marqué l’histoire.

Plus qu’un simple mécénat

En 2019, Vacheron Constantin a annoncé un partenariat artistique et culturel ambitieux avec le Musée du Louvre. Trois ans plus tard, les premiers fruits tangibles de cette collaboration ont été dévoilés : une série de modèles “Hommage aux grandes civilisations” utilisant les métiers d’art les plus précieux. Ce partenariat va au-delà du simple mécénat, il s’agit d’une collaboration à plusieurs niveaux. Christian Selmoni, Directeur du Style et du Patrimoine de Vacheron Constantin, souligne que ce partenariat implique de nombreux échanges en coulisses, allant des techniques artisanales aux points de vue culturels.

Une collaboration artistique et technique

Les échanges entre Vacheron Constantin et le Louvre sont nombreux et variés, allant des techniques artisanales aux points de vue culturels, en passant par le savoir-faire en matière d’archivage, de conservation et de restauration d’un patrimoine dense. Le premier pas de ce partenariat a été la restauration par Vacheron Constantin de la pendule “La Création du Monde” au Louvre, un chef-d’œuvre de l’horlogerie de précision du 18ème siècle. Cette initiative a non seulement permis de préserver une pièce historique, mais a également marqué le début d’une collaboration fructueuse.

Des modèles inspirés des grandes civilisations de l’Antiquité

Les quatre modèles qui rendent hommage aux grandes civilisations de l’Antiquité sont tous basés sur des œuvres exposées au Louvre. Ils représentent des périodes fondamentales des civilisations choisies : l’Empire perse de Darius 1er, l’âge d’or de l’Égypte antique, la période hellénistique de la Grèce antique et le règne d’Auguste, premier empereur romain. Chaque modèle est une œuvre d’art en soi, reflétant la richesse et la diversité des civilisations anciennes.

Une expression artistique à travers l’horlogerie

Pour rester le plus cohérent possible avec l’œuvre exposée au Louvre et son interprétation horlogère, l’ornementation du cadran est inspirée des arts décoratifs de l’époque représentée. Cela a nécessité un travail à quatre mains, avec un grand souci de consistance et de justesse dans le choix desœuvres et des métiers d’art. Par exemple, le choix de la micro-mosaïque, utilisée dans l’Empire romain, était tout à fait pertinent pour le modèle représentant le buste d’Auguste. De plus, la minutie exigée pour la reproduction du Lion de Darius sur le garde-temps dédié à l’Empire perse des achéménides est un exemple de l’attention portée aux détails dans cette collaboration.

Un avenir prometteur pour la collaboration

Ces nouveaux modèles augurent de prometteuses étapes futures dans la collaboration entre les deux vénérables institutions autour de l’artisanat de haute voltige. Toutes deux travaillent sur le temps long, ce qui se reflète dans leur collaboration qui revient aux fondements même de notre civilisation. Christian Selmoni estime que ces modèles vont certainement plaire aux collectionneurs friands de métiers d’art mais aussi avoir une résonance, au-delà, auprès des amateurs d’art.

La technicité au service de l’art

Pour animer ces montres, Vacheron Constantin a choisi son calibre manufacture 2460 G4/2 à remontage automatique qui se caractérise par une indication des heures, minutes, jours et dates par quatre disques. Les guichets permettant la lecture des indications horaires et calendaire, positionnés symétriquement en périphérie du cadran, laissent ainsi un vaste champ d’expression aux métiers d’art, aucune aiguille ne venant perturber la vision.

Un clin d’œil au partenariat

En clin d’œil au partenariat avec le musée, la masse oscillante représente la façade Est du Louvre et sa colonnade inspirée des travaux de Louis Le Vau et Claude Perrault, selon une estampe du 18ème siècle. La matrice du dessin a été sculptée à la main pour ensuite servir à l’étampage des vingt masses oscillantes que compte la série – chaque modèle est en effet limité à cinq exemplaires.

Check Also

Louis Fouché : Médecin Contesté et Icône des Mouvements Covido-Sceptiques

Louis Fouché, anesthésiste-réanimateur marseillais, suscite de nombreuses controverses depuis ses prises de position durant la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *