Univers : La « déflagration cosmique » la plus imposante jamais observée déconcerte les experts

Un phénomène énigmatique détecté trois ans auparavant

Il y a trois ans, un grand « bang » a eu lieu sans être détecté par nos radars scientifiques. L’observatoire Zwicky Transient Facility aux États-Unis a identifié une explosion, notée « AT2021lwx », de façon autonome. Celle-ci a été enregistrée dans la base de données sans susciter d’attention particulière. Néanmoins, récemment, des astronomes ont déclaré dans la revue « Monthly Notices » de la Royal Astronomical Society britannique qu’il s’agissait de la déflagration cosmique la plus spectaculaire jamais détectée.

Bien que l’explosion AT2021lwx n’ait pas surpassé le « sursaut gamma », une décharge d’énergie phénoménale lors de la décomposition d’une étoile, enregistré en octobre 2022 et noté « GRB221009A », supposé être « le plus éblouissant de tous les temps », cette nouvelle déflagration a déchargé une quantité d’énergie incommensurablement supérieure sur une durée de trois ans, comme l’explique l’auteur principal de l’étude, Philip Wiseman, astrophysicien à l’Université de Southampton.

Une déflagration singulière

L’observation directe du phénomène et l’analyse de la lumière ont permis de déterminer que cette déflagration exceptionnelle a mis huit milliards d’années à atteindre notre télescope. Le défi pour les astronomes est désormais d’identifier l’origine de ce phénomène. Aucune des hypothèses connues à ce jour ne semble satisfaisante pour expliquer AT2021lwx.

Il pourrait s’agir d’une supernova, soit l’explosion d’une étoile massive en fin de vie, mais la luminosité est ici dix fois plus intense que prévue. Une autre possibilité serait un événement de disruption par effet de marée, où une étoile est démantelée par les forces gravitationnelles d’un trou noir qu’elle a trop approché. Cependant, AT2021lwx est trois fois plus lumineux pour valider une telle hypothèse.

La brillance mesurée est comparable à celle des quasars, ces galaxies hébergeant en leur sein un trou noir supermassif qui engloutit de la matière tout en émettant une quantité impressionnante de lumière. Mais la lumière des quasars scintille, alors que dans ce cas, elle s’est intensifiée brusquement il y a trois ans. « Nous n’avons jamais vu une telle chose… Elle est apparue comme par magie », souligne Philip Wiseman.

Une théorie inédite à valider

Le scientifique et son équipe ont donc proposé une autre hypothèse, détaillée dans l’étude. Sa théorie suggère qu’un nuage de gaz colossal, de la taille de 5 000 soleils, est en cours d’absorption par un trou noir supermassif. Cependant, cette idée soulève des questions.

En effet, les trous noirs supermassifs sont supposés être situés au cœur des galaxies. Et celle où l’événement AT2021lwx s’est produit devrait être de la taille de notre Voie lactée. Cependant, aucune galaxie n’a été détectée à proximité de l’événement observé. « C’est une véritable énigme », admet Philip Wiseman.

En vertu du principe selon lequel en science « rien n’est jamais acquis », l’équipe procède à de nouvelles simulations, en utilisant les données disponibles, afin de tester la « crédibilité irréfutable » de leur théorie. Il reste à scruter le ciel et les bases de données des observations célestes à la recherche d’événements similaires qui pourraient contribuer à élucider l’énigme de cette explosion.

Un défi à relever pour la communauté scientifique

La découverte d’AT2021lwx met au défi notre compréhension actuelle de l’univers. L’explosion, qui a libéré une quantité d’énergie sans précédent, remet en question nos connaissances actuelles des phénomènes cosmiques et des lois qui les régissent. La résolution de ce mystère pourrait nécessiter des avancées significatives dans nos théories et nos technologies d’observation.

La poursuite des recherches sur AT2021lwx s’annonce donc passionnante. Cette déflagration, par son ampleur et son mystère, pourrait ouvrir de nouvelles perspectives sur notre compréhension de l’univers. Elle nous rappelle que, malgré nos progrès en astronomie, l’espace continue de nous surprendre et de nous émerveiller avec ses phénomènes inexplicables et ses mystères insondables.

Un appel à la collaboration internationale

Face à ce défi, la collaboration internationale est plus que jamais nécessaire. Les chercheurs du monde entier sont appelés à unir leurs efforts pour résoudre cette énigme. En combinant leurs ressources, leurs compétences et leurs idées, ils pourront progresser ensemble vers une meilleure compréhension de l’univers.

Cette explosion rappelle combien la science est un effort collectif. Elle nous rappelle également combien notre quête de compréhension de l’univers est infinie. C’est cette quête qui pousse les chercheurs à aller toujours plus loin, à repousser les limites de nos connaissances et à explorer les mystères de l’univers.

L’énigme de l’explosion AT2021lwx n’est pas seulement un défi pour les astronomes et les physiciens. C’est un défi pour nous tous. C’est un rappel que nous avons encore beaucoup à apprendre sur l’univers, sur sa complexité et sur les lois qui le régissent. Et c’est un rappel que, malgré tous nos progrès, nous n’avons encore fait que gratter la surface de l’infini mystère de l’univers.

Check Also

Semi-conducteurs : le Japon investit plus de trois milliards d’euros

Une injection massive dans l’industrie japonaise des semi-conducteurs Dans un contexte où la demande de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *