Ukraine mène une offensive de drones contre la Crimée, selon un responsable russe

Une série d’attaques contre les territoires occupés par la Russie

Les autorités installées par le Kremlin en Crimée ont déclaré dimanche que l’Ukraine avait lancé une vague de drones sur la péninsule occupée pendant la nuit, la dernière d’une série d’attaques signalées sur les territoires contrôlés par la Russie avant une contre-offensive ukrainienne attendue. Selon Mikhaïl Razvozhaïev, gouverneur russe désigné du port de Sébastopol, la plus grande ville de Crimée, plus de 10 drones ont été impliqués dans l’attaque. Au moins trois d’entre eux ont été détruits ou se sont écrasés, a-t-il ajouté sur l’application de messagerie Telegram, précisant qu’aucun dégât n’avait été signalé.

Ces affirmations n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. De plus, les autorités ukrainiennes ne commentent que rarement les explosions derrière les lignes ennemies, conformément à leur politique.

La Crimée, point névralgique des affrontements

La Crimée, annexée illégalement par la Russie en 2014, est un point de passage clé pour les approvisionnements et les troupes soutenant les forces d’occupation russes dans le sud de l’Ukraine. Les attaques et explosions y ont augmenté ces derniers mois, ce que les analystes militaires estiment pouvoir préparer le terrain pour une contre-offensive tant attendue que les responsables ukrainiens ont déclaré être en phase finale de préparation.

Au cours des deux dernières semaines seulement, des raffineries et des installations militaires de la péninsule ont été visées. Les autorités russes ont cherché à minimiser les attaques, mais l’armée ukrainienne a déclaré qu’au moins l’une d’elles était en préparation pour sa contre-offensive.

Préparatifs pour la prochaine phase de la guerre

Après un hiver où les deux camps ont peu progressé dans les combats concentrés dans l’est de l’Ukraine, chacun se prépare à la prochaine phase de la guerre. L’Ukraine est alimentée par de nouvelles livraisons d’équipements militaires occidentaux avancés, notamment des chars et des véhicules blindés de transport de troupes qui sont déjà arrivés dans le pays. De leur côté, les forces russes ont creusé de nouvelles positions défensives et repositionné leurs troupes en prévision de la contre-offensive anticipée.

Attaque mortelle à Kherson

Six experts ukrainiens en déminage ont été tués lorsqu’ils ont été pris pour cible par les forces russes alors qu’ils travaillaient dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, a annoncé samedi le Service d’urgence de l’État ukrainien. Les démineurs ukrainiens sont régulièrement tués et blessés en tentant de déminer, souvent en repoussant les forces russes en retraite, mais il est inhabituel qu’ils soient directement visés par des tirs ennemis. L’endroit exact de l’incident dans la région n’était pas clair. Ce rapport n’a pas pu être vérifié de manière indépendante.

Le chef du Service d’urgence de l’État, Serhiy Kruk, a déclaré dans une publication sur Facebook : “Le Service d’urgence de l’État a perdu une partie de sa famille”, ajoutant qu’un ambulancier et une autre personne avaient également été blessés lors de l’attaque. Les experts ont retiré 7 300 mines au cours de la semaine jusqu’à samedi, a déclaré le service dans une publication sur l’application de messagerie Telegram.

Les autorités ukrainiennes ont imposé un couvre-feu de week-end dans la capitale régionale de Kherson en raison de menaces non spécifiées posées par les forces russes et pour faciliter le travail sans entrave des forces de l’ordre et militaires ukrainiennes.

La Russie affirme avoir déjoué une attaque sur un aérodrome régional

Le Service de sécurité fédéral de la Russie, ou F.S.B., a accusé le renseignement ukrainien de planifier une attaque de drones sur un aérodrome de la région d’Ivanovo, dans l’est du pays, a rapporté dimanche l’agence de presse d’État russe Tass. Tass cite une déclaration du F.S.B. selon laquelle l’agence a “déjoué une tentative de commettre un acte de sabotage” à l’aide de drones chargés d’explosifs. L’agence, dont le prédécesseur soviétique était le K.G.B., a déclaré que l’attaque était “planifiée” par le renseignement ukrainien, selon Tass.

Les autorités ukrainiennes n’ont pas immédiatement commenté ces allégations, qui n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. Le F.S.B. est depuis longtemps soupçonné d’accuser les autres de crimes qu’il commet lui-même. Ces allégations interviennent quelques jours après des explosions au-dessus du Kremlin, que Moscou a qualifiées d’attaque de drones visant à assassiner le président Vladimir V. Poutine, sans fournir de preuves. L’Ukraine a fermement nié toute implication.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *