La crise bancaire résolue par la fusion de First Republic et JPMorgan Chase

Une intervention exceptionnelle

Suite à une crise bancaire qui a ébranlé le secteur financier américain ces derniers mois, le gouvernement a décidé de prendre des mesures d’urgence. Dans la nuit, JPMorgan Chase, la plus grande banque des États-Unis, a reçu l’autorisation d’acquérir la First Republic Bank, une banque régionale en difficulté. Ce rachat inattendu a été réalisé en dépit des règles et lois visant à limiter la taille et le pouvoir des grandes banques.

La fin d’une crise bancaire?

Cette opération a mis fin à une période d’instabilité qui a débuté en mars, après la chute soudaine de Silicon Valley Bank et Signature Bank. Selon Jamie Dimon, PDG de JPMorgan, cette acquisition marque la fin de la crise. Cependant, cette résolution a soulevé des débats sur le rôle des régulateurs et la question de la taille des banques, qui semblent devenir “trop grosses pour faire faillite”.

Le rôle des régulateurs

Certains experts critiquent la manière dont les régulateurs traitent les grandes banques, considérées comme des partenaires commerciaux plutôt que comme des entités nécessitant une surveillance accrue. Ils estiment que ces institutions sont devenues “trop grosses pour faire faillite” en partie à cause des régulateurs, qui ont autorisé ou encouragé les fusions et acquisitions.

Les bénéfices de l’acquisition

JPMorgan a déclaré que cette opération devrait augmenter ses profits de 500 millions de dollars cette année. La banque paiera 10,6 milliards de dollars à la F.D.I.C. pour acquérir First Republic, et l’agence gouvernementale prévoit de couvrir une perte d’environ 13 milliards de dollars sur les actifs de First Republic.

Le processus d’acquisition

La F.D.I.C. a consulté plusieurs banques pour connaître leur volonté de reprendre les dépôts non assurés de First Republic et si leur régulateur principal les autoriserait à le faire. Par la suite, la F.D.I.C. a invité les banques intéressées à consulter les données financières de First Republic. Le processus d’enchères a été lancé suite à la dégradation de la situation financière de First Republic malgré une aide de 30 milliards de dollars reçue en mars.

Les conséquences de la crise

Malgré la résolution de cette crise, certaines inquiétudes subsistent. De nombreuses banques ont encore des pertes non réalisées sur les obligations du Trésor et les titres adossés à des créances hypothécaires. Ces investissements sont désormais moins rentables en raison de la hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale pour lutter contre l’inflation.

De plus, la question des dépôts non assurés reste en suspens. La F.D.I.C. a recommandé au Congrès d’envisager d’élargir sa capacité à protéger les dépôts. Les investisseurs et les déposants partent du principe que le gouvernement interviendra pour protéger tous les dépôts en cas de défaillance d’une institution, mais cette solution pourrait s’avérer difficile à mettre en œuvre si de nombreuses banques rencontrent des problèmes.

Les répercussions sur l’économie

Une autre préoccupation concerne les banques de taille moyenne, qui pourraient réduire leurs prêts pour préserver leur capital en cas de retrait massif des dépôts, comme cela a été le cas pour Silicon Valley Bank et First Republic. Les déposants pourraient également déplacer leurs économies vers des fonds de placement monétaires, qui offrent généralement des rendements supérieurs à ceux des comptes d’épargne ou de chèques.

Les banques régionales et communautaires, principales sources de financement pour l’industrie de l’immobilier commercial, pourraient voir leur capacité de prêt réduite. Une réduction des prêts pourrait freiner la croissance économique ou provoquer une récession.

Un bilan mitigé pour les régulateurs

Malgré ces défis et les inquiétudes liées à la croissance des grandes banques, certains estiment que les régulateurs ont réussi à rétablir la stabilité du système financier. Sheila Bair, ancienne présidente de la F.D.I.C. durant la crise financière de 2008, considère que la situation était extrêmement difficile et que les régulateurs ont bien géré la crise. Toutefois, elle admet que l’augmentation de la taille des grandes banques est inévitable lorsque de plus petites institutions sont en difficulté

Check Also

La Psychologie Politique : Comprendre les Mécanismes et les Enjeux

Introduction La psychologie politique est une discipline passionnante et complexe qui s’intéresse à l’interaction entre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *