Dominic Raab démissionne en tant que vice-Premier ministre du Royaume-Uni suite à des plaintes de harcèlement

Le vice-Premier ministre britannique, Dominic Raab, a démissionné du gouvernement vendredi dernier suite à une enquête indépendante sur des plaintes de harcèlement contre des collègues. Il s’agit du troisième scandale de ce genre à toucher les ministres de premier plan de Rishi Sunak, le Premier ministre, au cours des six derniers mois.

La démission de Raab est un revers pour Sunak, à seulement deux semaines des élections locales en Angleterre où les conservateurs sont prévus pour mal se comporter. Raab a remis sa démission dans une lettre adressée au Premier ministre avant que le rapport ne soit rendu public.

En tant que vice-Premier ministre, Raab n’avait aucun pouvoir formel mais remplaçait le Premier ministre lorsqu’il était absent du Parlement ou incapable d’exercer ses fonctions. Toutefois, il était un proche allié politique de Sunak et avait contribué à lancer sa campagne pour devenir Premier ministre l’été dernier.

L’enquête de plusieurs mois sur le comportement de Raab a entendu des témoignages de plusieurs responsables gouvernementaux concernant des plaintes de harcèlement dans trois ministères différents. Raab avait lui-même demandé cette enquête en novembre suite à des plaintes formelles sur son comportement de la part de responsables gouvernementaux.

Il a déclaré dans sa lettre : “J’ai appelé à l’enquête et je me suis engagé à démissionner si elle faisait la moindre constatation de harcèlement. Je crois qu’il est important de tenir parole.”

La démission de Raab ne contribuera guère à améliorer la perception du public de son gouvernement, après le mandat scandaleux de Boris Johnson et les politiques économiques chaotiques qui ont entraîné la chute de Liz Truss après moins de deux mois.

Le cabinet de Sunak a refusé de commenter immédiatement cette démission.

Une enquête sur des allégations de harcèlement coûte un proche allié à Sunak

Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a subi un revers sérieux pour son mandat vendredi dernier, l’un de ses proches alliés ayant démissionné à la suite d’allégations de harcèlement contre des fonctionnaires.

Dans une lettre de démission publiée sur Twitter vendredi, Dominic Raab a déclaré qu’il avait décidé de démissionner de son poste de vice-Premier ministre et de secrétaire à la Justice après qu’une enquête officielle ait révélé que certaines des allégations portées contre lui étaient justifiées.

L’examen du comportement de Raab, mené par l’enquêteur indépendant Adam Tolley, a suivi huit plaintes formelles concernant son comportement en tant que secrétaire aux affaires étrangères, secrétaire au Brexit et secrétaire à la justice.

“J’ai appelé à l’enquête et je me suis engagé à démissionner si ellefaisait la moindre constatation de harcèlement. Je crois qu’il est important de tenir parole”, a déclaré Raab dans sa lettre. Il a ajouté que l’enquête avait “rejeté toutes les allégations sauf deux portées contre moi” et avait “conclu que je n’avais pas une seule fois, en quatre ans et demi, juré ou crié sur qui que ce soit, encore moins jeté quoi que ce soit ou intimidé physiquement quelqu’un intentionnellement ou cherché à rabaisser qui que ce soit”.

Il a également déclaré qu’il pensait que le rapport établissait un “précédent dangereux en fixant le seuil du harcèlement très bas” et que ses conclusions étaient “erronées”.

Raab a occupé plusieurs postes de haut niveau depuis son entrée au gouvernement en tant que ministre junior en 2015. Outre son poste de vice-Premier ministre, il était également secrétaire à la justice et Lord Chancelier dans le gouvernement de Rishi Sunak.

Il était le secrétaire aux affaires étrangères à l’époque de Boris Johnson, mais a été limogé après avoir été vivement critiqué suite au retrait du Royaume-Uni d’Afghanistan. Il était en vacances en Grèce lorsque les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan.

Il a fait face à des demandes de démission après avoir appris qu’avant la chute de Kaboul, il avait demandé à un adjoint de gérer un appel urgent avec le ministre des Affaires étrangères afghan concernant l’évacuation des interprètes qui avaient travaillé avec les forces armées britanniques. L’appel n’a jamais eu lieu.

Keir Starmer, le chef du parti travailliste d’opposition, a critiqué Sunak pour avoir laissé Raab démissionner plutôt que de le renvoyer. S’exprimant sur la BBC vendredi, Starmer a déclaré que la décision montrait “la faiblesse du haut en bas” du gouvernement. “Il y a une double faiblesse ici. Il n’aurait jamais dû le nommer et il ne l’a pas licencié”, a-t-il ajouté.

La démission de Raab pourrait nuire à Sunak, qui, bien qu’étant lui-même issu de la droite du parti conservateur, a été considéré comme plus souple que ses prédécesseurs Liz Truss et Johnson.

La comparaison avec Johnson est particulièrement pertinente, car Sunak a été son chancelier de l’Échiquier pendant la pandémie de Covid, avant de démissionner lorsque des scandales ont enveloppé l’ex-Premier ministre. Les alliés de Johnson estiment que la démission de Sunak a finalement conduit à la fin de son mandat et ne lui ont pas pardonné.

Raab, qui a rappelé à Sunak dans sa lettre de démission qu’il était loyal depuis sa tentative infructueuse de devenir Premier ministre l’été dernier, est considéré comme un fervent partisan du Brexit et un pilier de la droite du parti. Il a attiré l’attention du mouvement eurosceptique en 2014 lorsqu’il a dirigé une rébellion de 81 députés contrele Premier ministre David Cameron, qui était un ardent défenseur de l’Europe.

Raab a renforcé les références de droite de Sunak, contribuant à faire passer des politiques qui nécessitaient de rallier cette partie du parti. Et bien que Raab ait promis sa loyauté à Sunak, les anciens ministres peuvent causer des problèmes depuis les bancs arrière, s’ils le souhaitent.

La question qui se pose maintenant est de savoir si Raab veut le faire ou non. Il est sincèrement loyal envers Sunak et comprend que ce dernier est un allié politique de la droite du parti. Cependant, sa lettre de démission laisse entendre que Raab était très mécontent de devoir quitter le gouvernement.

Les prochains jours nous en diront plus sur l’étendue de la poussée ou du saut de Raab. S’il s’agit du premier, il pourrait avoir des raisons de rendre la vie difficile à Sunak plus tard, lorsqu’il aura du mal à s’entendre avec les alliés de Johnson de droite du parti.

Raab est le deuxième allié de Sunak à démissionner suite à des accusations de harcèlement en moins de six mois. Le ministre du Cabinet, Gavin Williamson, a démissionné de son poste en novembre dernier, alors qu’il faisait l’objet d’accusations qu’il a niées.

Check Also

Inde : Tragédie ferroviaire historique, plus de 300 victimes dans une collision triple de trains

Catastrophe de la nuit : 300 vies perdues Dans la nuit de vendredi, une terrible …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *