Les pays du G7 promettent de mettre fin à leur pollution plastique en 2040

L’engagement annoncé avant un nouveau round de négociations sur un futur traité international

Les ministres du climat, de l’énergie et de l’environnement du G7, réunis à Sapporo (Japon) les 15 et 16 avril, se sont engagés à mettre fin à la pollution plastique d’ici 2040. Cet engagement intervient avant un nouveau round de négociations intergouvernementales prévu fin mai à Paris sur un futur traité international contre la pollution plastique.

Un traité juridiquement contraignant en élaboration

Le 2 mars 2022, 175 pays ont adopté, sous l’égide des Nations unies, une résolution visant à élaborer un traité juridiquement contraignant d’ici à la fin 2024. Une coalition de cinquante pays, dont la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, défend un texte ambitieux visant la fin de ce type de pollution à l’horizon 2040. Les États-Unis et le Japon seraient désormais prêts à s’aligner sur cet objectif.

Un problème urgent et en croissance

La pollution plastique est un enjeu majeur pour les écosystèmes marins, la biodiversité et la santé humaine. Chaque minute, l’équivalent d’un camion-poubelle rempli de déchets plastiques se déverse dans les océans. La production mondiale de plastique a doublé entre 2000 et 2020, atteignant 460 millions de tonnes par an et pourrait approcher le milliard à l’horizon 2050.

Le plastique, une menace pour le climat

Les gaz à effet de serre associés à la production, à l’utilisation et à l’élimination des plastiques devraient représenter 15 % des émissions mondiales d’ici 2050. Les pays du G7 entendent promouvoir la consommation et la production durables de plastiques, augmenter leur circularité et gérer les déchets de manière écologiquement rationnelle.

Les limites du recyclage

Si l’Europe recycle un peu plus du tiers de ses déchets plastiques, sur le plan mondial, ce chiffre stagne sous les 10 %. La chercheuse Nathalie Gontard estime que le recyclage du plastique est une “illusion” et plaide pour une réduction drastique de l’utilisation du plastique.

Les attentes d’un traité contraignant

La communauté scientifique et les associations environnementales appellent à un traité “fortement contraignant” avec des objectifs de réduction de la production de plastique et des interdictions pour les polymères les plus problématiques. Des quotas ou des taxes sur la production de plastique neuf pourraient être mis en place pour inciter à la réduction de la production.

La Chine, qui est à l’origine d’un tiers de la production mondiale de plastique, ne fait partie ni de la coalition ni du G7.

En conclusion, les pays du G7 se sont engagés à mettre fin à la pollution plastique d’ici 2040, un objectif ambitieux qui nécessitera des efforts soutenus et une action concertée à l’échelle mondiale. La mise en place d’un traité juridiquement contraignant pourrait être un élément clé pour atteindre cet objectif et inciter les pays à adopter des pratiques de production et de consommation durables pour les plastiques.

Check Also

L’Affaire Scarlett Johansson et OpenAI : Une Voix qui Fait Débat

OpenAI et l’Intelligence Artificielle : Une Collaboration Ambitieuse La Proposition Inattendue En septembre dernier, une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *